Actualités
03 novembre 2021 Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne
Darlene Compton est ministre des Finances du gouvernement de l’Î.-P.-É. (Photo : Laurent Rigaux)

Le mardi 26 octobre, le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard a présenté son budget d’immobilisations à l’Assemblée législative.  Si le secteur des routes se taille une belle part des dépenses, les autorités provinciales investissent également dans l’éducation, la santé et le logement.

212 millions de dollars seront investis dans les infrastructures de la province durant l’exercice financier 2022-2023.  C’est ce que prévoit le budget d’immobilisations présenté par le gouvernement progressiste-conservateur de Dennis King le mardi 26 octobre.  Les investissements annoncés, en hausse de 17 millions de dollars par rapport à l’année financière précédente, concernent principalement l’entretien des ponts et des routes.  72,7 millions de dollars sont ainsi alloués à ce secteur. 

Hannah Bell, députée verte et porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, juge ce budget «très décevant».  «Il n’est ni audacieux ni progressiste, ce n’est pas ce dont les Insulaires ont besoin, les priorités du gouvernement ne sont pas les bonnes, déplore l’élue.  Il n’y a rien de détaillé sur le développement des transports publics, l’accès à Internet ou l’action climatique».

Du côté du gouvernement, la ministre des Finances, Darlene Compton, assure que ce budget concrétise de nombreux engagements envers les Insulaires.  «Nous sommes conscients des défis posés par la pandémie de COVID-19 et continuons de soutenir les personnes les plus touchées», a-t-elle affirmé lors de la présentation du document à l’Assemblée législative.

Fin des autobus scolaires polluants 

En matière d’éducation, l’École Évangéline se voit allouer 1,4 million de dollars supplémentaires pour la réalisation des travaux de rénovation qui devraient commencer d’ici un an et durer 18 mois.  «C’est une bonne nouvelle, ça va servir à couvrir l’augmentation des frais de construction entraînée par l’inflation, les matériaux sont beaucoup plus dispendieux», explique Gilles Arsenault, directeur général de la Commission scolaire de langue française (CSLF).  Lors des deux précédents budgets d’immobilisations, l’établissement scolaire avait déjà reçu 16,6 millions de dollars.  Le coût total des travaux est estimé à 28millions de dollars.  La contribution du gouvernement fédéral n’a pas été chiffrée ni confirmée.

200 000 dollars ont également été annoncés pour l’agrandissement de l’École François-Buote.  Le travail de planification devrait commencer dès le début de 2022.  Selon le gouvernement, les besoins actuels de l’école de Charlottetown doivent être déterminés avec le personnel de la CSLF, avant de chiffrer précisément l’investissement. 

«Ce montant va nous permettre d’aller de l’avant avec la mise sur pied d’un comité de planification et de construction, mais on ne veut pas attendre trop longtemps, car on manque déjà d’espace», partage le directeur. 

Le gouvernement a par ailleurs promis d’investir 40,3 millions de dollars sur les cinq prochaines années pour acheter des bus scolaires électriques.  La moitié de la flotte devrait être électrifiée d’ici à 2027.  La CSLF va prochainement recevoir sept véhicules propres. 

Gilles Arsenault est le directeur de la Commission scolaire de langue française.  (Photo : Jacinthe Laforest)

Le climat aux abonnés absents 

L’opposition officielle regrette l’absence de réels engagements financiers en faveur de la lutte contre les changements climatiques.  «Il n’y a aucun investissement pour protéger nos communautés de la montée du niveau des eaux, pour qu’elles s’adaptent à l’augmentation des températures», déplore Hannah Bell.  «On n’a pas le temps d’attendre un an de plus, il y a un énorme travail à faire», poursuit-elle. 

Dans le domaine de la santé, 63,6 millions de dollars seront débloqués afin de créer un nouveau centre de santé communautaire dans le comté de Queens et d’améliorer les centres existants à travers la province.

La province prévoit enfin de dépenser 35 millions de dollars dans le logement, pour un total de 60,7 millions de dollars sur cinq ans.  Ces dépenses rendront notamment possible la construction de 100 nouveaux logements sociaux.

«C’est encourageant de voir des investissements dans ces secteurs qui en ont désespérément besoin, mais ce n’est pas assez», réagit Hannah Bell qui craint «un effet d’annonce» sans réalisation concrète.  En attendant, le budget d’immobilisations devra être approuvé par les députés au cours de la session parlementaire d’automne. 

Hannah Bell est députée verte et porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances.  (Photo : Laurent Rigaux)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités