Le 21 décembre 2018

Aujourd’hui parfaitement bilingues, les enfants de Tina McInnis se réjouissent de pouvoir poursuivre leurs études dans la langue de leur choix.  (Photo : E.M.)

Les parents anglophones ou de couples exogames sont de plus en plus nombreux à choisir l’école en français pour leurs enfants, à l’Î.-P.-É. comme au Canada.  Pour mieux comprendre leurs besoins en matière d’accompagnement, la Commission nationale des parents francophones (CNPF) lesa sondés cet automne.  Les résultats préliminaires démontrent une réelle volonté chez ces parents d’accompagner leurs enfants par tous les moyens possibles. 

Cet accompagnement se révèle toutefois complexe, en particulier pour les parents qui ne parlent pas du tout le français.  «À l’Île, plusieurs ont des racines acadiennes, mais ont été assimilés dans les années 50-60.  Ils veulent redonner la chance à leurs enfants d’être en contact avec cette culture et d’avoir plus d’opportunités grâce au bilinguisme», constate la docteure Mary MacPhee. 

Elle a défendu en février dernier sa thèse intitulée «L’expérience des parents non francophones ayant des enfants dans des écoles de langue minoritaire à l’Île-du-Prince-Édouard : une étude à méthode mixte». 

Au cours des cinq dernières années, Mme MacPhee s’est entretenue avec une quarantaine de parents anglophones de l’Île, et en a sondé le double.  Ses conclusions sont similaires à celles du sondage de la CNPF, comme quoi les parents anglophones veulent accompagner leurs enfants qui étudient en français, mais ne savent pas toujours comment. 


Trouver le rôle à jouer

Les devoirs sont un thème récurrent dans ces discussions, comme les parents anglophones peinent à aider leurs enfants puisqu’eux-mêmes ne comprennent pas la langue.  «À la maternelle, les enfants rapportent des livres à la maison, et les parents ont peur de mal prononcer les mots et que cela les mette sur la mauvaise piste», illustre Mary MacPhee.  Même pour les mathématiques, soutient la chercheuse, les exercices sont de plus en plus axés sur des problèmes écrits qui comportent des mises en scène, et rendent la tâche difficile aux parents non francophones. 

Tina McInnis est l’un de ces parents anglophones à avoir choisi l’école en français pour ses enfants, Keegan et Emma.  «On a du sang acadien, donc on a voulu ramener le français dans nos vies et ouvrir davantage de portes à nos enfants», explique la mère des jeunes de 11e et 7e année. 

«Depuis le temps qu’ils étudient en français, je pensais que j’aurais appris aussi, mais non», indique-t-elle, en soulignant l’immense fierté qu’elle ressent à ce que ses enfants soient bilingues. 

Tina McInnis se considère chanceuse, car l’ensemble de la communauté et les enseignants ont offert beaucoup de support au fil des ans.  Elle a également développé des stratégies pour tenter d’aider les enfants dans leur apprentissage, car comme le rapporte Mary MacPhee, elle avait peur de leur nuire plutôt que le contraire.  «Au lieu d’essayer moi-même de prononcer les mots, je les enregistrais pour qu’ils puissent se réécouter et se corriger eux-mêmes», raconte-t-elle. 

Dans le même ordre d’idées, plusieurs ont confié à Mary MacPhee qu’ils étaient réticents à se rendre à l’école pour demander de l’aide par crainte de parler anglais dans un établissement francophone.  «Je pense que c’est important de savoir à quel point ces parents veulent s’impliquer, mais ont besoin d’aide pour le faire.  C’est difficile quand ils n’osent pas le faire savoir», note-t-elle. 


Poursuivre l’apprentissage hors école 

Mary MacPhee place la bonne communication en priorité dans les étapes pour résoudre la question.  «Il faut expliquer aux parents anglophones comment traduire les communications de l’école, comment avoir accès aux programmes francophones, et quelles ressources sont disponibles pour eux?», affirme la chercheuse. 

Quand les enfants étaient plus jeunes, Tina McInnis a beaucoup profité des activités organisées par Cap enfants, ou dans la région Évangéline.  «L’accès à des activités francophones, ou par exemple aux bibliothèques où il est possible d’emprunter des livres et des enregistrements audio, c’est un aspect primordial pour encourager l’enfant à continuer son apprentissage», constate Mary MacPhee. 

Une autre idée pourrait être la mise en place, des rencontres mensuelles incluant les parents anglophones, avance-t-elle.  D’après le sondage qu’a mené la docteure pour sa thèse, plusieurs parents se questionnent à savoir s’ils font le bon choix pour leur enfant, d’autant plus lorsque celui passe à l’école intermédiaire ou secondaire.  «Une formation pour les enseignants et l’administration ne serait pas de trop, pour qu’ils sachent comment gérer le nombre croissant de parents anglophones», propose Mary Macphee. 

