Exemple

Le 13 avril 2020

- Par Marc Poirier – Francopresse

Photo : Public Domain Pictures

 

Quels seront les effets à moyen et long terme de la crise de la COVID-19 sur les prix des aliments? Même les experts ont de la difficulté à répondre avec précision à cette question, tellement il y a d’éléments qui entrent en jeu : prix du pétrole, hausse des frais d’exploitation et des salaires dans les épiceries, restrictions de mouvement aux frontières, etc. Ils ont quand même accepté de jouer le jeu.

 

En décembre dernier, l’Université de Dalhousie en Nouvelle-Écosse et l’Université de Guelph en Ontario soulignaient dans leur rapport annuel que les prix des aliments allaient connaître, en 2020, une augmentation allant de 2 à 4 % en général, et de 4 à 6 % pour les viandes.
Les deux institutions ont fait une mise à jour (en anglais seulement) de ces prévisions la semaine dernière, en raison de la crise sanitaire. Verdict : les prévisions globales pour les prix des denrées alimentaires ne devraient pas changer.


Mais l’un des auteurs de la mise à jour, Sylvain Charlebois, souligne que sa grande inquiétude, c’est la frontière américaine. Le professeur et directeur principal, du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire de l’Université de Dalhousie, affirme que l’épisode récent, et résolu, de l’envoi de masques au Canada n’augure rien de bon.


«Une fois qu’on décide de jouer la carte protectionniste pour tel produit, les aliments pourraient être les prochains. C’est un peu inquiétant. Au niveau du maraicher, on pourrait être lourdement handicapé, de même que pour les produits du “centre du magasin” (conserves, pâtes, produits non périssables, etc.)», explique-t-il.

 

160 millions de litres de lait à la poubelle

 

Déjà, l’augmentation prévue de 4 % pour 2020 représentait le double des prévisions précédentes.


Puis, on a été témoin récemment de l’obligation de producteurs laitiers de jeter d’énormes quantités de lait, en raison d’une forte diminution de la demande. Selon Sylvain Charlebois, d’ici la fin de la crise, c’est environ 160 millions de litres de lait qui pourraient être perdus au Canada. «C’est 250 millions de dollars de lait au détail», fait-il valoir. Mais pour l’instant, les augmentations se situent à ce qui avait été prédit en décembre.


Dans le rapport, les chercheurs des universités Dalhousie et Guelph notent toutefois avoir reçu certaines informations faisant état d’une «hausse spectaculaire» des prix de la viande au détail dans certaines régions du pays, soit de 10 à 15 %. «Nous pensons cependant que certaines coupes de qualité qui seraient normalement vendues aux restaurants et autres services alimentaires sont désormais vendues au détail, mais à un prix élevé», indique Sylvain Charlebois.  Mais il s’agit là de situations ponctuelles ou régionales.

Diminuer sa consommation de viande


L’Association des détaillants en alimentation du Québec (ADAQ) conclut également qu’il n’y a pas eu de hausses significatives du prix des viandes depuis le début de la pandémie, sauf quelques cas isolés qui se sont réglés rapidement. La mise à jour rapporte que certaines augmentations de prix injustifiées ont été signalées ici et là au pays, mais on juge «très improbable» de voir des augmentations de prix abusifs.


Selon Sylvain Charlebois, il y a moins de promotions offertes actuellement. Les circulaires semblent avoir diminué, probablement parce que les épiciers sont trop occupés à s’assurer que leurs tablettes soient pleines. Il ne faut pas s’attendre non plus à de grands rabais au cours des prochains mois.
Pour ce qui est du long terme, le Conseil des viandes du Canada affirme qu’il est trop tôt pour se prononcer. De son côté, Sylvain Charlebois appelle à une diminution de la consommation de viande.


«Avec la pandémie, on va vivre un ralentissement économique assez sévère. On parle d’une grande récession, probablement une dépression. Normalement, quand on vit quelque chose comme, ça, les gens vont dépenser beaucoup moins en nourriture. Ils vont manger moins de viande, moins de fruits de mer. Il va y avoir moins d’argent dans le système, c’est difficile de penser que les prix vont augmenter. C’est là qu’on s’en va».


Mais il pourrait y avoir une pression à la hausse sur les prix en épicerie en raison de l’augmentation des frais d’exploitation pendant la pandémie : nettoyage, installations de protection pour les personnes aux caisses, augmentation accordée des salaires aux employés.  D’ailleurs, le rapport estime que plus de 250 000 employés travaillant dans plus de 5000 magasins au pays ont reçu une augmentation de salaire depuis le début de la pandémie. C’est un avantage pour les employés, mais Sylvain Charlebois rappelle que la note sera refilée aux consommateurs.

La FAO veut éviter la crise alimentaire


Les prix des fruits et légumes et de certains autres produits importés pourraient cependant augmenter davantage si le prix du pétrole continue de chuter ou se maintient à son bas niveau actuel, entraînant une baisse de la valeur du dollar.


