Culture
Par Claire Lanteigne
«An Evil Tale I Heard» est publié par Rune Press Limited, maison d’édition fondée par le couple, et distribué par Guernica Editions. Il est disponible en ligne, ainsi qu’aux magasins Bookmark de Charlottetown et d’Halifax.

An Evil Tale I Heard, la suite de The Devil’s Making du regretté auteur néo-brunswickois-britannique Seán Haldane a été célébrée lors d’une soirée de lectures et de musique à The Carriage House de Charlottetown.

Le premier roman de Seán Haldane (www.seanhaldane.com) suit le protagoniste du policier anglais Chad Hobbes alors qu’il résout le mystère de la découverte du corps mutilé d’un colon britannique sur l’île de Vancouver en 1869.

Ce nouveau livre suit Chad et sa femme tsimshian Lukswaas en 1871 en route vers l’Angleterre lorsqu’on lui demande de résoudre un nouveau meurtre sur une autre île britannique, l’Île-du-Prince-Édouard. Son nom Mi’kmaq est Abegweit – «Bercée par les vagues». Les Mi’kmaqs sont maintenant moins nombreux que les colons français et anglais et l’île, encore colonie anglaise, est endettée et sous pression pour rejoindre un Canada naissant. 

L’Acadienne Marie Évangeline, fille d’un politicien acadien et épouse d’un politicien anglophone, est retrouvée sauvagement battue à mort. Qui essaie de tuer qui? Qui est amoureux de qui? Ces questions révèlent une grande bonté, mais aussi «une histoire diabolique». Après avoir voyagé d’un océan à l’autre, Chad est à nouveau tiraillé entre la loi et la justice dans un monde où les secrets sont bien cachés et protégés. Il se demande même si on veut le tuer.

Les endroits familiers de l’Île, présentés dans le nouveau livre, comprennent Charlottetown, Stanley Bridge, North Rustico, Darnley, Lennox Island, Summerside et Georgetown, avec des événements importants qui se déroulent sur la partie panoramique et spectaculaire des plages de la côte nord de l’Î.-P.-É. à Thunder Cove.

The Devil’s Making a remporté le prix Arthur Ellis 2014 du meilleur roman policier canadien (Crime Writers of Canada). Sarah Weinman, auteure primée de romans policiers, a déclaré à propos de ce premier livre dans le National Post : «Haldane donne au lecteur l’impression d’avoir été plongé dans la vie quotidienne de ceux qui vivent à Victoria à l’époque de 1869 et refuse de fuir la vérité en faveur d’une approche plus politiquement correcte de la fiction historique.» La critique du Globe and Mail a indiqué au sujet de ce roman : «Intrigue bien organisée et écrite, ceci est un excellent début qui promet de plus grandes œuvres à venir.» 

L’auteur

Seán Haldane est l’auteur de six recueils de poèmes, de deux romans policiers historiques et de quatre livres sur la psychologie et les neurosciences. Ses romans policiers historiques s’inspirent de ses expériences en tant que psychologue et neuropsychologue dans les services de santé et le système de justice pénale au Canada de 1987 à 1994 (Île-du-Prince-Édouard et Colombie-Britannique) et au Royaume-Uni (de 1995 à 2012). De 2012 à 2020, il a exercé en pratique privée à Londres en tant que témoin expert, fournissant des évaluations aux bureaux des procureurs de la Couronne et aux avocats de la défense. Il a vécu en Angleterre et au Canada en tant que citoyen britannique, irlandais et canadien. Haldane est décédé en mars 2023.

Détective du livre

L’épouse de l’auteur, Ghislaine Lanteigne, originaire de Caraquet au N.-B. et co-éditrice chez Rune Press a fait des recherches et la révision du livre. «Seán avait déjà fait beaucoup de recherches», dit-elle, «mais il était en pleine course en écrivant son livre. Par la suite, j’ai relu ce roman pour vérifier, par exemple, si les actions des personnages étaient bien reliées entre elles. J’ai repassé le livre au peigne fin et je suggérais des corrections à Seán, ce qu’il faisait rapidement. J’étais la détective du livre!» 

«Nous avons travaillé fort à la production de ce livre et il est bien intéressant : entre autres, il comprend des aspects de l’histoire des Acadiens», poursuit-elle. «On y présente aussi des facettes de la vie de tous les jours : les vêtements que les gens portaient, ce qu’ils mangeaient, leurs moyens de transport, l’organisation du gouvernement et aussi la grande question du jour, à savoir si l’Île allait se joindre à la Confédération canadienne.» Elle ajoute que Seán aimait beaucoup l’Î.-P.-É.

Il est à noter que Ghislaine a travaillé pendant quelques années comme fonctionnaire au gouvernement de l’Île pour la mise en place d’un programme d’enseignement du français pour les fonctionnaires anglophones.

«En plus de mettre le livre en valeur, le lancement était un événement qui rendait hommage à mon mari», conclut-elle. Il mettait en vedette leur fille Christina Raphaëlle Haldane, une soprano acclamée qui a interprété des chansons acadiennes accompagnée du pianiste Carl Philippe Gionet et de la violoniste Anastasia DesRoches. On a aussi fait la lecture de deux extraits du livre.  

Seán HaldaneL’auteur Seán Haldane.  (Photo : Gracieuseté)

Trio.SHaldane.ÎPE.17.06.2023Nous reconnaissons dans l’ordre habituel : Carl Philippe Gionet, Anastasia DesRoches et Christina Raphaëlle Haldane qui ont animé l’événement. (Photo : Gracieuseté)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Culture