Le projet Voir Grand de la Fédération des parents de l’Î.-P.-É. (FPÎPÉ) est un exemple d’initiative qui permet d’inclure les parents anglophones, et les encourage à poursuivre l’éducation de leurs enfants en français.  C’est aussi une réaction en dominos, comme en grandissant ces enfants joueront également un rôle d’ambassadeurs de la langue de Molière.  «Je trouve que la communauté francophone est de plus en plus ouverte, et c’est tant mieux parce qu’ainsi les francophiles de plusieurs horizons peuvent s’y joindre», enchaîne la doctorante. 

Avec leur grand-père, les enfants de Tina McInnis peuvent désormais parler français, ce qui réjouit énormément leur aïeul.  Plutôt que de craindre l’arrivée d’enfants issus de milieux anglophones dans les écoles francophones, croit Mary MacPhee, il faut le voir comme une opportunité de faire grandir le français à l’Île.  Pour la CNPF comme pour la FPÎPÉ, la prochaine étape consiste à développer des outils pour accompagner les parents anglophones dans tout le continuum scolaire.  Si les sondages révèlent une chose, c’est que l’engouement de ces derniers est bien présent. 



- Par Ericka Muzzo

Communiqué

Changement aux heures des cliniques de dépistage de la COVID-19

26 juillet 2021

La disponibilité des tests de dépistage de la COVID-19 sera plus limitée à l’Île, mais les sites de dépistage demeureront tout de même ouverts chaque jour pour les personnes qui en ont besoin.

Les sites de dépistage de Montague et d’O’Leary ne seront plus ouverts.

La clinique de dépistage de Slemon Park sera fermée le samedi et le dimanche.  La clinique de dépistage de la rue Park à Charlottetown, pour sa part, demeurera ouverte le samedi, et sera ouverte de 8 h à midi le dimanche.

La Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel : De l’innovation dans sa saison 2021!
Culture

La Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel : De l’innovation dans sa saison 2021!

20 juillet 2021Jacinthe Laforest

Encore une fois cette année, la Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel a décidé d’offrir ses spectacles du dimanche soir sur sa page Facebook, gratuitement.  Alors que l’an dernier, les artistes participants s’étaient filmés eux-mêmes avec l’équipement dont ils disposaient, les prestations de cette année sont captées dans des studios professionnels à Charlottetown pour les artistes de l’Île et à Moncton, pour ceux du Nouveau-Brunswick.

le porte voix logo blanc

Le Porte-Voix

Le Porte-Voix est une nouvelle initiative de La Voix acadienne mise en œuvre grâce au Fonds d’appui stratégique aux médias communautaires (FASMC).  Il aborde des thématiques diverses qui touchent la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, particulièrement les jeunes et les familles.

 Nous remercions Patrimoine Canada (Programme de Développement des communautés de langue officielle), Réseau.Presse et nos commanditaires privés pour leur contribution au projet.

Voir tous les thématiques

Vivre pleinement son île cet été!
Le Porte-Voix

Vivre pleinement son île cet été!

05 juillet 2021

Jeu-concours

Saurez-vous trouver les cinq différences? N’oubliez pas de participer à notre concours en cliquant ci-dessous!

PARTICIPER

LaVoix WebBanner June2021 3

L’école est terminée et les règles sanitaires se sont enfin desserrées à l’Île-du-Prince-Édouard : la saison touristique est bel et bien commencée! Comment profiterez-vous de votre île cet été?

Découvrez les coups de cœur et les secrets les mieux gardés de nos lecteurs dans cette deuxième édition du Porte-Voix. N’oubliez pas de participer à notre concours!

Le projet est rendu possible grâce à l’appui financier du Fonds d'appui stratégique aux médias communautaires. Dans les prochains mois, La Voix acadienne publiera d’autres cahiers sur d’autres thèmes.

Finissants 2001
Le Porte-Voix

Finissants 2001

05 juillet 2021

Cette première parution du Porte-Voix est une publication suite à une demande d’une finissante de 2001, Jocelyn Gallant.  Puisque la plus grande classe (2001) de l’École Évangéline ne pouvait pas s’organiser pour se rencontrer pour une Fête pour célébrer son 20e anniversaire dû aux restrictions de la pandémie, elle a eu l’idée de produire un cahier spécial afin de connaître un peu où sont rendue les diplômés de 20 ans passés dans le cas de cette classe de finissants. La Voix acadienne a accepté de faire la publication de ce cahier avec son aide.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités

COVID-19 à l’Î.-P.-É. : le plan Aller de l’avant accéléré à nouveau
Actualité

COVID-19 à l’Î.-P.-É. : le plan Aller de l’avant accéléré à nouveau

29 juin 2021

Le premier ministre Dennis King et la médecin hygiéniste en chef, Dre Heather Morrison, ont annoncé d’autres changements au plan Aller de l’avant pour la réouverture de l’Île-du-Prince-Édouard.  À compter d’aujourd’hui, les personnes ne sont plus tenues de porter un masque lorsqu’elles sont assises lors d’événements à l’intérieur (services religieux, concerts assis, etc.), à condition qu’il y ait un espace de deux mètres (six pieds) entre les personnes de ménages différents.

