Communauté
Par Jacinthe Laforest
Patricia Richard, Nick Arsenault et Annette Richard forment l’équipe du CSCÉ. (Photo : J.L.)

Sous sa forme actuelle, le Conseil scolaire-communautaire Évangéline existe depuis 25 ans, mais dans les faits, il y a eu dans la région Évangéline un comité régional (de la SSTA à l’époque) depuis le début des années 1980, lorsque les succursales (de la SSTA) ont été fusionnées.  

Nick Arsenault est le directeur général du Conseil scolaire-communautaire Évangéline depuis un peu plus de cinq ans.  C’est donc sous son leadership, et celui de la présidente Debbie Rousselle-Montgomery que les fêtes du 25e s’organisent.  

«Nous planifions de petites choses pour rappeler des souvenirs aux gens, pour souligner les contributions des employés et des bénévoles», promet Nick Arsenault, tout en précisant que la programmation n’est pas encore prête à être dévoilée.  

Depuis au moins cinq ans, le CSCÉ a construit son action sur un leadership de partenariat.  «Nous avons des partenariats qui sont ponctuels pour des activités spécifiques et nous en avons aussi qui s’entretiennent sur le long terme.  L’École Évangéline, le centre Pomme et Rinette, La Commission scolaire de langue française…  Nous trouvons que les partenariats sont motivants.  Nous aidons nos partenaires à atteindre des objectifs que nous partageons, et vice et versa.  C’est stimulant».

Nick apprécie particulièrement le climat d’entraide entre ses homologues des autres régions.  «Ce ne sont pas des partenariats qui sont visibles dans nos régions, en tout cas, la plupart du temps, mais j’apprécie les échanges de bonnes pratiques, les expériences et les idées qu’on peut partager entre nous», affirme le DG.  

Partenariats clés

Le directeur général du CSCÉ attire l’attention sur deux projets basés sur des partenariats qui se déroulent en cette année de 25e anniversaire.  Bienvenue Évangéline et le service de repas livrés à domicile.  

«Quand je pense aux prochaines 25 années, je veux qu’on soit encore capables de vivre en français, de travailler en français, et de faire des activités en français.  Pour ça, il faut augmenter la population francophone, la clientèle à l’école et au CPE.  Travailler avec la Coopérative d’intégration francophone et le projet “Bienvenue Évangéline” est pour nous, en ce moment, le meilleur moyen de faire avancer ce dossier.  Nos objectifs sont semblables.  On s’entraide.  C’est comme ça qu’on travaille.  Pour nous, ce n’est pas important de savoir qui prend le crédit de quoi.  L’important, c’est que ça avance».

Le second projet de développement communautaire en planification est celui des repas livrés à domicile.  «Les francophones de l’âge d’or sont avec nous sur ce projet.  Ils ont accès à des fonds, ils ont un mandat qui est compatible avec nos objectifs de développement communautaires».

Plus tôt cet hiver, le CSCÉ a testé l’intérêt des gens à participer à un service de repas livrés à domicile.  Selon Nick Arsenault, en quelques jours, 25 clients et 25 bénévoles avaient manifesté de l’intérêt.  «Pour nous c’est un signe que c’est un besoin, et pas seulement le besoin primaire du repas chaud.  Le besoin de faire quelque chose pour les autres, d’être utile... le besoin de sécurité, d’un peu de compagnies.  C’est du travail de tout mettre en place.  Ce n’est pas le type de service qu’on peut commencer puis arrêter puis reprendre.  Un partenariat nous aide à répartir les responsabilités, et assurer le projet sur le long terme.  Je pense qu’en septembre, au plus tard, on sera prêt à faire le lancement», dit Nick Arsenault, avec enthousiasme.  

Nouveaux locaux d’ici 2024-2025?

Cette année de 25e anniversaire du CSCÉ marque le début de la planification officielle d’un véritable centre scolaire et communautaire pour la région Évangéline.  «Le comité de construction nommé par le gouvernement s’est rencontré déjà trois fois.  On commence à discuter des espaces.  La décision finale n’a pas été prise encore, mais je dirais que ça se dirige vers une rénovation, plutôt qu’une nouvelle construction.  Ce sont des décisions difficiles à prendre», avoue Nick Arsenault.  

Tilmon Gallant est le président du comité de construction.  Le comité inclut Brad Samson, Richard Arsenault et Kathleen Couture.  «Ce sont des gens qui ont vécu plusieurs projets de rénovation.  Nous sommes choyés qu’ils soient avec nous sur ce projet.  On pense que d’ici un an, au printemps 2022, la construction pourrait commencer.  Les plus optimistes disent que ça sera complété en trois ans, les plus pessimistes parlent de cinq ans.  Ça nous ferait un beau cadeau de 30e anniversaire», dit Nick Arsenault.  

En attendant, comme cadeau de 25e anniversaire, le CSCÉ aimerait que la population de la région Évangéline se souvienne un peu plus chaque jour que la belle vie en français dont elle profite n’est pas acquise et qu’il faut lui donner un coup de pouce chaque fois qu’on en a l’occasion.   

Conseil d’administration 2020-2021

L’assemblée générale annuelle du Conseil scolaire-communautaire Évangéline aura lieu le 14 juin.  Actuellement, le conseil d’administration est composé de Debbie Rousselle-Montgomery, Éric Morency, Diane McInnis, Trina Arsenault, Rémi Arsenault, Cécile Arsenault, Isabelle Bernard, Marcia Arsenault et Yvonne Gallant.  

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Communauté