Communauté
Par Jacinthe Laforest / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne - ATL
Tilmon Gallant, président du comité du futur centre scolaire et communautaire de la région Évangéline. (Photo : J.L.)

Dans la foulée de la discussion qui a eu lieu lors de l’AGA du Conseil scolaire-communautaire Évangéline (CSCÉ) à propos du secret qui semble entourer les travaux du comité de construction du futur centre scolaire et communautaire de la région, La Voix acadienne a pris contact avec Tilmon Gallant, le président du comité, pour tenter de dissiper les nuages.  Selon lui, il n’y a pas de raison que les gens de la communauté ne soient pas mis au courant des avancements, sauf qu’à l’heure actuelle, dit-il, il n’y a pas grand-chose à dire. 

Rencontré à Rustico le 13 juin, Tilmon Gallant est un vétéran des comités de construction des centres scolaires et communautaires francophones à l’Île.  «Le seul que je n’ai pas fait c’est DeBlois.  Pour celui-ci, d’Évangéline, j’ai été nommé par le gouvernement, même avantFiona et j’y suis resté, à la demande du gouvernement.  Je pense que ce sera mon dernier», suppose-t-il.  

Bien au courant des dynamiques communautaires, il a dit comprendre les frustrations dans la collectivité.  «Je ne blâme personne de trouver que ça tarde.  Ça fait cinq ans depuis que le premier ministre a annoncé que l’école Évangéline serait refaite.  On a rencontré des obstacles contre lesquels nous n’avions aucun contrôle : la pandémie puis Fiona, alors qu’on était sur le point d’annoncer le financement.  Il a fallu tout refaire, mais on n’est pas reparti de zéro tout de même», dit le responsable.  

À cet effet, il mentionne une étude décrivant le concept d’un centre d’excellence et art et culture qui date de 2019.  Rédigée par Paul D. Gallant lorsque Gabriel Arsenault était le président du comité de renouvellement du centre, le concept avancé dans ce document avait reçu l’aval de la communauté et des gouvernements et encore aujourd’hui, assure Tilmon Gallant, c’est ce document qui guide le comité de construction.

«Je comprends qu’il puisse y avoir des malaises, surtout si les gens ont l’impression d’être tenus à l’écart, mais je réitère que le concept sur lequel nous basons notre travail vient du document de 2019», a-t-il maintenu.  

Manque perçu de transparence 

Lors de l’AGA du CSCÉ, les gens qui posaient des questions se sont butés à des «On n’a pas le droit de dire», ce qui n’a pas été apprécié.  De son côté, Tilmon Gallant assure que les gens ont le droit de poser des questions et d’avoir des réponses, quand il y en a.  

«Il n’y a vraiment pas grand-chose à dire.  On fait notre travail.  Les architectes de Sable Arc de Charlottetown, nous accompagnent à chaque étape.  On n’a pas encore de dessins à montrer.  Par contre, ce qu’on appelle le “Space Program“ [allocation de pieds carrés par salle et section] est en ligne et peut être consulté par n’importe qui.  Ça peut répondre à plusieurs inquiétudes», suggère-t-il.  

D’autre part, il soutient que des représentants des quatre grands groupes clients du nouveau centre (Commission scolaire de langue française, centre de la petite enfance, École Évangéline et la communauté) ont des représentants au comité de construction.  Selon lui, ces personnes sont là, entre autres, pour faire le lien avec la communauté, dans un sens comme dans l’autre.  

«C’est vrai que le projet sera pas mal «tout cuit» lorsqu’on sera en mesure de dévoiler les concepts, tard à l’automne, mais l’idée est justement que la communauté est censée, comme les trois autres secteurs, alimenter le comité de construction, par l’entremise de la personne qui la représente au comité.  Nous faisons des changements régulièrement», précise le président.  

Encore plusieurs étapes et relativement peu de temps

Tilmon Gallant rappelle que, dans les prochaines semaines, il pourrait y avoir une fenêtre pour consulter des plans préliminaires.  Une courte fenêtre.  Avant l’adoption finale des plans, chaque secteur va recevoir la partie qui le concerne afin de l’approuver.  Ils auront environ une semaine pour joindre leurs gens et obtenir une approbation générale.  Une fois cette étape faite, les architectes vont développer les spécifications pour les systèmes électriques et tous les autres systèmes.  Une fois que tous ces dessins sont faits, c’est très difficile de changer quelque chose.  Et c’est justement à cette étape qu’un dévoilement est prévu, plus tard à l’automne.  

«Je comprends que les gens veuillent savoir, mais on ne peut pas faire tous les changements que tout le monde suggère.  Chaque fois qu’on demande un changement, la facture des architectes augmente», rappelle-t-il.  

«Je veux que la communauté comprenne que le sujet n’est pas fermé.  Il n’y a juste pas beaucoup à diffuser, à l’heure actuelle.  Cependant, je peux annoncer que nous avons obtenu une cohorte de plus pour les poupons au centre préscolaire et que le gouvernement provincial a accordé le financement pour l’espace supplémentaire que ça représente», confirme le président.  

Tilmon Gallant se dit aussi bien conscient que les coûts augmentent régulièrement et que le budget octroyé pourrait, le temps venu, ne pas suffire pour réaliser le plan qui aura été déterminé.  «Je rassure les gens que les plans ne seront pas coupés parce que les coûts ont augmenté», dit-il.  

Un mot sur les architectes Sable Arc

Ce sont les architectes de la firme Sable Arc de Charlottetown qui conçoivent le projet.  Ce sont aussi eux qui ont fait le désign de l’école Sherwood, présentement en construction.  «Ils n’ont jamais fait de centres scolaires et communautaires, mais ils ont des partenaires en Alberta qui ont travaillé sur des projets dans l’Ouest et ils sont même venus à une de nos rencontres», précise Tilmon Gallant, qui semble apprécier la disponibilité du personnel (quatre représentants à chaque rencontre) et leur volonté d’apprendre.  

Le comité de construction est composé, entre autres, d’un représentant du CPE, de la CSLF, de l’ÉÉ, et du CSCÉ, ainsi que des parents.  Des membres du personnel de la CSLF sont aussi autour de la table ainsi que des représentants des ministères de l’Éducation et de la Petite Enfance, et de Transports et Infrastructure et les architectes.  

2-reno-EE.jpgVoici une image du site global qui inclura le nouveau centre.  La construction sur deux étages semble petite en comparaison avec l’étendue du terrain. 

3-reno-EE.jpgCette image est le plan de l’édifice existant.  L’équivalent de ce plan n’existe pas encore pour la nouvelle construction. 

4-reno-EE.jpgC’est à cette adresse qu’on peut consulter le «Space Program» : https://tenders.princeedwardisland.ca/sites/tenders.princeedwardisland.ca/files/tenders/20240515-New%20Ecole%20Evangeline_CM_RFP-158-20071-2.pdf  

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Communauté