FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 31 mars 2021

- Jacinthe Laforest

Les panneaux solaires sont installés du côté sud de la maison, et sont visibles seulement depuis la rue qui passe derrière la maison.

 

Paul et Odette Cyr ont construit leur maison en 1992, en plein cœur d’Abram-Village.  Depuis, ils n’ont cessé de l’améliorer, par petits projets d’abord puis, par de gros projets, incluant l’installation d’une pompe géothermique et de panneaux solaires.  Grâce à son approche quasi scientifique, Paul Cyr est en mesure de confirmer que les panneaux solaires tiennent leurs promesses. 

 

En septembre 2018, Paul Cyr a fait installer des panneaux solaires sur sa maison, pour réduire ses frais d’électricité.  Cette décision n’était pas la première que la famille prenait pour réduire son empreinte carbone.  Quelques années auparavant, les Cyr avaient opté pour un système de chauffage géothermique. 

 

«Pour chauffer et éclairer notre maison, ça nous coûtait 6 500 $ par année.  On avait un chauffage à l’huile.  Est venu le temps de remplacer notre fournaise.  On a regardé nos options, et on a opté pour une pompe géothermique.  Avec ce système, on s’est totalement libéré de la facture d’huile à chauffage, et on a réduit notre empreinte carbone, mais notre facture d’électricité est montée en flèche.  Malgré cela, notre facture totale pour l’année a baissé à 3 500 $, juste en électricité.  C’était beaucoup moins cher, mais on restait tout de même dépendant». 

 

Dans la région Évangéline, dans la seconde moitié des années 2010, il y avait un certain intérêt pour le solaire.  On pensait mettre des panneaux sur l’aréna et Paul Cyr a commencé à s’intéresser à la technologie et à ses promesses.  «Je me suis fait expliquer les chiffres, les coûts d’installation, ce que j’en retirerais, les projections à plus ou moins long terme, et pour moi, ça avait du sens.  On a fait installer nos panneaux solaires en septembre 2018.  J’ai pu collecter des données sur trois hivers et deux années complètes et je peux dire que ça marche».

 

Avec son système de 39 panneaux solaires installés sur le toit de la maison et du garage (deux angles différents pour un maximum d’efficacité) du côté sud, Paul Cyr produit de 17 000 à 18 000 kW/h par année, ce qui représente environ 80 % de la consommation totale de la maison. 

 

«C’est ce que j’avais calculé et c’est ce que les panneaux produisent.  Par contre, j’avais négligé de prendre en compte certains coûts fixes, comme le frais de service que Maritime Electric charge à tous ses clients et le calcul des taxes, qui se fait sur l’électricité que j’achète d’eux, avant mon crédit.  Donc, mes économies en argent sont d’environ 60 %, au prix actuel de l’électricité».

 

Paul Cyr collige toutes les données que son nouveau système de panneaux photovoltaïques lui fournit et constate que les économies sont réelles. 

 

Des rendements intéressants sur un investissement

 

L’installation d’une pompe géothermique coûte aux alentours de 30 000 $.  C’est une somme considérable.  Cependant, Paul Cyr fait le calcul suivant.  «Si tu as 30 000 $ à investir, et que tu le places à la caisse ou à la banque, tu es chanceux si tu as un rendement de 2 % ces temps-ci.  Ma pompe géothermique a réduit ma facture de 3 000 $ par année, donc c’est un rendement de 10 %.  Et ça ajoute de la valeur à la maison.  Même chose pour les panneaux solaires.  Mon système a coûté aux alentours de 30 000 $ et j’économise au moins 2 300, 2 400 $ par année.  Encore une fois, j’ajoute de la valeur à la maison, et j’ai un retour intéressant sur mon investissement.  Je concède que nous n’aurions pas pu faire de tels investissements quand nous étions plus jeunes».

 

Cela étant dit, il existe maintenant des formules de location à long terme qui évitent d’avoir à débourser un gros montant dès le départ.  Et le gouvernement provincial offre un programme qui paie 40 % des coûts d’installation, jusqu’à concurrence de 10 000 $.  Ce programme est entré en vigueur un peu trop tard pour que les Cyr puissent en profiter. 

 

Maison autosuffisante à 70 %

 

Paul et Odette Cyr, tous deux retraités depuis quelques années, vivent maintenant dans une maison autosuffisante à 70 %.  «Dans l’avenir, ça va peut-être devenir la norme, mais pour maintenant, c’est rare.  Ça ajoute de la valeur à notre maison.  Et on peut aussi dire qu’on est éco-responsable, et qu’on fait notre part».

 

Les panneaux solaires sont garantis pendant 25 ans.  Ça ne bouge pas, il n’y a pas d’usure.  Il faut les faire installer sur un toit qui n’aura pas besoin d’être remplacé.  Les Cyr ont opté pour un toit en métal. 

 

Grâce à l’application intelligente qui vient avec le système, Paul Cyr peut savoir en tout temps et en temps réel le degré de performance de ses panneaux photovoltaïques.  Il peut comparer les données, d’une année à l’autre, et savoir si un panneau est défectueux.  «Lorsque tous les panneaux sont bleus comme ça, tout va bien.  S’il arrivait qu’un panneau soit noir, ça voudrait dire qu’il y a un problème.  C’est vraiment pratique cette application», dit le propriétaire.

 

Quelques chiffres

• Pompe géothermique : 30 000 $, économie de 3 000 $ par année = payée en 10 ans

• Panneaux solaires : 30 000 $, économie de 2 000 $ par année = payés en 15 ans

• Facture d’électricité en juillet et août : environ 35 $ par mois pour le fonctionnement total de la maison. 

• Facture d’électricité en décembre : 392 $ pour le fonctionnement total de la maison. 

L'Île-du-Prince-Édouard en images