Actualités
15 août 2021 Par Marine Ernoult IJL – Réseau.Presse – La Voix acadienne
Hannah Bell est est députée du Parti vert de Charlottetown-Parkdale et critique de l’opposition en matière de finances.  (Photo : Laurent Rigaux)

Le vérificateur général, Darren Noonan, a publié un rapport concernant les programmes financiers lancés par le gouvernement provincial pendant la pandémie de COVID-19.  L’objectif : vérifier que ces programmes de soutien étaient appropriés et mis sur pied dans les règles. 

D’une manière générale, Darren Noonan convient que les programmes étaient plus que cruciaux.  «La pandémie de COVID-19 nous a tous pris par surprise.  Cela a touché chaque personne et chaque entreprise.  Il fallait que le gouvernement agisse rapidement pour fournir les programmes de soutien nécessaires», écrit-il notamment. 

Son rapport se focalise sur 21 programmes lancés à partir du 31 mars 2020, pour un montant total de 52 millions de dollars. 

Le vérificateur général note que, bien que le gouvernement ait obtenu les «autorisations appropriées» pour l’ensemble de ces programmes d’aides, des faiblesses ont été identifiées. 

Entre autres, Darren Noonan a découvert des erreurs de calcul, un manque de suivi pour certains programmes ou un manque de documentation.  Il a également trouvé que certains fonds étaient distribués, même si les demandeurs ne remplissaient pas tous les critères d’éligibilité. 

Absence d’accord pour distribuer les fonds

Sur sept programmes qui nécessitaient des justificatifs, seuls trois avaient «un plan documenté pour des vérifications a posteriori».  Plus notable, dans certains cas, les informations fournies par les demandeurs les disqualifiaient, mais de l’argent leur a tout de même été versé. 

Le vérificateur général note aussi l’absence d’accord avec certains tiers responsable de distribuer les fonds.  En d’autres termes, pour deux de ces 21 programmes, l’argent a été versé à quatre organisations qui devaient ensuite se charger de le verser aux bénéficiaires.  Trois de ces organisations n’avaient pas signé d’entente avec le gouvernement. 

Ces partenariats ont été établis pour aider à identifier ceux qui ont le plus besoin de soutien, convient Darren Noonan.  Mais il critique ensuite : «Sans un accord, il n’y a aucune obligation pour les tiers de tenir des registres ou de rendre compte de la façon dont le financement a été distribué.  Il n’y a pas non plus de clause d’audit permettant au gouvernement de déterminer si les fonds ont été dépensés comme prévu».

Deux autres rapports attendus  

La députée verte de Charlottetown-Parkdale et critique de l’opposition en matière de finances, Hannah Bell, approuve la décision de mettre sur pied ces programmes de soutien, mais fait part de «certaines préoccupations» soulevées par le rapport.  Elle s’inquiète des «raccourcis» pris par le gouvernement, qui pourraient signifier que «certaines personnes n’ont pas reçu ce dont elles avaient besoin». 

À la tête du comité permanent des comptes publics, Hannah Bell prévoit que le rapport soit analysé en détail dès la prochaine session, dans les jours à venir, notamment pour connaître les programmes spécifiques où des erreurs ont été commises.  «Il y a toujours des choses à apprendre pour faire les choses mieux», insiste-t-elle.

Parmi les recommandations du vérificateur général, la députée de l’opposition en retient deux : «L’argent ne devrait pas être dépensé sans une autorisation avec une trace de la décision, et nous devons faire un suivi pour vérifier que l’argent a été bien dépensé».

D’autres rapports sont attendus.  Un deuxième se focalisera sur les programmes mis en œuvre après le 31 août 2020, et un dernier évaluera les programmes mis en place à l’aide du Fonds d’urgence de 65 millions de dollars. 

Darren Noonan, vérificateur général.  (Photo : Gracieuseté)

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités