FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 30 janvier 2019

Les artistes francophonesAdrienne Gallant, Mario (Fayo) LeBlanc et Louise Arsenault du Trio Arsenault ont rendu hommage au groupe Vishtèn qui est en tournée en Angleterre. 


Le groupe Vishtèn a remporté trois prix de la musique de l’Île, présentés dimanche après-midi dans une salle surchauffée du centre ville de Charlottetown.  En tournée en Angleterre, le trio composé de Pastelle LeBlanc, Emmanuelle LeBlanc et de Pascal Miousse, a mérité le prix de l’enregistrement traditionnel «Roots» commandité par PEI Tea Co.  Il a aussi reçu le prix de l’Enregistrement de l’année, toute catégorie confondue, commandité par le magazine, The Buzz et finalement, le prix d’Artiste francophone de l’année, commandité par le Congrès mondial acadien.
 

Dans cette catégorie, trois autres artistes étaient finalistes : Adrienne Gallant, Fayo (Mario LeBlanc) et le Trio Arsenault.  «On est contents que Vishtèn ait gagné le prix.  On est fier d’avoir été nommés dans la même catégorie que ces trois excellents musiciens», ont dit Louise Arsenault (Trio Arsenault), Adrienne Gallant et Fayo, chacun à leur façon, en réaction au succès de leurs collègues musiciens. 

Également en tournée en Angleterre, The East Pointers ont quant eux mérité trois prix également : Accomplissement numérique de l’année, commandité par Bandzoogle, Artiste de tournée de l’année, commandité par Fly PEI, et le prix «Entertainer» de l’année, commandité par HopYard.  Les trois prix ont été recueillis par Brent Chaisson, du Studio Dimanche et du groupe DOC, également parent avec les membres de The East Pointers. 

Danny Drouin a mérité le prix de «Cover Band» de l’année.  Avec ses musiciens, il joue au moins 150 fois par année.  En recevant le prix, il a rendu hommage à toutes les personnes qui viennent aux danses, ainsi qu’aux femmes et enfants des membres du groupe «qui ne viennent jamais aux soirées de musique dansantes», mais qui acceptent le mode de vie de leurs maris respectifs. 

Le grand guitariste Paul Bernard, né à Summerside en 1952, a mérité le prix pour l’ensemble de sa carrière.  Sa première guitare de très mauvaise qualité, vers l’âge de 9 ans, ne l’a pas découragé.  Au contraire, il a continué d’expérimenter avec une guitare électrique puis, une guitare espagnole acoustique, alors qu’il était au secondaire. 

Alors qu’il étudiait à UPEI, son père l’a encouragé à enregistrer les pièces qu’il avait apprises.  Sur la foi de cet enregistrement, il a été accepté au Conservatoire royal de musique de l’Université de Toronto.  Après ses études à Toronto, il a été invité en Angleterre et après un an et demi, il est devenu le premier canadien à graduer du Collège royal de musique à Londres, en Angleterre en interprétation de guitare classique. 

De retour au Canada en 1976, il a été professeur à Toronto et à Montréal jusqu’en 1980, tout en faisant des tournées.  Revenu à l’Île-du-Prince-Édouard, il s’est joint à l’entreprise familiale et a créé Paul’s Music Store, ainsi qu’une école de guitare qui accueillait chaque semaine 400 étudiants.  En 1988, Paul Bernard a produit sont tout premier album : Paul Bernard Spanish Guitar suivi d’un second album en 1992. 

Lorsqu’il s’est présenté au micro pour accepter son prix, Paul est resté plusieurs secondes sans rien dire, même après les applaudissements.  Puis, sa femme, Renée Blanchette, l’a rejoint au micro et a pris la parole pour lui, pour remercier le public.  Atteint de Parkinson, Paul Bernard a parfois de la difficulté à parler et c’était justement un de ces moments où les mots ne venaient pas.  Cela a créé une intermède très touchante durant l’après-midi. 

Curieusement, malgré les nominations dans plusieurs catégories, Lennie Gallant est ressorti de l’événement les mains vides.  Le prix de l’auteur compositeur interprète de l’année, de chanson de l’année et le prix de l’album de l’année, lui ont échappé au profit respectivement de Dennis Ellsworth pour les deux premières catégorie et de Meaghan Blanchard, pour l’Album de l’année.   


Paul Bernard a mérité le prix de reconnaissance pour l’ensemble de sa carrière.  À gauche, on voit Tara MacLean qui a animé la cérémonie de remise des prix.


Danny Drouin a mérité le prix «Cover band» pour son groupe qui joue les succès du palmares.  À gauche, on voit l’animatrice Tara MacLean  (Photos : J.L.) 


Brent Chaisson a accepté les trois prix décernés au groupe des East Pointers dont son frère Tim fait partie.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images