Le 21 décembre 2018

Aujourd’hui parfaitement bilingues, les enfants de Tina McInnis se réjouissent de pouvoir poursuivre leurs études dans la langue de leur choix.  (Photo : E.M.)

Les parents anglophones ou de couples exogames sont de plus en plus nombreux à choisir l’école en français pour leurs enfants, à l’Î.-P.-É. comme au Canada.  Pour mieux comprendre leurs besoins en matière d’accompagnement, la Commission nationale des parents francophones (CNPF) lesa sondés cet automne.  Les résultats préliminaires démontrent une réelle volonté chez ces parents d’accompagner leurs enfants par tous les moyens possibles. 

Cet accompagnement se révèle toutefois complexe, en particulier pour les parents qui ne parlent pas du tout le français.  «À l’Île, plusieurs ont des racines acadiennes, mais ont été assimilés dans les années 50-60.  Ils veulent redonner la chance à leurs enfants d’être en contact avec cette culture et d’avoir plus d’opportunités grâce au bilinguisme», constate la docteure Mary MacPhee. 

Elle a défendu en février dernier sa thèse intitulée «L’expérience des parents non francophones ayant des enfants dans des écoles de langue minoritaire à l’Île-du-Prince-Édouard : une étude à méthode mixte». 

Au cours des cinq dernières années, Mme MacPhee s’est entretenue avec une quarantaine de parents anglophones de l’Île, et en a sondé le double.  Ses conclusions sont similaires à celles du sondage de la CNPF, comme quoi les parents anglophones veulent accompagner leurs enfants qui étudient en français, mais ne savent pas toujours comment. 


Trouver le rôle à jouer

Les devoirs sont un thème récurrent dans ces discussions, comme les parents anglophones peinent à aider leurs enfants puisqu’eux-mêmes ne comprennent pas la langue.  «À la maternelle, les enfants rapportent des livres à la maison, et les parents ont peur de mal prononcer les mots et que cela les mette sur la mauvaise piste», illustre Mary MacPhee.  Même pour les mathématiques, soutient la chercheuse, les exercices sont de plus en plus axés sur des problèmes écrits qui comportent des mises en scène, et rendent la tâche difficile aux parents non francophones. 

Tina McInnis est l’un de ces parents anglophones à avoir choisi l’école en français pour ses enfants, Keegan et Emma.  «On a du sang acadien, donc on a voulu ramener le français dans nos vies et ouvrir davantage de portes à nos enfants», explique la mère des jeunes de 11e et 7e année. 

«Depuis le temps qu’ils étudient en français, je pensais que j’aurais appris aussi, mais non», indique-t-elle, en soulignant l’immense fierté qu’elle ressent à ce que ses enfants soient bilingues. 

Tina McInnis se considère chanceuse, car l’ensemble de la communauté et les enseignants ont offert beaucoup de support au fil des ans.  Elle a également développé des stratégies pour tenter d’aider les enfants dans leur apprentissage, car comme le rapporte Mary MacPhee, elle avait peur de leur nuire plutôt que le contraire.  «Au lieu d’essayer moi-même de prononcer les mots, je les enregistrais pour qu’ils puissent se réécouter et se corriger eux-mêmes», raconte-t-elle. 

Dans le même ordre d’idées, plusieurs ont confié à Mary MacPhee qu’ils étaient réticents à se rendre à l’école pour demander de l’aide par crainte de parler anglais dans un établissement francophone.  «Je pense que c’est important de savoir à quel point ces parents veulent s’impliquer, mais ont besoin d’aide pour le faire.  C’est difficile quand ils n’osent pas le faire savoir», note-t-elle. 


Poursuivre l’apprentissage hors école 

Mary MacPhee place la bonne communication en priorité dans les étapes pour résoudre la question.  «Il faut expliquer aux parents anglophones comment traduire les communications de l’école, comment avoir accès aux programmes francophones, et quelles ressources sont disponibles pour eux?», affirme la chercheuse. 

