Affaires
18 décembre 2020

Le 18 décembre 2020

Jacinthe Laforest

De gauche à droite, Christine Murnaghan, Tyler Gallant, Phil Vanderwood (derrière les étalage), Emma Hughes, Caleb Gallant et Robert Pendergast. 

 

Situé dans un coin de la ville de Charlottetown où on ne s’attend pas à trouver des restaurants, c’est-à-dire tout près de l’usine de Superior Sanitation, le restaurant Gallant’s & Co, ouvert depuis deux ans, a réussi à se monter une clientèle fidèle, à partir de rien.  

 

Christine Murnaghan et Tyler Gallant sont tous les deux des chefs, certifiés sceau rouge, formés à l’Institut culinaire de l’Atlantique à Charlottetown.  Ensemble, et chacun de leur côté, ils ont travaillé dans de nombreux pays, exploré diverses traditions culinaires et en 2010, l’envie de valoriser les produits de leur île natale les a ramenés à l’Î.-P.-É.  

 

«Nous avons ici les meilleurs produits de la mer au monde.  Et nous avons voulu travailler pour les mettre en valeur.  Les huîtres en particulier», dit Christine Murnaghan. 

 

À leur retour à l’Île, Christine et Tyler ont travaillé dans de nombreux restaurants, toujours dans l’idée d’avoir leur propre boîte un jour.  Ce parcours a commencé en 2016, au Marché fermier de Charlottetown.  Tyler s’est installé dans un petit espace prêté par un résident du marché, avec une boîte d’huîtres, qu’il ouvrait et vendait à l’unité.  

 

«C’est là que Gallant’s Shelfish & Seafood a commencé.  Après la première boîte d’huîtres, il en a acheté une nouvelle et a poursuivi la vente, remettant toujours de l’argent dans le projet.  Puis, il a agrandi son kiosque au Marché fermier, et nous sommes là depuis tout ce temps, sauf pendant la pandémie.  Nous sommes de retour au Marché depuis le 31 octobre», dit encore Christine.  

 

Tout en conservant leur kiosque au Marché fermier, Tyler et Christine ont ouvert leur restaurant en février 2019.  Le défi était de taille, car l’emplacement qu’ils ont choisi n’était pas un endroit où il y avait une tradition de restauration.  

 

«C’était un entrepôt désaffecté ici.  Nous avons monté notre cuisine à partir de rien.  Nous avons fait faire les planchers, l’électricité et tout.  Et nous avons monté notre clientèle petit à petit.  Tyler et moi sommes fiers d’avoir pu monter notre propre resto à partir de rien ou presque, une boîte d’huîtres à la fois», dit Christine.  

Le restaurant Gallant’s & Co ne dispose pas d’une grande salle à manger : quinze places assises tout au plus (la salle à manger était fermée au moment de notre visite en raison des restrictions.  Les clients entraient et sortaient peu de temps après avec leur commande à emporter.  

 

Une très grande cuisine accueillante

 

Pour la grandeur du resto, on pourrait trouver que la cuisine est bien trop grande.  Pour des chefs, aucune cuisine n’est trop grande.  La préparation de la nourriture dans des conditions salubres demande des surfaces propres et des frigos [de nombreux frigos] maintenus à la température idéale.  

 

C’est dans cette grande cuisine que Robert Pendergast a commencé à faire du pain de campagne de façon régulière au début de la saison d’automne.  “Je connais Tyler depuis longtemps et de temps à autre, je louais sa cuisine pour mes projets.  En août dernier, il m’a appelé pour me proposer de faire du pain régulièrement.  

 

J’ai accepté, je suis allé chercher mon four qui était entreposé, on l’a installé, branché, et on a aussi ajouté un gros malaxeur.  Et j’ai commencé à faire du pain.  Je fais deux grandes fournées par semaine”.

 

Robert Pendergast est très heureux de cette collaboration.  Les avantages vont dans les deux directions.  Il cuit et vend ses pains sur place, et les clients qui lui sont fidèles deviennent ainsi des clients de Gallant’s & Co.  Le resto a aussi gagné deux pièces d’équipement très utiles, ainsi que les compétences de Robert et ses “blagues pas drôles”.  

 

Évidemment, Gallant’s & Co. a été affecté par la pandémie, mais en tout et pour tout, l’entreprise a été fermée moins d’une semaine, entre autres grâce au programme de repas du gouvernement provincial.  En avril dernier, le gouvernement a communiqué directement avec Robert Pendergast dans l’intention qu’il devienne un fournisseur de repas.  N’ayant pas de cuisine à lui, il a mis son interlocuteur en contact avec Gallant’s & Co.  Deux heures plus tard, l’entente était conclue.   À ce jour, Gallant’s & Co fabrique et livre de 400 à 500 repas chaque jour à quatre écoles de la région de la capitale.  

 

Gallant’s & Co. emploie plusieurs personnes à temps plein et à temps partiel, selon les saisons.  Présentement, Caleb Gallant, anciennement du groupe Ten Strings and a Goat Skin, Emma Hughes, anciennement de l’École-sur-Mer et Phil Vanderwood sont les trois employés à temps plein, en plus de Tyler et Christine, et de Robert Pendergast, qui ajoute son grain de sel, selon les disponibilités et les besoins. 

 

La pandémie n’a pas été tendre envers les restaurateurs et le secteur de la restauration, mais certains comme Gallant’s & Co. ont su tirer parti des opportunités, et même, élargir leurs offres culinaires.

 

Le restaurant Gallant’s & Co. est situé au 18 Superior Crescent, dans une section de Mount-Edward Road où plusieurs restaurants se sont installés au cours des récentes années.

 

Robert Pendergast offre son pain de campagne depuis septembre chez Gallant’s & Co.

 

L’étalage du pain de campagne de Robert Pendergast est décoré d’une affiche qu’il a faite avec sa fille.

 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Affaires