FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 30 juillet 2019

- Par Ericka Muzzo

«L’asexualité des abeilles» sera présentée dans la grande salle du Haviland Club aux dates suivantes : le jeudi 1er août à 21 h 30 - le vendredi 2 août à 21 h - le samedi 3 août à 19 h 30 - le dimanche 4 août à 21 h. Le coût d’entrée sur place sera de type «payez ce que vous pouvez», et 100 % des dons seront versés directement aux artistes. La programmation complète se trouve sur le site Web du festival.

 

Fraîchement diplômé de l’école de théâtre professionnel du Collège Lionel-Groulx, au Québec, Gabriel Guertin-Pasquier montera sur les planches prince-édouardiennes à l’occasion du festival Island Fringe, du 1er au 4 août.  Son spectacle «L’asexualité des abeilles», qu’il présentera pour la toute première fois, est l’unique pièce francophone de la programmation.

«J’ai commencé à l’écrire il y a un an environ, et je fais un peu de tout : la mise en scène, les costumes, l’interprétation.  Ça vient vraiment de mon imaginaire», explique celui qui possède une dizaine d’années d’expérience dans le domaine connexe de la danse.


Il sera accompagné sur scène de l’actrice Sara Déziel ainsi que de Maxime Isabelle en voix hors champ.  «C’est un spectacle qui accorde beaucoup d’importance à l’identité visuelle et à la puissance des mots. Les textes sont plutôt poétiques, avec beaucoup de monologues», enchaîne Gabriel Guertin-Pasquier. 

 

Regard sur l’absence de désir

 

«L’asexualité des abeilles» est réservée à un public de 16 ans et plus, entre autres parce qu’il contient quelques scènes de nudité.  «Mais ce n’est pas une nudité sexuelle, c’est plutôt au contraire pour tenter de désexualiser le corps», poursuit l’écrivain.


À l’image du titre, la pièce touche au thème peu abordé dans le domaine public de l’asexualité, soit l’absence de désir sexuel chez un individu.  Une orientation dans la même veine que l’hétérosexualité et l’homosexualité, en beaucoup moins répandue puisqu’elle ne concernerait qu’environ 1 % de la population mondiale.


«Je suis moi-même ouvertement gai et asexuel, et dans une société où le sexe est partout et fait partie de notre identité, ça peut être difficile de trouver sa place dans la communauté LGBTQ+.  Le spectacle est aussi une ode à l’amitié, plus forte que l’amour avec un grand A», révèle Gabriel Guertin-Pasquier.


La pièce n’est toutefois pas une autobiographie, même si l’auteur s’est inspiré de sa propre réalité.  «Ça reste de la fiction. Le personnage principal, un jeune gai de Montréal qui est déchiré par une déception amoureuse, est en quelque sorte mon alter ego.  Il va faire son coming-out en tant qu’asexuel à une soirée avec tous ses amis, ce qui lui permet de se libérer de ce poids-là. C’est une réalité qui n’est pas toujours facile, surtout en amour», confie l’auteur et interprète. 

 

Garder l’esprit ouvert


Déplorant que l’asexualité ne soit pas abordée dans les médias traditionnels et qu’elle demeure méconnue en tant qu’orientation sexuelle, Gabriel Guertin-Pasquier se donne en quelque sorte comme mission d’éduquer à travers son art.


Quant au titre, il le tire d’une «obsession des insectes» qu’il entretient depuis quelques années.  «J’ai appris que certaines espèces d’abeilles n’ont pas de sexe, à part la reine, mais qu’elles s’autoreproduisent.  J’ai trouvé que c’était un parallèle intéressant, de pouvoir accomplir sa destinée malgré ça», philosophe l’auteur.


Le festival Island Fringe célèbre l’art indépendant et le théâtre alternatif, une scène parfaite pour tester son nouveau matériel.  «C’est sûr que la pièce comporte des aspects auxquels un large public n’est pas habitué, mais c’est une bonne occasion de découvrir! Le spectacle est aussi très visuel donc on peut l’apprécier sans nécessairement tout analyser en profondeur, juste pour le “feeling” de la pièce», prévoit Gabriel Guertin-Pasquier. 

 

«L’asexualité des abeilles» sera présentée dans la grande salle du Haviland Club aux dates suivantes : le jeudi 1er août à 21 h 30, le vendredi 2 août à 21 h, le samedi 3 août à 19 h 30 et le dimanche 4 août à 21 h.


Le coût d’entrée sur place sera de type «payez ce que vous pouvez», et 100 % des dons seront versés directement aux artistes.  La programmation complète se trouve sur le site web du festival.

 

 

Gabriel Guertin-Pasquier sera à l'Î.-P.-É. du 1er au 4 août pour présenter son spectacle «L'asexualité des abeilles», dans le cadre du festival Island Fringe. (Photo : Gracieuseté)

L'Île-du-Prince-Édouard en images