Actualités
11 novembre 2021 Par Communiqué émis par la Municipalité de Wellington
Le maire de la municipalité de Wellington, Alcide Bernard, fait la remarque que l’affichage manque au niveau de la visibilité pour le Collège de l’Île. (Photo : Marcia Enman)

Quand on lit La Voix acadienne du 3 novembre, on peut se dire qu’il y a peu d’espoir pour sauvegarder le Collège de l’Île à Wellington.  Mais quand on s’arrête un peu et que l’on réfléchit à la démarche du Collège, cela fait soulever plusieurs questions.

La première question : Pourquoi le bureau de direction aurait-il voulu que son président rencontre la Municipalité de Wellington, en septembre 2021, pour voir ce que serait la réaction de la Municipalité de Wellington si le Collège de l’Île déménageait à Summerside?  Est-ce un jeu pour obtenir son appui sans se soucier des conséquences d’un tel déménagement?  Ayant espoir que la continuité du campus à Wellington demeurait dans les options envisagées, la Municipalité a donc interprété cela comme une ouverture pour discuter sérieusement des besoins du Collège afin de demeurer à Wellington tout en assurant son développement envisagé.  Lors de discussions ultérieures, avec le président, il était évident que l’option de Wellington ne figurait pas à l’étude des divers sites considérés, soit 3 sites à Summerside, mais après discussions il semblait y avoir ouverture pour regarder à nouveau l’option de Wellington.  Lors de récentes rencontres, il semble évident que Wellington ne figure toujours pas sur la liste des options envisagées.

Quand dans l’éditorial de La Voix acadienne du 3 novembre on lit: «sa clientèle de plus en plus internationale choisit le campus de Charlottetown sur celui de Wellington…», cela est faux et fait sursauter les élus de la municipalité de Wellington, car selon les dires du président du Collège de l’Île, l’option de Wellington ne figure pas dans la promotion faite sur le marché international et donc on cache un élément important du casse-tête.  Si on ne présente pas l’option de Wellington comment peut-on affirmer que les étudiants ne viendraient pas sur un campus en milieu rural? Si nous regardons certains sites proposés, nous pensons que Wellington offre un bon nombre de services indispensables pour combler les besoins des étudiants. 

Au dire de quelques éducateurs, le Collège place plus d’efforts pour attirer les étudiants internationaux que pour recruter dans nos écoles françaises.  Si on croit dans les possibilités du marché de l’immersion tardive pour augmenter les effectifs du Collège pourquoi n’a-t-on pas pu accaparer ce marché depuis la fondation du campus à Charlottetown?  Est-ce que Summerside sera mieux?  Il faut reconnaitre que le Comté de Prince représente, par sa clientèle acadienne et d’immersion, la plus grande possibilité de recrutement d’étudiants insulaires pour le Collège et que Wellington n’est pas défavorisé pour les accueillir.  Si un campus du Collège Holland peut réussir en milieu rural à Alberton pourquoi le Collège de l’Île ne pourrait-il pas réussir à Wellington?

Nous reconnaissons que l’option de Wellington présente des défis particuliers en termes d’infrastructures, d’hébergement, de transport, de visibilité, etc.  Mais de ne pas informer la Municipalité des besoins et des intentions du Collège avant la dernière minute, quand les négociations et les démarches du Collège, auprès des gouvernements, pour améliorer ses infrastructures vont bon train depuis 3 ou 4 ans, n’est pas une chose facile à accepter.  La Municipalité ne veut rien d’autre que le bien et la réussite du Collège et est prête à s’engager à travailler pour mettre en œuvre les mesures nécessaires pour sa continuité et son développement. 

Le fait que le Collège de l’Île n’est pas assuré d’un statut permanent par la loi provinciale, comme on le retrouve pour le Collège Holland et l’Université de l’Î.-P.-É., pose un problème de taille quand vient le temps de planifier les investissements importants dont le Collège aurait besoin.  Le fait qu’on n’a, à ce jour, pas fait la promotion du campus de Wellington sur le marché international permet difficilement de connaître la grandeur des besoins du Collège.

La Municipalité de Wellington réaffirme sa position ne voulant pas que les gouvernements investissent dans un déménagement à Summerside, mais doivent plutôt travailler avec le Collège et la communauté Évangéline pour mettre en place les infrastructures et services nécessaires pour assurer une longue vie au Collège de l’Île.

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités