Affaires
L’agriculture contribue grandement à l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard.Photo : Tourisme Î.-P.-É. / Paul Baglole

L’économie de l’Île-du-Prince-Édouard présente un mélange de ressources traditionnelles (l’agriculture, la pêche et le tourisme) qui ont été considérablement modernisées, ainsi que de nouveaux secteurs de l’industrie, notamment les sciences biologiques et la fabrication avancée. Le sens des affaireset l’esprit d’entreprise sont au cœur de la prospérité économique de l’Île. Les entreprises de l’Île offrent des produits et des services de haute qualité aux consommateurs.

Depuis le 1er janvier 2023, le salaire minimum est de 14,50 $ l’heure et passera à 15 $ l’heure le 1er octobre prochain. Le gouvernement provincial offre de nombreux programmes pour aider les étudiantes et étudiants ainsi que les nouveaux arrivants à intégrer le marché du travail.

Agriculture

L’agriculture à l’Île-du-Prince-Édouard contribue grandement à l’économie. Les recettes agricoles étaient estimées à 568,1 millions de dollars en 2021, ce qui représente une baisse de 1,4 % par rapport à 2020.

Pêches

Pour sa part, le ministère des Pêches et des Communautés estime que la valeur des prises totales de poisson a presque doublé en 2021, augmentant de 92,9 % pour atteindre 478,5 millions de dollars après une diminution de 28,9 % en 2020. Les mollusques et crustacés demeurent de loin les espèces les plus pêchées à l’Île, à 97,6 % de la valeur des prises totales de poisson. Les débarquements totaux de homard ont augmenté de 21,1 % en 2021, ce qui, combiné à la hausse des prix, a contribué à augmenter leur valeur totale de 123,2 %, pour atteindre 370,9 millions de dollars. Le prix moyen du homard est passé à 7,86 $/lb en 2021, un record.

TPEI012 EO Murray Harbour 4

Les pêches contribuent grandement à l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard.Photo : Tourisme Î.-P.-É. / Emily O’Brien

Fabrication

Le total des livraisons manufacturières a augmenté de 15,3 % en 2021, pour atteindre 2,6 milliards de dollars – un nouveau record. Avant la pandémie, les livraisons manufacturières connaissaient une croissance annuelle depuis 2010. Les secteurs des biens durables et non durables à l’Île-du-Prince-Édouard ont enregistré une croissance de 11,5 % et 17,1 % respectivement.

Colla

À l’Île-du-Prince-Édouard, beaucoup d’entreprises et d’établissements de recherche sont consacrés aux sciences biologiques.  Photo : https://emergencebioincubator.com

Exportations

Selon Industrie Canada, la valeur totale des biens exportés est passée de 1,5 milliard de dollars en 2020 à 1,7 milliard de dollars en 2021, une hausse de 12,5 %. Les exportations de produits de la mer représentaient 26,8 % de toutes les exportations internationales en 2021. Leur valeur est passée de 252 millions de dollars en 2020 à 454,3 millions de dollars en 2021, une hausse de 80,3 %. Les autres produits exportés comprennent les produits alimentaires surgelés, qui représentaient 402,8 millions de dollars (une baisse de 4,0 % par rapport à 2020), les légumes et melons, à 113,8 millions de dollars (une baisse de 7,7 %), et les produits pharmaceutiques et médicaux, à 92,4 millions de dollars (une baisse de 12,1 %).

Sciences biologiques

Finalement, la grappe des sciences biologiques à l’Île-du-Prince-Édouard comprend plus de 60 entreprises et plusieurs établissements de recherche, en plus d’accueillir Emergence, pépinière virtuelle d’entreprises de sciences biologiques du Canada, et Produits naturels Canada, premier accélérateur d’entreprises en Amérique du Nord voué à la commercialisation des technologies et des produits fondés sur la chimie des produits naturels.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Affaires