FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 11 septembre 2019

- Par Ericka Muzzo

Le Collège de l’Île a offert plusieurs ateliers aux étudiants pour la deuxième journée d’orientation, mercredi. Une occasion de bien s’outiller avant de débuter la nouvelle année scolaire!

 

Avec ses 30 étudiants à temps plein, l’institution postsecondaire francophone de l’Î.-P.-É. est sur la bonne voie pour la rentrée 2019-2020.  Tous les programmes sont actuellement en marche, et de nouveaux ateliers verront le jour cette année pour soutenir encore davantage les élèves dans leur cheminement scolaire et personnel.

 

«La tendance est à offrir de plus en plus de services hors des programmes d’études, parce que la bonne santé mentale de nos élèves est au cœur de nos préoccupations.  La démographie de nos étudiants a changé au cours des quatre ou cinq dernières années, avec davantage de moins de 25 ans.  Comme c’est souvent leurs premières études postsecondaires, ils peuvent avoir besoin de plus d’outils pour gérer leur stress, leur temps, leur anxiété», fait remarquer Dominique Chouinard, directrice des communications au Collège de l’Île.

 

Dans cette optique, l’établissement scolaire offrira cette année des ateliers de groupe où les élèves pourront par exemple apprendre à mieux s’organiser, à s’affirmer davantage, et même à développer leur plan de vie. 

 

Certains étudiants ont bénéficié d’un avant-goût de ces formations lors des deux journées d’accueil du Collège de l’Île, qui avaient lieu les 2 et 3 septembre dernier, juste avant la rentrée des classes. 

 

Un accueil chaleureux

 

«La première journée a été plutôt “brise-glace”, où les élèves ont pu visiter le campus de Charlottetown et rencontrer les enseignants, le personnel.  La deuxième journée avait lieu à Wellington, où ils ont davantage exploré le métier d’étudiant, en apprenant par exemple la bonne prise de notes, comment faire des recherches et utiliser les outils technologiques», enchaîne Dominique Chouinard. 

 

Le Collège de l’Île fournissait le transport entre les deux campus, pour permettre aux étudiants de visiter tous les locaux de l’institution.  La quinzaine de premières années ont aussi pu se familiariser avec les installations du Holland College, comme le gymnase et la cafétéria, qui sont à leur disposition.  Deux classes seront empruntées à l’établissement anglophone cette année, puisque les étudiants se font nombreux du côté francophone. 

 

Janelle Arsenault et Janelle Perry, toutes deux étudiantes de deuxième année au programme d’infirmière auxiliaire, se réjouissent du soin particulier fourni par le Collège de l’Île.  «On a la possibilité de travailler individuellement avec le personnel scolaire, et les professeurs sont très bons», confirment-elles. 

 

Si elles avaient un conseil à donner aux nouveaux étudiants, ce serait «de commencer à étudier dès que vous en avez l’opportunité».  «Ça passe très vite», assurent les étudiantes en hochant vigoureusement la tête. 

 

Moins d’étudiants internationaux que prévu

 

À la fin du mois de juin, le Collège de l’île avait reçu au-delà de 50 inscriptions internationales.  Malheureusement, plusieurs d’entre elles n’ont pas pu se concrétiser, pour plusieurs raisons. 

 

«Certains n’ont jamais soumis leur demande de permis d’études à leur ambassade, d’autres se sont vus refuser leur demande, et d’autres encore sont toujours en attente de traitement.  On est optimistes de pouvoir encore en avoir une douzaine d’ici à la date limite, la mi-septembre», espère Dominique Chouinard. 

 

L’objectif ultime est d’accueillir 50 étudiants collégiaux à temps plein pour 2021, d’ici comme d’ailleurs.  Le grand intérêt suscité par le Collège de l’Île à l’international laisse présager que cela sera possible, pour peu que les inscriptions aboutissent. 

 

«Du côté du gouvernement provincial, on nous a assuré qu’on nous appuierait.  Ils sont ouverts aux suggestions pour faciliter le recrutement», assure la directrice des communications.  Des agents du Maroc et du Cameroun doivent d’ailleurs se rendre à l’Île sous peu pour visiter les installations et contribuer au développement de la relation avec le Collège de l’Île. 

 

«L’année débute, mais on est déjà en train de planifier notre recrutement pour septembre 2020.  L’intérêt qu’on a de partout, c’est du jamais vu!» se réjouit Dominique Chouinard.  Sans s’asseoir sur ses lauriers, le collège francophone compte bien mettre les bouchées doubles en vue d’accueillir encore plus d’étudiants, l’an prochain et pour toutes celles à venir. 

 

Janelle Perry et Janelle Arsenault étudient pour devenir infirmières auxiliaires. Elles se réjouissent à l’idée de graduer, lorsqu’elles auront terminé leur deuxième année. (Photos : E.M.)

L'Île-du-Prince-Édouard en images