Quand les enfants étaient plus jeunes, Tina McInnis a beaucoup profité des activités organisées par Cap enfants, ou dans la région Évangéline.  «L’accès à des activités francophones, ou par exemple aux bibliothèques où il est possible d’emprunter des livres et des enregistrements audio, c’est un aspect primordial pour encourager l’enfant à continuer son apprentissage», constate Mary MacPhee. 

Une autre idée pourrait être la mise en place, des rencontres mensuelles incluant les parents anglophones, avance-t-elle.  D’après le sondage qu’a mené la docteure pour sa thèse, plusieurs parents se questionnent à savoir s’ils font le bon choix pour leur enfant, d’autant plus lorsque celui passe à l’école intermédiaire ou secondaire.  «Une formation pour les enseignants et l’administration ne serait pas de trop, pour qu’ils sachent comment gérer le nombre croissant de parents anglophones», propose Mary Macphee. 

Le projet Voir Grand de la Fédération des parents de l’Î.-P.-É. (FPÎPÉ) est un exemple d’initiative qui permet d’inclure les parents anglophones, et les encourage à poursuivre l’éducation de leurs enfants en français.  C’est aussi une réaction en dominos, comme en grandissant ces enfants joueront également un rôle d’ambassadeurs de la langue de Molière.  «Je trouve que la communauté francophone est de plus en plus ouverte, et c’est tant mieux parce qu’ainsi les francophiles de plusieurs horizons peuvent s’y joindre», enchaîne la doctorante. 

Avec leur grand-père, les enfants de Tina McInnis peuvent désormais parler français, ce qui réjouit énormément leur aïeul.  Plutôt que de craindre l’arrivée d’enfants issus de milieux anglophones dans les écoles francophones, croit Mary MacPhee, il faut le voir comme une opportunité de faire grandir le français à l’Île.  Pour la CNPF comme pour la FPÎPÉ, la prochaine étape consiste à développer des outils pour accompagner les parents anglophones dans tout le continuum scolaire.  Si les sondages révèlent une chose, c’est que l’engouement de ces derniers est bien présent. 



- Par Ericka Muzzo

Communiqué

Ouragan Fiona : aide pour les ONG, les aînés et les bénéficiaires de programmes sociaux et de logements sociaux

29 septembre 2022

Des Insulaires qui ont été touchés par l’ouragan Fiona recevront une aide financière de la province.  « L’ouragan Fiona a eu des effets dévastateurs, plaçant de nombreux Insulaires dans des circonstances extrêmement difficiles », a souligné l’honorable Matthew MacKay, ministre du Développement social et du Logement. « Notre principale priorité est de veiller à ce que les Insulaires soient en sécurité et que leurs besoins de base immédiats soient satisfaits aussi rapidement et efficacement que possible. »

Communiqué

Le gouvernement fait le point sur les activités et lance des programmes de secours

29 septembre 2022

Lors d’un point de presse le mardi 27 septembre, le gouvernement a fait le point sur les activités et les programmes de secours dans le cadre du rétablissement de la province après l’ouragan Fiona.

Transports et Infrastructure
Les équipes provinciales continuent de dégager les routes et travaillent avec Maritime Electric lorsque des arbres se trouvent sur les lignes électriques. Dans le but de rétablir le courant au plus grand nombre d’Insulaires le plus rapidement possible, plus tard dans la journée, Maritime Electric travaillera à rétablir le courant dans le secteur du rond-point de North River.

le porte voix logo blanc

Le Porte-Voix

Le Porte-Voix est une nouvelle initiative de La Voix acadienne mise en œuvre grâce au Fonds d’appui stratégique aux médias communautaires (FASMC).  Il aborde des thématiques diverses qui touchent la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, particulièrement les jeunes et les familles.

 Nous remercions Patrimoine Canada (Programme de Développement des communautés de langue officielle), Réseau.Presse et nos commanditaires privés pour leur contribution au projet.

