Actualités
16 août 2021 Par Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne
Monette Pasher est directrice générale de l’Association des aéroports du Canada atlantique.  (Photo : Gracieuseté)

Le trafic aérien amorce son redémarrage à l’Île-du-Prince-Édouard et en Atlantique.  Les vols reviennent à l’aéroport de Charlottetown et de nouvelles compagnies s’installent.  Mais le nombre de vols est encore assez loin de celui d’avant la pandémie. 

Après plus d’un an de très forte décrue du trafic aérien, les compagnies aériennes ont commencé à sortir leurs avions des hangars.  La reprise est notable à l’aéroport de Charlottetown.  Deux nouvelles compagnies ont atterri sur ses pistes début août.  Le lundi 2 août, un vol direct en provenance de Toronto opéré par Flair Airlines s’est posé sur le tarmac avec 174 passagers à son bord.  Quelques heures plus tard, c’était au tour de PAL Airlines de lancer un autre vol direct entre Charlottetown et Halifax. 

À ces nouvelles venues, s’ajoutent les deux transporteurs historiques WesJet et Air Canada.  Fin juin, WesJet a repris sa liaison entre Charlottetown et Toronto et, depuis le 29 juillet, un vol sans escale connecte Charlottetown à Calgary deux fois par semaine pendant l’été.  En tout, ce sont donc quatre compagnies quirelient la capitale provinciale au reste du pays avec une moyenne de huit à douze appareils qui se posent et décollent chaque jour. 

Boom de la demande 

Ce retour du trafic à l’Île-du-Prince-Édouard répond à une rapide accélération de la demande.  Depuis la réouverture des frontières au reste du Canada le 18 juillet dernier, Doug Newson, directeur général de l’aéroport de Charlottetown, a noté un «changement immédiat en matière d’affluence».  «On n’a pas encore les chiffres définitifs de juillet, mais on suspecte que le nombre de passagers qui est passé par l’aérogare a doublé par rapport à juin», rapporte-t-il.  

Au niveau régional, Monette Pasher, directrice générale de l’Association des aéroports du Canada atlantique, constate également des «signes encourageants de reprise».

Ce boom ne surprend pas les deux responsables.  «Les gens attendaient le bon moment pour voyager à travers le pays, la fin des quarantaines, ils étaient très impatients», explique Doug Newson.  «Beaucoup de nos visiteurs viennent voir leur famille et leurs amis qu’ils n’avaient pas vus depuis des années à cause de la COVID-19», poursuit Monette Pasher. 

«La route est encore longue» 

Même si le trafic est loin d’avoir atteint son niveau d’avant la pandémie, Doug Newson et Monette Pasher se disent confiants.  Ils estiment que le trafic retrouvera son niveau de 2019 d’ici quelques années.  «La route est encore longue, mais on est sur la bonne voie, les passagers reviennent, la fréquence de vols augmentera encore à l’été 2022», assure Doug Newson.

Il en est persuadé, les compagnies vont durablement s’implanter dans le paysage insulaire.  «Elles ont confiance dans notre marché, avec 1,6 million de visiteurs par an en temps normal, la clientèle est là, affirme-t-il.  J’espère juste que les transporteurs présents sur une base saisonnière reviendront plus tôt l’an prochain avec plus de liaisons par semaine».

En attendant, la réussite de cet automne dépendra de la venue ou non des clients d’affaires, selon Doug Newson et Monette Pasher.  Le développement du télétravail depuis le début de la crise de la COVID-19 va sans doute modérer la reprise pour ce type de voyage.  «C’est notre principale préoccupation, ce seront les derniers clients à revenir», reconnaît Monette Pasher.  

Doug Newson est directeur général de l’aéroport de Charlottetown.  (Photo : Gracieuseté)

 

Le 2 août un vol en direct de Toronto opéré par Flair Airlines se posait sur le tarmac de Charlottetown.  Flair Airlines lance son service bihebdomadaire vers Toronto, offrant aux habitants de l’île une nouvelle façon  de se rendre dans la grande ville. (Photo : Page Facebook de l’aéroport de Charlottetown)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités