FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 19 novembre 2019

- Par Jacinthe Laforest

L’objectif de la campagne a été fixé à 150 000 $. La somme sera ajoutée au fonds d’achat d’équipement, dont le coût est estimé à 250 000 $.  De gauche à droite, Kelly Arsenault-Richard, du Salon funéraire Évangéline, Florence Bernard, présidente d’honneur de la campagne, Marcel Richard, président du Chez-Nous, et Louise Gallant, fille d’une des cinq fondatrices de la résidence, feue Ida Gallant. (Photo : J.L.)

 

La Coopérative Le Chez-Nous ltée, dans ses efforts pour ouvrir dès janvier 2020 sa nouvelle section de soins de longue durée, a encore du chemin à faire pour satisfaire toutes les exigences gouvernementales.  L’embauche des ressources humaines est importante, ainsi que l’assurance que tous les équipements standards soient en place.  Dans ce domaine, tout coûte cher.  Une seule baignoire spécialisée coûte 18 000 $.

 

Ladite baignoire hautement spécialisée, qui facilitera de beaucoup le travail des employés tout en assurant le confort et la sécurité des bénéficiaires, a été livrée dans la section en construction et elle est encore dans sa boîte, bien emballée, en attendant qu’on puisse l’installer dans la sallede bain qui lui sera affectée. 

 

«Une baignoire comme celle-ci coûte 18 000 $ et on n’a pas le choix.  C’est ce qui est requis», indique Gilles Painchaud, qui est membre du comité de la campagne. 

 

La baignoire est loin d’être le seul équipement qui coûte cher : les lève-personne, les fauteuils, les tables ajustables, les lits qui s’abaissent pratiquement jusqu’au plancher, tous ces morceaux d’équipement et de mobiliers vont coûter environ 250 000 $. 

 

«On a fixé la campagne à 150 000 $ parce qu’on est tout de même une petite région.  Noël arrive, les temps sont durs pour tout le monde.  Le reste de l’argent fera partie du budget financé par notre coopérative», a indiqué Gilles Painchaud. 

 

En disant cela, Gilles Painchaud note aussi que Le Chez-Nous a toujours pu compter sur la générosité des gens.  «Cette semaine et même la semaine passée, même si on avait fait très peu de publicité pour notre campagne, les gens appelaient pour donner.  Ça nous encourage à continuer», dit Gilles Painchaud. 

 

Facile de faire un don

 

Le Chez-Nous a mis en place plusieurs façons pour permettre aux gens de faire un don quand ça leur convient, en personne à l’établissement, par un transfert électronique, par un don à la caisse populaire.  Les dons sont déductibles d’impôt. 

 

La présidente d’honneur de la campagne est Florence Bernard, qui a d’ailleurs elle-même fait un don au nom de sa famille.  «C’est un privilège de travailler pour la communauté et d’aider les personnes âgées à rester dans leur communauté.  Ma mère, Alina, a été une des premières à venir vivre ici et le Chez-Nous a toujours été important pour moi, et aussi pour mon mari Léonce, qui a toujours voulu créer des services de manoir dans la région Évangéline», a-t-elle dit lorsqu’on l’a invitée à prendre la parole. 

 

Le président du Chez-Nous, Marcel Richard, a accepté avec beaucoup de plaisir les dons qui ont été faits ce jour-là.  La Coopérative funéraire Évangéline a fait un don de 10 000 $ et une entreprise qui ne désire pas être identifiée a fait un don de 5 000 $.  En plus, pendant l’activité de lancement de la campagne, le vendredi 15 novembre, d’autres personnes ont fait des dons.  Outre Florence Bernard, dont la famille tient chaque année un tournoi de golf au profit d’une bonne cause, Louise Gallant a aussi fait un don, en son nom personnel.   «Ma mère, Ida, était une des fondatrices du Chez-Nous.  Je suis tellement contente que nos aînés n’auront pas besoin de déménager à trois ou quatre différentes places, quand ils auront besoin des soins de longue durée.  Ce n’est pas bon pour eux de déménager.  C’est leur arracher leur qualité de vie.  Et il y a la langue, le manger.  Tout ça, c’est important», dit Louise Gallant. 

 

En lançant un sourire à la présidente d’honneur, elle a dit qu’elle était contente que Florence ait ce rôle.  «Ma mère me disait souvent que Léonce les avait beaucoup aidées (les cinq fondatrices).  Elles voyaient petit, avec juste quelques chambres, mais Léonce les a convaincues qu’il devrait y avoir plus de chambres, et il avait raison», a-t-elle indiqué à propos de feu Léonce Bernard. 

 

Après la cérémonie officielle, quelques invités ont eu la chance de visiter le chantier de la nouvelle partie, qui sera magnifique.  C’est là, en plein milieu de ce qui sera la salle commune, que la baignoire attend le jour où un bénéficiaire y prendra pour la première fois son bain. 

 

Le président du conseil d’administration du Chez-Nous, Marcel Richard, accepte le don au montant de 10 000 $ de la représentante de la Coopérative funéraire Évangéline, Kelly Arsenault-Richard.  Ce don a aidé à fournir les premiers 15 000 $ (10 %) de la campagne. 

 

Le président du conseil d’administration du Chez-Nous, Marcel Richard, accepte le don de la présidente d’honneur, Florence Bernard, au nom de sa famille.  L’argent provient du tournoi de golf commémoratif Léonce Bernard qui, chaque année, choisit une cause à qui remettre l’argent amassé. 

 

Le président du conseil d’administration du Chez-Nous, Marcel Richard, accepte le don de Louise Gallant, en son nom personnel et peut-être aussi, un peu, en mémoire de sa mère Ida Gallant. 

 

Le grand thermomètre sera installé à l’extérieur sur le terrain et à chaque tranche de 15 000 $ la température montera.  Le dévoilement de l’affiche a demandé quelques efforts comme quoi, au Chez-Nous, en plus de bien manger, on fait de l’exercice.  (Photos : J.L.)

L'Île-du-Prince-Édouard en images