Voir tous les thématiques

L’importance de soutenir nos entreprises locales: L’achat local, la mode de chez nous
Le Porte-Voix

L’importance de soutenir nos entreprises locales: L’achat local, la mode de chez nous

22 mars 2022

Les bouleversements créés par la pandémie mondiale de Covid-19 ont ébranlé plusieurs entrepreneurs de l'Île-du-Prince-Édouard. Pour certains, cette pandémie a apporté une croissance de ventes, alors que pour d’autres ce fut une période très difficile financièrement. Qu’à cela ne tienne, les insulaires sont solidaires et ont décidé d’appuyer le plus possible les entrepreneurs locaux en priorisant l’achat local.

Jeux du Canada
Le Porte-Voix

Jeux du Canada

15 février 2022

Notre cinquième édition du Porte-Voix se consacre aux Jeux du Canada, qui auront lieu dans exactement un an à l'Île-du-Prince-Édouard. Le comité organisateur et les athlètes sont fébriles et ont hâte à cet événement sportif important. Dans ce cahier, vous en apprendrez davantage sur le recrutement de bénévoles bilingues et vous rencontrerez deux anciens athlètes insulaires ayant participé aux Jeux du Canada.

Semaine nationale de l’immigration francophone
Le Porte-Voix

Semaine nationale de l’immigration francophone

10 novembre 2021

La neuvième édition de la Semaine nationale de l’immigration francophone bat son plein. Célébrée chaque année en novembre, cette semaine est l’occasion de promouvoir la diversité francophone à travers le pays. Le thème de cette année est “Une francophonie aux milles saveurs”. Ça donne faim!

Vive la rentrée!
Le Porte-Voix

Vive la rentrée!

15 septembre 2021

En cette rentrée 2021, les étudiants ont des objectifs, certains ont des craintes et certains ont des rêves sur le point de se réaliser. Dans cette édition du Porte-Voix, on discute avec des étudiants qui retournent sur les bancs d’école et nous vous présentons également les nouveautés de la Commission scolaire de langue française. 

Vivre pleinement son île cet été!
Le Porte-Voix

Vivre pleinement son île cet été!

07 juillet 2021

Jeu-concours

Saurez-vous trouver les cinq différences? N’oubliez pas de participer à notre concours en cliquant ci-dessous!

PARTICIPER

LaVoix WebBanner June2021 3

L’école est terminée et les règles sanitaires se sont enfin desserrées à l’Île-du-Prince-Édouard : la saison touristique est bel et bien commencée! Comment profiterez-vous de votre île cet été?

Découvrez les coups de cœur et les secrets les mieux gardés de nos lecteurs dans cette deuxième édition du Porte-Voix. N’oubliez pas de participer à notre concours!

Le projet est rendu possible grâce à l’appui financier du Fonds d'appui stratégique aux médias communautaires. Dans les prochains mois, La Voix acadienne publiera d’autres cahiers sur d’autres thèmes.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités

Ouragan Fiona : Des militaires en renfort pour nettoyer les dégâts
Actualité

Ouragan Fiona : Des militaires en renfort pour nettoyer les dégâts

29 septembre 2022FRANCOPRESSE

Privés d’électricité, les résidents de nombreuses localités de l’Atlantique ont vécu la journée de dimanche au son des génératrices et des scies mécaniques. Le gouvernement fédéral a déployé des équipes des Forces armées canadiennes pour appuyer au nettoyage des dégâts après le passage de l’ouragan Fiona.

Manifestation pour le climat : «On aimerait que des jeunes nous rejoignent»
Actualité

Manifestation pour le climat : «On aimerait que des jeunes nous rejoignent»

22 septembre 2022Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Une nouvelle journée de grève pour le climat va avoir lieu vendredi 23 septembre sur l’ensemble de la planète, à l’appel du mouvement «Fridays for Future».  Mais à l’Île-du-Prince-Édouard, aucun rassemblement n’est annoncé.  Sentiment d’impuissance, déconnexion de l’urgence climatique, plusieurs causes expliquent ce manque de mobilisation de la jeunesse insulaire.

