FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 26 août 2020

- Par Karine Fleury 

Selon le sondage, la majorité des Prince-Édouardiens voyageront plutôt dans leur propre province dans l’avenir immédiat.  (Photo : Archives)

 

Selon le récent sondage préparé par l’Association de l’industrie touristique de l’Île-du-Prince-Édouard (TAIPEI), les Canadiens de la région atlantique seraient encore hésitants à l’idée de voyager en dehors de la bulle atlantique.  Pour leur part, une majorité des Prince-Édouardiens voyageront plutôt dans leur propre province dans l’avenir immédiat.

 

Le sondage a été réalisé dans le contexte de la pandémie à la COVID-19.  Celle-ci a eu «un impact draconien sur les économies du Canada atlantique, et le défi pour le secteur du tourisme a été amplifié par les fermetures et les restrictions de voyage».  Les mesures de distanciations sociales, les limites de capacité et l’anxiété que la situation a engendrée continueront d’affecter l’industrie du tourisme à long terme.  Ainsi, l’objectif de ce sondage est de déterminer l’impact concret de la pandémie dans la mentalité des consommateurs.  De cette étude, TIAPEI souhaite «établir les fondements d’un plan d’action pour passer à la phase de reprise».

 

Le sondage en ligne a été élaboré par MQO Recherche, avec la contribution du groupe ATN.  Il s’est déroulé pendant 12 jours, entre le 27 juin et le 8 juillet dernier.  Au total, plus de 2000 Canadiens de la région atlantique ont participé au sondage.  Les répondants, à 52 % de femmes pour 48 % d’hommes, devaient avoir effectué au moins un voyage d’agrément d’une nuitée au cours des deux dernières années.

 

Les résultats du sondage

 

De manière générale, les Canadiens de la région atlantique prévoient de faire moins de voyages à la suite de la pandémie.  Le nombre moyen de voyages par répondant est passé de 2,3 voyages prévus à 1,8 voyage prévu.  Les voyageurs ont estimé à 70 % vouloir attendre d’en savoir davantage sur l’évolution de la situation avant de faire des démarches pour voyager.  La majorité des voyages prévus pour le mois de juillet et août se feront dans le Canada atlantique, l’Ontario ou le Québec.  La plupart de ces voyages auront lieu pour aller visiter de la famille ou des amis.

 

À l’Île-du-Prince-Édouard, c’est 82 % des habitants qui souhaitent voyager dans leur propre province.  Surtout pour profiter des plages (à 10 %), de la nourriture (à 9 %) et pour jouer au golf (à 7 %).  Une grande partie des répondants (67 %) souhaitent visiter une région inexplorée de l’Île.

 

Par rapport à l’anxiété engendrée par la pandémie, la plupart des Canadiens de la région atlantique ne se sentent pas encore à l’aise de participer à des activités et événements intérieurs, malgré les mesures sanitaires.  Les Canadiens de l’Atlantique se sentent beaucoup plus à l’aise avec des activités de plein air, fait uniquement avec leur groupe de voyage personnel (famille ou amis). 

 

Les répondants ont indiqué considérer les mesures sanitaires comme prioritaires, avec une majorité de répondants de 55 ans et plus souhaitant privilégier le port du masque à l’avenir.  Un total de 70 % des répondants a indiqué être nerveux à l’idée de contracter la COVID-19 durant leurs déplacements.

 

Les recommandations de la TIAPEI

 

Selon TIAPEI, une des priorités sera de rétablir la confiance des voyageurs pour planifier la relance du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard.  Pour accroître le niveau de confort des voyageurs, les entreprises doivent être en mesure de communiquer efficacement que les mesures de santé et de sécurité sont respectées.  Une stratégie à envisager est la création et la promotion d’étiquettes «sûre et propre» pour les entreprises.  Une entreprise pourrait procéder à une auto-évaluation ou faire réaliser une vérification indépendante de son site.  Si les critères fixés sont respectés, cette entreprise pourrait alors afficher une mention attestant qu’elle respecte les normes de santé et de sécurité de la province.

 

De plus, il sera important de stimuler la demande en faisant des campagnes de promotions continues des diverses activités intéressantes de l’Île.  Le message principal de ces campagnes devra être axé sur la sécurité de l’endroit à visiter.  Aussi, un support du gouvernement et des associations du secteur touristique devra être apporté pour les petites entreprises.  TIAPEI a conclu son rapport en indiquant qu’il était «essentiel de lever lesrestrictions de voyage pour que les visiteurs en dehors du Canada atlantique puissent faire entrer des revenus dans la région.  Il est cependant important de connaître l’impact que la levée des restrictions de voyage pourrait avoir sur les sentiments et les intentions des voyageurs locaux». 

 

Ainsi, malgré un désir de faire fructifier l’industrie du tourisme à l’Île-du-Prince-Édouard en ouvrant la province, le souci de sécurité des Prince-Édouardiens reste au cœur de l’enjeu. 

 

 

L'Île-du-Prince-Édouard en images