Communauté

Il y aura bel et bien un Festival acadien en 2021
Communauté

Il y aura bel et bien un Festival acadien en 2021

18 juillet 2021Jacinthe Laforest

La présidente de l’Exposition agricole et le Festival acadien de la région Évangéline, Jeanne Gallant, confirme que des activités auront lieu sur le terrain durant la fin de semaine de la fête du Travail, du mercredi 1er septembre au dimanche.  Eh oui, il y aura un spectacle de clôture, eh oui, on remettra le prix d’Acadien ou Acadienne et Jeune Acadien et Acadienne de l’année.  Les candidatures sont accueillies avec grand bonheur.  

Culture

La Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel : De l’innovation dans sa saison 2021!
Culture

La Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel : De l’innovation dans sa saison 2021!

20 juillet 2021Jacinthe Laforest

Encore une fois cette année, la Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel a décidé d’offrir ses spectacles du dimanche soir sur sa page Facebook, gratuitement.  Alors que l’an dernier, les artistes participants s’étaient filmés eux-mêmes avec l’équipement dont ils disposaient, les prestations de cette année sont captées dans des studios professionnels à Charlottetown pour les artistes de l’Île et à Moncton, pour ceux du Nouveau-Brunswick.

Premier album solo pour Louise Arsenault
Culture

Premier album solo pour Louise Arsenault

18 juillet 2021Jacinthe Laforest

Louise Arsenault, à Alyre à Joe Narcisse, un Gallant, réalise un rêve : le lancement d’un tout premier enregistrement de ses compositions pour violon en carrière.  Dans le passé, elle a enregistré avec Barachois dont elle faisait partie, elle a aussi enregistré avec Gadelle, dont elle fait toujours partie.  «C’est mon premier disque, dit-elle, et ce n’est pas le dernier, j’en suis certaine».

Club de lecture TD pour les vacances
Culture

Club de lecture TD pour les vacances

10 juillet 2021Aveyanna Poulin

Les bibliothèques publiques de l’Île-du-Prince-Édouard sont fières de présenter le programme de lecture TD, un club national à travers lequel les enfants auront l’occasion de pratiquer leur français tout en s’amusant, cet été. 

Éducation

Deux finissants choyés à l’École Pierre-Chiasson
Éducation

Deux finissants choyés à l’École Pierre-Chiasson

30 juin 2021Jacinthe Laforest

Jake Buote et Morgan Hustler ont tous deux reçu leur diplôme d’études secondaires de l’École Pierre-Chiasson, le mardi 22 juin, en présence d’un nombre «réglementaire» de parents et d’amis, regroupés par cohortes familiales.  La soirée a été émouvante avec des pointes d’humour et de leçons de vie.  

Patrimoine

L’école de Lower Bedeque est déplacée
Patrimoine

L’école de Lower Bedeque est déplacée

30 juin 2021Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

L’école historique de Lower Bedeque, où l’auteure Lucy Maud Montgomery a enseigné au XIXe siècle, devrait déménager d’ici fin juin.  Le bâtiment, qui date de 1880, va être déplacé dans un parc en face du musée historique de la région de Bédèque. 

Veritas Acadie souligne son 10e anniversaire
Patrimoine

Veritas Acadie souligne son 10e anniversaire

08 mai 2021

Tout a commencé en 2009 alors que sept historiens et mordus d’histoire acadienne issus de milieux différents en Acadie, au Québec et en Nouvelle-Angleterre, ont fondé une société pour défendre la véracité historique en histoire acadienne sous tous ses aspects en particulier, mais non exclusivement sur la période de la Déportation.  Cette entreprise se nomme la Société internationale Veritas Acadie (la SIVA).

Société

Palestine : Des marcheurs dénoncent l’injustice à Charlottetown
Société

Palestine : Des marcheurs dénoncent l’injustice à Charlottetown

11 juin 2021Jacinthe Laforest

Le 22 mai dernier, 250 marcheurs ont manifesté pacifiquement à Charlottetown, en réponse à l’appel lancé par la Société musulmane de l’Île-du-Prince-Édouard.  «Dans les deux heures suivant la publication de notre invitation, nous avions le maximum d’inscriptions permis par la COVID-19 et les autorités de santé qui avaient approuvé notre plan», dit Zaïn Esseghaïer, porte-parole de la Société musulmane de l’Île.  

L’École Saint-Augustin fait partie de la 1re cohorte de quatre récipiendaires des prix de réconciliation
Société

L’École Saint-Augustin fait partie de la 1re cohorte de quatre récipiendaires des prix de réconciliation

01 juin 2021Jacinthe Laforest

L’Assemblée des conseils Epekwitk a profité de la Semaine de sensibilisation aux cultures autochtones pour inaugurer une toute nouvelle récompense afin de reconnaître les efforts de réconciliation.  Pour cette Assemblée, c’était aussi une façon de cristalliser sa nouvelle présence permanente sur le front de mer de Charlottetown, où s’élève dorénavant l’édifice de l’Assemblée Epekwitk.