FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 3 mars 2021

- Jacinthe Laforest

Un public chaleureux a assisté au lancement du disque «Des vieilles nouvelles», le mercredi 24 février au Village musical acadien.  Bien qu’un seul spectacle de lancement ait été prévu, il a très rapidement été nécessaire d’ajouter une représentation,  plus tard le même soir. 

 

Comme annoncé précédemment, tous les profits de la vente du disque sont versés à un fonds d’appui à Tracy Arsenault, qui combat un cancer.  Elle était d’ailleurs assise à une table tout près de l’estrade avec des membres de sa famille.  Durant la première représentation, Chuck Arsenault, l’enseignant de musique de l’École Évangéline qui s’est chargé du projet, a annoncé que plus de 350 disques avaient été vendus et que les ventes se poursuivaient.  De plus, tous les dons reçus durant la soirée étaient eux aussi versés à la campagne.  Le résultat est qu’à la fin du second spectacle, les élèves ont présenté un chèque de 4 500 $ à Tracy.  «J’ai été très touchée par le grand cœur de tous ces jeunes et aussi de Chuck Arsenault, bien sûr.  J’ai passé une soirée avec eux lors de l’enregistrement et j’étais très impressionnée de leur perfectionnisme.  Le résultat le montre très bien.  Le spectacle était excellent», a confié Tracy Arsenault.

 

Ancienne élève de l’école Évangéline et conductrice d’autobus, Tracy a été diagnostiquée d’un cancer agressif de type lymphome non Hodgkinien en juin 2020.  Elle affirme que malgré tout, «ça va assez bien». 

 

«Des vieilles nouvelles» est un projet de la classe d’Arts et culture 2020 de l’École Évangéline, sous la direction de Chuck Arsenault.   Les spectacles comprenaient toutes les pièces de l’album ainsi que la participation de la nouvelle troupe de danse «l’é clickers».  Il s’agissait d’un clin d’œil à Tracy qui a dirigé de nombreuses troupes de danse et enseigné la gigue pendant des années, avant d’être frappée par la maladie. 

 

Une production de l’École Évangéline, le disque «Des vieilles nouvelles» a été enregistré et coproduit au Centre Goéland par un trio d’anciens élèves de l’École Évangéline : Donald Richard, Rémi Arsenault et Maurice Hashie.  Les musiciens locaux Patricia Richard, Albert Arsenault, Alice Bérubé et Josée Boudreau ont tous aidé les élèves à créer les arrangements musicaux en classe et en studio, tandis qu’une autre ancienne de l’école Évangéline, Megan Bergeron, de Fresh Start Digital, a créé la conception graphique de la pochette du CD.

 

 

Le Conseil scolaire-communautaire Évangéline (CSCÉ), les bénévoles, les organisations comme le Centre Goéland et les programmes de financement tels que PassepARTS et GénieArts ont contribué au succès de l’entreprise. 

 

L’album compte six chansons, certaines tirées du répertoire de Barachois, de 1755, des Hay Babies et de Léonard Cohen avec la chanson Alléluia.  Pour cette reprise, dans une version en français, le groupe a conçu des arrangements inédits très jolis.  Certains des élèves du groupe sont déjà des habitués de la scène.  Dawson Arsenault et Gilbert Arsenault jouent depuis longtemps ensemble, et chacun de leur côté.  Mia Bernard, Andraya Gallant et Jaden McInnis participent à des spectacles régulièrement.  Amber Arsenault, Briley Cameron et Alyssa Gallant sont moins souvent sur la scène.  Ce mélange de nouveau et de connu était très agréable. 

 

L’album est disponible sur le site musiqueevangeline.com à un coût de 10 $ et sera bientôt disponible sur Spotify et iTunes.  Les personnes qui avaient acheté le disque à l’avance peuvent venir le chercher à l’ÉÉ durant la journée, en appelant à l’avance. 

 

Tracy Arsenault a suivi le spectacle avec beaucoup d’intérêt.  La voici avec ses deux petites filles Maya et Leah. 

 

À droite, on voit la troupe de danse «l’é clickers», formée de Keera Gallant, Emily Arsenault, Lydia Arsenault et Danika Richard.  Gilbert Arsenault et Jaden McInnis sont à l’arrière-plan comme musiciens accompagnateurs.  (Photos : J.L.) 

 

Chuck Arsenault, enseignant responsable du projet, à la trompette.  À gauche, on voit Gilbert Arsenault au violon.

L'Île-du-Prince-Édouard en images