Sur le marché canadien, la chute des prix du pétrole a l’effet inverse, puisqu’elle diminue les frais de transport. Mais cet impact positif prendra plus de temps à se concrétiser sur l’étiquette.


Sur la scène internationale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) croit qu’il est possible d’éviter que cette crise sanitaire ne se transforme en crise alimentaire, à condition que des mesures soient prises rapidement pour préserver les chaines d’approvisionnement alimentaire mondiales.


«La fermeture des frontières, les mesures de quarantaine et les perturbations des marchés, des chaines d’approvisionnement et des échanges commerciaux pourraient restreindre l’accès des populations à des ressources alimentaires suffisantes, diverses et nutritives, en particulier dans les pays durement touchés par le virus ou déjà touchés par des niveaux élevés d’insécurité alimentaire», peut-on lire sur le site Web de l’organisation.


La FAO souligne aussi qu’au cours des semaines à venir, le système alimentaire mondial sera testé et mis à rude épreuve. Mais ce n’est pas le temps de céder à la panique pour autant, dit la FAO. «Au niveau mondial, il y a assez de nourriture pour tout le monde».
Du côté du ministère de l’Agriculture et Agroalimentaire Canada (AAC), on se veut également rassurant. La production alimentaire est abondante au pays. Le système de distribution fonctionne normalement.


Le système alimentaire du Canada est sécuritaire et stable, assure le ministère. «Nous produisons de la nourriture en abondance et nos producteurs agricoles et nos transformateurs sont parmi les plus productifs au monde», écrit AAC dans sa fiche d’information sur la COVID-19.
Comme dans bien des domaines, il est très difficile de faire des prévisions précises. Les paramètres peuvent changer, et de nouveaux facteurs imprévus peuvent toujours s’ajouter à l’équation.

Communiqué

COVID-19 à l’Î.-P.-É. : trois nouveaux cas le 19 avril et mesures plus rigoureuses concernant les déplacements

20 avril 2021

Dre Heather Morrison, médecin hygiéniste en chef, a confirmé la présence de trois nouveaux cas de COVID-19 dans la province et la mise en place de mesures additionnelles concernant les frontières pour limiter la transmission du virus à l’Île-du-Prince-Éddouard.

L’un des cas est un individu dans la trentaine qui est venu à l’Île-du-Prince-Édouard depuis l’extérieur du Canada atlantique et est un contact rapproché d’un cas annoncé précédemment. Cette personne est en auto-isolement depuis son arrivée dans la province et la Santé publique fait des suivis avec elle chaque jour.

Communiqué

Réouverture de la bulle Atlantique retardée

14 avril 2021

La protection de la santé des Canadiens de l’Atlantique demeure la priorité absolue des premiers ministres de la région atlantique.  Le premier ministre Blaine Higgs du Nouveau-Brunswick a présidé une téléconférence du Conseil des premiers ministres de l’Atlantique avec le premier ministre Iain Rankin de la Nouvelle-Écosse, le premier ministre Dennis King de l’Île-du-Prince-Édouard et le premier ministre Andrew Furey de Terre-Neuve-et-Labrador. Ils ont fait le point sur l’état de la pandémie de COVID-19 dans la région et ont examiné ce qu’il faut faire pour aller de l’avant avec la réduction des restrictions de voyage dans l’Atlantique.

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»
Actualité

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»

10 avril 2021Propos recueillis par Marine Ernoult

Normand Bernard, très attaché à ses origines acadiennes de l’Île-du-Prince-Édouard, fait carrière dans l’industrie de la mode à Montréal depuis près de 30 ans. Il doit beaucoup au Collège Holland pour ses succès. Le créateur de mode revient sur sa vie et nous donne son sentiment sur l’avenir du secteur.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»
Actualité

«Ce que j’avais appris au Holland College était très en avance»

10 avril 2021Propos recueillis par Marine Ernoult

Normand Bernard, très attaché à ses origines acadiennes de l’Île-du-Prince-Édouard, fait carrière dans l’industrie de la mode à Montréal depuis près de 30 ans. Il doit beaucoup au Collège Holland pour ses succès. Le créateur de mode revient sur sa vie et nous donne son sentiment sur l’avenir du secteur.

Communauté

40 ans à la Caisse populaire Évangéline
Communauté

40 ans à la Caisse populaire Évangéline

09 avril 2021Jacinthe Laforest

Le 30 mars dernier, Gisèle Gallant a franchi le cap des 40 ans comme employée pour la Caisse populaire Évangéline. En 40 ans, elle a vu passer beaucoup de monde, et a vécu de nombreux changements.

Le Village musical acadien revient sur une année difficile en AGA
Communauté

Le Village musical acadien revient sur une année difficile en AGA

08 avril 2021Jacinthe Laforest

Le Village musical acadien à Abram-Village a tenu son assemblée générale annuelle le mercredi 31 mars, pour son exercice financier qui a pris fin avec l’année civique 2020, le 31 décembre. C’était l’occasion de revenir sur une année difficile, mais pas désas-treuse, du moins pour ce qui est de l’aspect purement financier.

Culture

L’exposition du CMA d’Abram-Village sera montrée en France du 1er au 16 août prochain
Culture

L’exposition du CMA d’Abram-Village sera montrée en France du 1er au 16 août prochain

01 avril 2021Jacinthe Laforest

Le jeudi 25 mars, Théo Thériault revient de Summerside avec une centaine d’exemplaires d’un petit livre réunissant les photos de chacune des peintures réalisées par les artistes de la coopérative d’artistes La Palette, en prévision du CMA 2019. Ce petit livre, à la préparation duquel il a consacré plusieurs semaines, n’est qu’une pièce dans un projet plus grand, qui inclut une exposition des œuvres lors de la Semaine acadienne 2021 à Courseulle-sur-Mer.

Une passion tardive n’est pas moins passionnante
Culture

Une passion tardive n’est pas moins passionnante

19 mars 2021Jacinthe Laforest

«C’est une drôle d’histoire. Je visitais ma voisine, Irène Cormier, qui est une grande tisserande, et je me suis adonnée à lui dire que j’aimerais apprendre le métier pour mon projet de retraite. C’était à la fin de l’année 2016. Alors, elle m’a dit que son mari, Jean, n’utilisait plus son métier, mais qu’il ne voulait pas qu’il soit mis dans une grange, quelque part. Avec mon mari Ernest, on a étudié ça, on a examiné la place qu’on avait et on s’est dit que ça pourrait aller. On a déménagé son gros métier, et j’ai appris avec Irène, que j’appelle Madame Professeure».

Éducation

Recrutement et rétention des enseignants de français : Malgré l’urgence, trouver des solutions durables prendra du temps
Éducation

Recrutement et rétention des enseignants de français : Malgré l’urgence, trouver des solutions durables prendra du temps

13 mars 2021Jacinthe Laforest

En mai 2019, le gouvernement du Canada a dévoilé sa Stratégie de recrutement et de rétention des enseignants de français dans tout le Canada, afin de répondre à une pénurie persistante des ressources humaines dans ce secteur. Presque deux ans plus tard, le 3 mars dernier, la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, a confirmé qu’un financement totalisant 46,5 millions de dollars avait été accordé à 76 projets qui, à plus ou moins long terme, devraient améliorer la situation.

Patrimoine

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É
Patrimoine

Jeu-questionnaire sur l’Acadie de l’Î.-P.-É

02 février 2021

Le Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches lance son populaire jeu-questionnaire annuel.  Ce jeu-questionnaire, qui porte sur des aspects de l’histoire et du patrimoine acadiens de l’Île-du-Prince-Édouard, comprend dix questions avec un choix de réponses.  Le Comité historique suggère que le jeu-questionnaire devienne une belle activité éducative de groupe dans une salle de classe, en famille, lors d’un souper d’amis ou encore dansle cadre d’une réunion. 

Anciennes traditions à Noël
Patrimoine

Anciennes traditions à Noël

23 décembre 2020

Le charbon, les patates et les oranges

Dans le temps, la liste des enfants sages et celle des p’tits pas fins existaient pour de vrai.  Donc, chaque Noël, des millions d’enfants attendaient anxieusement de savoir s’ils avaient été assez sages pour avoir une orange dans leur bas de Noël.  Sinon, ils avaient droit à une patate.  Et s’ils avaient vraiment été des sacripants, un morceau de charbon.  Aujourd’hui, tous les enfants ont des cadeaux, peu importe leur comportement.  Et si tu donnes une orange comme cadeau de Noël à ton fils ou ta fille, c’est garanti que tu vas avoir un enfant pas vraiment content.

Société

Randonnée d’hiver en VTT pour une bonne cause
Société

Randonnée d’hiver en VTT pour une bonne cause

23 mars 2021Jacinthe Laforest

Le Club des VTT de la région Évangéline a convié ses membres et tous les amateurs de VTT de la province à une dernière activité de la saison avant la fermeture des sentiers pour la fonte des neiges. Il s’agissait en même temps d’une activité de collecte de fonds pour la campagne «Ça va bien aller Tracy».

Vivre avec la maladie de Parkinson, une maladie injuste
Société

Vivre avec la maladie de Parkinson, une maladie injuste

12 mars 2021Jacinthe Laforest

La maladie de Parkinson est une maladie neurodégénérative qui s’attaque au corps. Ordinairement, nos mouvements sont régis par la dopamine, un produit chimique qui fait voyager les signaux entre les neurones du cerveau. Quand les cellules qui produisent la dopamine meurent, on voit apparaître les symptômes de la maladie de Parkinson. Chez Yvette Arsenault, ils sont apparus graduellement et ils n’ont cessé de progresser.