Communauté

Communauté

L’assemblée générale annuelle de la SAF'Île se tiendra le 22 octobre

27 septembre 2022

La Société acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. vous invite cordialement à son assemblée générale annuelle (AGA) qui se tiendra le samedi 22 octobre prochain, de 9 h 30 à 16 h 30, au Centre Belle Alliance à Summerside.  Cette rencontre annuelle pour les intervenants communautaires, membres de la communauté de l’Île et partenaires a pour thème : «Avenir du français, avenir de la jeunesse.»

La Légion de Wellington offre un refuge
Communauté

La Légion de Wellington offre un refuge

27 septembre 2022

Dans le cadre du plan d’intervention d’urgence de la région Évangéline, la Légion de Wellington a été identifiée comme un refuge à cause de Fiona.  Tout de suite après Dorian, en 2019, des douches ont été ajoutées au second étage, ce qui rend de grands services à bien des gens.  «Dimanche, nous avons eu une cinquantaine de personnes.  Les gens sont venus pour la compagnie, pour des breuvages chauds, et plusieurs ont aussi pris des douches.

Culture

Le Festival de la chanson du Grand Ruisseau prends son envol
Culture

Le Festival de la chanson du Grand Ruisseau prends son envol

14 septembre 2022

Le dimanche 11 septembre en soirée, la Coopérative de développement culturel et patrimonial de Mont-Carmel a tenu le premier de trois concerts dans le carde du Festivalde la chanson du Grand Ruisseau.  Le groupe MAZ, qui inclut Josée Boudreau Gallant de Mont-Carmel et plusieurs autres membres de sa grande famille du Nouveau-Brunswick, a ravi les oreilles du public très nombreux. 

Éducation

École, une question de rythme 
Éducation

École, une question de rythme 

23 septembre 2022Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Chaque année, après deux mois de vacances estivales, les élèves de l’Île-du-Prince-Édouard étudient pendant 179 jours de classe, au rythme de cinq jours par semaine.  Ce calendrier scolaire n’est pas toujours adapté à l’horloge biologique des jeunes, et peut nuire à leurs apprentissages. 

Patrimoine

Roma-à-Trois-Rivières reçoit le prix Gilbert-Buote 
Patrimoine

Roma-à-Trois-Rivières reçoit le prix Gilbert-Buote 

10 septembre 2022Jacinthe Laforest 

Le règne de Jean-Pierre Roma, à l’île Saint-Jean, n’a duré que de 1732 à 1745.  Cette année-là, 10 ans avant le début officiel de la déportation, son poste de traite qui comptait de nombreux bâtiments a été incendié par des militaires de la Nouvelle-Angleterre, alors que lui-même était caché dans la forêt toute proche.  «Littéralement, il a vu son rêve partir en fumée», réagit Helen Lockerbie, bénévole de longue date au lieu historique national Roma, après avoir reçu le prix Gilbert-Buote 2022, pour la programmation livrée en 2021.  

Société

Le retour en grâce de la mise en conserve
Société

Le retour en grâce de la mise en conserve

28 septembre 2022Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne

Qui n’a jamais tressailli en plein hiver à ce bruit de la conserve en bocal qui s’ouvre?  Ce simple «pop» qui réveille les souvenirs de l’été passé, et révèle la fraicheur capturée à son mieux.  Au cœur de la tradition culinaire canadienne, les conserves retrouvent leur place dans les garde-mangers canadiens.  Prise de conscience écologique, contexte inflationniste, les raisons sont multiples.

Webinaire sur les mauvais traitements dans les sports
Société

Webinaire sur les mauvais traitements dans les sports

26 septembre 2022

Comme l’indiquent les recherches et les récents reportages des médias, les contextes sportifs peuvent être caractérisés par des cultures toxiques dans lesquelles les athlètes sont victimes de mauvais traitements, notamment de microagressions et de discrimination.