Actualités
02 novembre 2021 Par Marine Ernoult / IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne
Martin Théberge est président de la Société nationale de l’Acadie. (Photo : Gracieuseté)

Les 38 ministres du Cabinet Trudeau sont désormais connus depuis le 26 octobre dernier.  Cinq visages de la francophonie hors Québec, dont deux Acadiens, composent ce nouveau gouvernement minoritaire.  Ces nominations permettront-elles aux francophones en situation minoritaire de mieux faire entendre leur voix à Ottawa?

Le mardi 26 octobre, Justin Trudeau a présenté son nouveau gouvernement.  Parmi les 38 ministres du nouveau Cabinet, où se trouvent autant de femmes que d’hommes, six sont originaires de l’Atlantique et cinq sont des francophones de l’extérieur du Québec.  «Les Canadiens ont besoin d’un cabinet fort et diversifié qui donne suite à leurs priorités et fait avancer le Canada pour le bien de tous», a déclaré le premier ministre. 

La Franco-Ontarienne Mona Fortier a ainsi été nommée présidente du Conseil du Trésor.  Le Franco-Manitobain Dan Randal a été désigné, quant à lui, ministre des Affaires du Nord, ministre responsable de Développement économique Canada pour les Prairies et ministre responsable de l’Agence canadienne de développement économique du Nord.  Enfin, le Franco-Albertain Randy Boissonnault se voit confier le portefeuille du Tourisme et sera ministre associé des Finances.

Le retour de Ginette Petitpas Taylor 

Deux Acadiens viennent par ailleurs renforcer ce gouvernement minoritaire.  Dominic LeBlanc, qui en est à son septième mandat de député, conserve le portefeuille des Affaires intergouvernementales, de l’Infrastructure et des Collectivités.  Ginette Petitpas Taylor, ancienne ministre de la Santé, est de retour au Cabinet.  Elle succède à Mélanie Joly au ministère des Langues officielles et devient également ministre responsable de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique.

Selon Martin Théberge, président de la Société Nationale de l’Acadie, ces nominations montrent l’importance de l’Acadie et de la francophonie en milieu minoritaire dans la politique fédérale.  «C’est une belle reconnaissance.  Le choix de Ginette Petitpas Taylor aux langues officielles crée un lien visible entre la communauté acadienne et Ottawa», dit M. Théberge. 

Le responsable se dit impatient de collaborer avec la nouvelle ministre qui devra faire adopter le projet de loi C-32 sur la modernisation de la Loi sur les langues officielles.

Mélanie Joly, «une alliée»

Martin Théberge voit d’un très bon œil la promotion de Mélanie Joly au poste clé des Affaires étrangères.  «Elle nous connaît, on a de très bonnes relations de travail avec elle, c’est une alliée qui va nous aider à promouvoir l’Acadie à l’international et à renouveler nos ententes avec des pays étrangers comme la France et la Belgique», anticipe le président de la Société Nationale de l’Acadie. 

L’entrée au gouvernement de Sean Fraser, député de Central Nova (Nouvelle-Écosse), au poste de ministre de l’Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, fait également réagir Martin Théberge : «On donne la chance au coureur, mais on va être vigilant, l’immigration francophone en milieu minoritaire est un enjeu prioritaire en ce moment».  Entre la pénurie de main-d’œuvre, la reconnaissance des diplômes, mais aussi l’intégration des nouveaux arrivants sur le long terme, les dossiers sont en effet nombreux.

Qui sont les autres ministres clés du Cabinet Trudeau?

Justin Trudeau a choisi de nouveaux visages pour occuper des postes clés au sein de son gouvernement.  Ce faisant, il a confié à l’écologiste Steven Guilbeault les commandes du ministère de l’Environnement et du Changement climatique.  Le québécois Pablo Rodriguez reprendra les fonctions laissées par Steven Guilbeault au Patrimoine canadien.  Un autre Québécois, Jean-Yves Duclos, devient le nouveau ministre fédéral de la Santé.  Il travaillera de concert avec Carolyn Bennett, qui sera chargée des questions de santé mentale et de dépendances.  Plombé par sa gestion des allégations d’inconduites sexuelles au sein des Forces armées, Harjit Sajjan perd son poste de ministre de la Défense, à la faveur de l’Ontarienne Anita Anand.  C’est la deuxième femme à occuper ce poste depuis Kim Campbell dans les années 1990.  Harjit Sajjan est muté au Développement international.  Le député de Cardigan, à l’Île-du-Prince-Édouard, Lawrence MacAulay, conserve quant à lui ses responsabilités au ministère des Anciens Combattants et demeure ministre associé à la Défense nationale, poste auquel il a été nommé en 2019. 

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités