FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard

Le 16 mars 2021

- Laurent Rigaux / Initiative de journalisme local - APF - Atlantique

 

Darlene Compton, ministre des Finances, a présenté le bud-get opérationnel de la province.

 

La ministre des Finances de l’Île-du-Prince-Édouard, Darlene Compton, a déposé le budget 2021/2022, le vendredi 12 mars. Pour l’année à venir, la province va continuer à dépenser plus que ce qu’elle amasse. Des investissements massifs dans la santé sont prévus, ainsi que dans l’éducation. Par contre, les annonces pour la communauté acadienne et francophone sont quasi absentes.

 

«La voie vers le rétablissement» : c’est ainsi que le gouvernement provincial de l’Î.-P.-É. a choisi d’intituler son budget 2021/2022. Si les revenus prévus sont en augmentation par rapport à l’année dernière (+ 113 millions), les dépenses sont aussi en hausse : 155 millions de dollars de plus sont annoncés pour atteindre un budget qui dépasse très légèrement 2,5 milliards de dollars.

 

La santé se taille la part du lion. Déjà annoncées dans le discours du Trône, cinq maisons de soins et centres de santé de quartier seront créés, certains dès cette année. Le coût est estimé à 4,4 millions en 2021/2022, 3,6 millions en 2022/2023.

 

Un centre d’injection supervisée va voir le jour

 

Le budget de la santé répond aussi à certaines demandes de l’opposition. Ainsi, la province annonce la création d’un centre d’injection supervisée pour les personnes souffrant de dépendances, avec un financement de 250 000 dollars pour commencer. C’était une demande répétée des libéraux.

 

Aussi, le vaccin contre le zona sera gratuit pour les plus de 65 ans à partir de janvier 2022, ce qui coûtera 1,5 million. C’était une promesse de campagne des progressistes-conservateurs et les libéraux ne manquaient pas de leur rappeler. La province double aussi les subventions destinées aux aînés, via les programmes Seniors safe at home, Seniors home repair, etc. Les verts voient aussi une de leur demande acceptée : 1 million sera investi pour aider les personnes souffrant de diabète.

 

Le centre pour le bien-être mental, annoncé dans le discours du Trône, pèse pour trois millions dans le budget. Et cinq millions sont aussi annoncés pour retenir les infirmiers/ères à l’Île.

 

La journée de garderieà 25 dollars

 

La province met aussi l’accent sur l’éducation, et notamment sur celles des plus jeunes. La prématernelle à 4 ans coûtera 2,9 millions, et les 300 places de plus nécessaires sont chiffrées à 650 000 dollars. Alors que l’opposition se demande comment le gouvernement va réussir ce projet avec les défis posés par le recrutement, le budget prévoit 1,1 million pour augmenter les salaires.

 

Toujours au sujet des garderies, le gouvernement annonce la baisse du coût quotidien, qui sera fixé à 25 dollars. Cette initiative pèse pour 2,5 millions dans le budget. Le programme de repas sains est poursuivi et 600 000 dollars sont prévus pour l’étendre au cours de l’été.

 

«Accroître les services en français»

 

Quelques lignes sont dédiées à la Commission scolaire de langue française. Lors de son discours, Darlene Compton détaille l’embauche de personnel supplémentaire, sans plus.

 

Le français est aussi mentionné quand il s’agit de parler d’Accès ÎPÉ. Le gouvernement compte accroître ses services, mais surtout en ligne. Une nouvelle entité va être mise sur pied, appelée «Service PEI», qui permettra aux Insulaires d’accéder plus facilement aux services gouvernementaux, et «d’accroître les services en français», note Darlene Compton dans son discours.

 

Sur le plan environnemental, 5,6 millions de dollars sont annoncés pour aider les Insulaires à se tourner vers des sources d’énergie propres, et 1,9 million est mis sur la table pour inviter les conducteurs à choisir des véhicules électriques.

 

Alors que l’Île est la province avec le plus faible taux de terres protégées, et qu’elle souhaite atteindre 7 %, voire 10 %, un fonds de 750 000 dollars est dédié à ce sujet.

 

Et la province verra peut-être enfin la mise en route d’un système de transport collectif. Un projet pilote, estimé à 250 000 dollars, sera lancé à la rentrée. Les revenus provenant de la taxe carbone, sont estimés à 18,8 millions, soit cinq de plus environ qu’aujourd’hui, mais les négociations avec Ottawa ne sont pas encore finalisées.

 

Michele Beaton, députée verte de Mermaid-Stratford et porte-parole de l’opposition officielle en matière de finances, critique l’absence de «plan».

 

Les oppositions regrettent un «manque de vision»

 

Du côté des revenus, la province annonce une modification des niveaux d’imposition pour aider les plus faibles revenus, et la mise en place de la taxe de 1% pour les petites entreprises, le taux le plus faible dans les Maritimes.

 

Malgré la prise en compte de certaines de leurs attentes, les oppositions se sont dites déçues. Verts et libéraux critiquent l’absence de «plan», selon eux. Du côté de l’opposition officielle, Michèle Beaton regrette le manque de soutien pour «les plus vulnérables» et les «travailleurs de première ligne». «Est-ce que c’est vraiment le meilleur budget que ce gouvernement pouvait offrir?», lance la députée de Mermaid-Stratford. Selon Heath MacDonald, côté libéral, «il y a de bonnes choses mais cela manque de vision». «Au lieu de changements significatifs, c’est un patchwork», critique le député de Cornwall-Meadowbank.

 

L’Île revoit à la baisse le déficit 2020/2021 par rapport aux estimations du printemps dernier. A l’époque, l’Île prévoyait un trou de 172 millions pour 2020/2021, ramené à 120 millions. «Il y avait beaucoup d’incertitudes, beaucoup de suppositions, commente Darlene Compton. On n’a pas dépensé autant que prévu sur les provisions pour la COVID-19.»

 

La ministre des Finances prévoit un retour progressif à l’équilibre budgétaire d’ici 2024. La part de dette dans le PIB va atteindre un pic cette année, à 35,4 % (le même niveau qu’en 2015/2016) avant de redescendre progressivement, anticipe la province.  

 

Pour Heath MacDonald, député libéral de Cornwall-Meadowbank et leader en chambre du Troisième parti, ce budget «manque de vision».  (Photos : Laurent Rigaux)

L'Île-du-Prince-Édouard en images