FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 6 novembre 2019

- Par Jacinthe Laforest

 

Le chef Elliot Sénéchal et sa belle table garnie de délicieux ingrédients.  (Photo : J.L.)

 

Les épiceries de grandes surfaces (moyennes surfaces à l’Île) regorgent de produits que bien souvent, on n’ose pas acheter pour diverses raisons.  Ils sont un peu plus chers, ils nous sont inconnus, on ne sait pas comment les utiliser.  Alors, quand la visite arrive, on sort le céleri et le Cheez Whiz.  Plus maintenant.

 

Pour la première fois dans le cadre du Festival de la citrouille, La Belle-Alliance a ajouté à son menu un atelier qui consistait à préparer une planche de charcuterie.   «Cela a été tellement populaire.  Le téléphone n’arrêtait pas de sonner, mais nous avions un nombre limité de places», a indiqué Maïté Mézierre, directrice adjointe de La Belle-Alliance. 

 

Pour 20 $, chaque participante est repartie avec une planche garnie à ras bord de produits dont La Belle-Allian-ce estime la valeur à 50 $.  «Nous avons distribué notre dépliant par la poste en choisissant des codes postaux sur le territoire desservi par La Belle-Alliance et nous avons attiré des gens qui n’avaient jamais mis les pieds ici.  Pour nous, c’est très positif», a indiqué Jennifer McPhee, directrice de La Belle-Alliance. 

 

L’atelier était animé par le jeune chef Elliot Sénéchal.  Originaire de SeaView sur la côte nord de l’Île, il est diplômé de l’institut culinaire du Canada à Charlottetown.  «J’ai commencé ma carrière au Delta, à l’Île, et j’ai poursuivi à Halifax, pour la chaine Marriott, et après j’ai été chef de restaurant pour Marriott à Calgary.  Finalement, j’ai accédé au poste de chef de banquet pour le Marriott à Calgary.  Après deux ans dans ce poste, je suis revenu à l’Île.  J’ai fait un changement de carrière, mais j’aime toujours faire des choses reliées à la cuisine», a indiqué le jeune chef. 

 

Pour l’atelier, il avait réuni une grande variété de produits.  «J’ai trois viandes, un saucisson au fenouil et deux salamis, que j’ai achetés chez un marchand du nouveau marché à Founder’s Hall.  Il a d’excellents produits, alors, j’aime l’encourager.  J’ai aussi trois fromages, un Brie, un Bleu (de marque Costello) abordable, bon et facile à trouver, et le fameux cheddar fumé de Cows, un produit de l’Île-du-Prince-Édouard.  Pour le reste, j’ai des olives, des fruits séchés, des graines de citrouilles, et différents fruits.  Et sur chaque planche, j’ai ajouté un petit pot de compote de citrouille, canneberge et noix de coco que j’ai faite moi-même».

 

Pendant toute la soirée, le jeune chef a donné des conseils sur la manière d’apprivoiser de nouveaux ingrédients, afin de faire évoluer notre palette de goûts vers le 21e siècle.  Pour lui, le céleri et le Cheez Whiz ont eu leur chance, il faut maintenant passer à autre chose. 

 

Étant donné la popularité de cet atelier, La Belle-Alliance envisage de le refaire vers la fin du mois de novembre ou au début de décembre. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images