Affaires
10 décembre 2020

Le 10 décembre 2020

- Jacinthe Laforest

Israël et Noisette Poulin, alias Monsieur et Madame Vrac, quelques jours avant l’ouverture de leur magasin Zéro déchet tout près du commerce Best Buy et des magasins d’accessoires pour enfants.

 

Avec son logo qui rappelle un smoking avec un nœud papillon, Monsieur Vrac propose une image qui s’éloigne du «granola» qu’on associe aux commerces en vrac et l’élève au rang de commerce branché et même, un tantinet huppé, sans prétention toutefois.  Le commerce, situé tout près du Best Buy à Charlottetown, prévoit ouvrir ses portes au grand public le vendredi 11 décembre après qu’un contre-temps ait empêché le commerce d’ouvrir à la date prévue.  

 

Les propriétaires, Israël et Noisette Poulin, et leurs quelque six employés, se préparent pour des semaines de six jours (fermé le dimanche) à raison de 12 heures (9 h à 21 h) par jour d’ici le congé des fêtes, en prévision d’un achalandage soutenu.  

 

«Nous avons tout de même une limite de 40 personnes à la fois dans le magasin.  C’est une bonne façon pour les employés de ne pas être débordés en même temps qu’ils apprennent à faire fonctionner le magasin».

 

Le Monsieur Vrac de Charlottetown est le troisième du nom, après les deux filiales du Québec, celle de Drummondville et celle de Trois-Rivières.  «Par contre, pour ce magasin-ci, nous avons pris le temps de peaufiner notre look et notre image de marque et je pense que c’est ce magasin qui va devenir le modèle pour les autres», dit Israël, dans le nouvel environnement propre et élégant.  

 

Comment le zéro déchet arrive-t-il dans une vie? 

 

Par la porte arrière, sans toutefois la forcer, pourrait-on dire.  Au départ, Israël Poulin était un représentant pour des compagnies de détergents plus amicaux pour l’environnement.  Cherchant des façons de réduire ses coûts, il s’est mis à acheter en grosse quantité.  Tant qu’à avoir de grandes quantités, il a commencé à demander à ses clients de rapporter leurs bouteilles ou contenants pour les faire remplir.  

 

Après un certain temps, le mot s’est répandu et des clients ont commencé à demander des produits d’autres catégories, entre autres des produits alimentaires.  «C’est comme ça que graduellement, en étant à l’écoute de nos clients, on s’est rendu compte du potentiel de ce secteur et on a monté notre premier magasin en 2016-2017.  Depuis, on n’a pas chômé».

 

Zéro Déchet est l’objectif

 

Personne n’est parfait et on ne devient pas «Zéro Déchet» du jour au lendemain.  «Chez-nous, on dit que le Zéro Déchet, ça se fait un pot (de verre) à la fois.  Actuellement, en raison de la COVID, les gens ne pourront pas apporter leurs propres pots et contenants de la maison.  Mais ce sera bientôt le cas.  En attendant, nous leur proposons des pots de verre de différentes grosseurs.  Ils les paient, mais lorsqu’ils les rapportent, propres, nous les remboursons.  Nous avons un lave-vaisselle industriel à l’arrière du magasin et nous allons les réutiliser autant que possible».

 

Dans les rayons, les produits, la plupart inconnus de la population de l’Île, ne sont pas emballés, mais le concept Zéro Déchet va plus loin que cela.  Le dentifrice en vrac, les différents détergents, les produits pour la douceur de la peau sont offerts dans des versions «vrac».  «Nous avons notre propre dentifrice, développé dans notre laboratoire partenaire.  Nous avons aussi de nombreux partenaires.  La dame qui fait ces produits ici, dit-il en montrant des produits de soin pour le corps au lait de chèvre, a vécu sept ans à l’Île-du-Prince-Édouard.  Elle a travaillé à la Great Canadian Soap Company.  Elle vit au Québec maintenant et elle a développé une gamme de produits de lait de chèvre.  Je l’ai approchée pour avoir ses produits ici et elle a été ravie».

 

Dans le commerce de Monsieur Vrac, tout le monde trouvera le savon, la brosse, l’huile d’olive aromatisée, la farine, la serviette hygiénique lavable, le lait 2 % en vrac, l’épice et oui, aussi, la friandise et la collation qui fera son affaire.  «Nous avons une machine à popcorn, nous aurons une section de produits frais de fruits et légumes, et nous sommes aussi très ouverts à créer des partenariats avec des marchands et des artisans locaux qui voudront faire des efforts pour nous procurer des marchandises le plus Zéro Déchet qu’il est possible de le faire».

 

Les Poulin, Noisette et Israël et leurs quatre enfants, sont venus en vacances à l’Île à quelques reprises.  Le mode de vie leur plaisait, et l’idée de déménager ici leur trottait dans la tête.  Curieusement, la «pause» imposée par la COVID-19 a été pour eux un élément décisif.  Toute la famille était d’accord pour le changement.  

 

Le site Web de Monsieur Vrac est facile à trouver.  Au magasin de Charlottetown, il sera possible de faire sa commande en ligne et de venir la chercher plus tard.  Également, il est possible qu’un service de livraison s’organise.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Affaires