Affaires
17 décembre 2020

Le 17 dcembre 2020

- Karine Fleury et Marcia Enman

Robert Gallant propriétaire de Michael’s Pizzeria à Summerside se considère chanceux malgré que la salle à manger soit fermée pour être conforme aux restrictions. Il maintient son restaurant avec son service de vente à emporter. (Photo :Marcia Enman)

 

À la suite d’une enquête menée entre le 26 novembre et le 4 décembre 2020, l’association nationale bilingue Restaurants Canada a établi que 50 % des restaurants risquent de fermer d’ici six mois.  

 

Les statistiques établies avec l’enquête sont déroutantes.  C’est 8 restaurants sur 10 qui perdent de l’argent ou ont déjà de la difficulté à survivre.  65 % des restaurants fonctionneraient à perte, pour 19 % qui atteindraient le seuil de rentabilité.  C’est au minimum un an qu’il faudra, estiment 63 % des entreprises de services alimentaires, pour redevenir rentable. 

 

Dans un tel contexte, Restaurants Canada recommande la création d’un groupe de travail national pour la relance de la restauration.  Ce groupe de travail permettrait de rendre disponibles des consultations pour mettre sur pied des plans d’aide économique pour les restaurateurs, notamment au moyen de campagnes promotionnelles et de stratégies pour assurer que le service de livraison soit offert partout.  Ce groupe de travail permettrait aussi de réunir les restaurateurs partout au

Canada dans une action commune qui permettrait d’assurer la survie de cette industrie.  

 

«Nos membres attendent une résolution du gouvernement pour la nouvelle année, laquelle appuiera non seulement leur survie, mais également le rôle essentiel que jouera la restauration pour rebâtir un Canada plus fort et plus tenace», a déclaré le président-directeur général de Restaurants Canada, Todd Barclay. 

 

Les personnes qui veulent se joindre à ce groupe sont priées d’écrire à leurs députés locaux au : info.restaurants canada.org/reprisecovid19.  Sinon, avant même d’envisager la création d’un tel groupe, il est possible de faire sa part localement.  À l’Île-du-Prince-Édouard, il est possible de supporter de nombreux restaurants familiaux en continuant à commander pour emporter différents mets délicieux.

 

Rien qu’à Summerside, Gentleman Jim’s, Samuels Coffee House, Water Street Deli, Michael’s Pizzeria, Ann’s Cake & Coffee, sont tous des restaurants, boulangeries et petits cafés qui méritent le détour.

 

Robert Gallant de Michael’s Pizzeria, se considère très chanceux.  Son restaurant a été fermé du 17 mars au 25 mai 2020, à cause de la pandémie.  «J’étais un peu nerveux, puisque je ne savais pas si les gens allaient revenir comme ils l’ont fait.  Même si la salle à manger n’est pas encore ouverte pour les gens qui veulent manger à l’intérieur, mes ventes se maintiennent avec les commandes à emporter», explique le propriétaire de la pizzeria.  «Ça aide, d’avoir déjà une bonne clientèle qui commandait pour emporter avant la pandémie, mais je peux dire que pour nous ça ne nous a pas affectés à part les quelques mois où nous avons dû fermer complètement», explique Robert.  «En plus, ça m’a donné le temps pendant ces quelques mois de faire le grand nettoyage et de faire les ajustements que je pouvais réaliser pour simplifier les allers et retours des clients pour suivre les restrictions de distanciation sociale», ajoute-t-il.

 

«L’importance sera d’aider les propriétaires de restaurants à se remettre sur pied. Spécialement ceux qui ont été obligés de fermer. Ce sont des grands employeurs et je souhaite que les gouvernements écoutent les recommandations qui sont proposées par Restaurants Canada», indique Robert Gallant.  La population en général peut aussi aider en faisant l’achat de cartes-cadeaux. Robert Gallant explique que ça doit être encore plus difficile pour les restaurants qui n’avaient pas, avant la pandémie, l’habitude des commandes à emporter et maintenant avec les salles à manger fermées, ils doivent procéder dans ce sens pour survivre ou rester fermés.

 

Pour sa part, Jeanette Gallant la gérante du Water Street Bakery and Deli, assure que toutes les mesures sont en places pour assurer la sécurité de tout le monde et que les clients sont conciliants.   

 

La seule chose est que les gens doivent souvent faire la file, puisque seulement un nombre limité est permis à l’intérieur en même temps.

 

 

Jeanette Gallant, gérante au Water Street Deli souligne que la seule chose qui a changé sont les lignes d’attentes. Les gens doivent respecter les distanciations sociales et les gens respectent ce règlement.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Affaires