Actualités
08 avril 2021 Par Jacinthe Laforest
La Voix acadienne n’a pas eu la permission de prendre des photos à l’intérieur, alors voici une photo de quelques employés de la compagnie des rénovations qui se préparent à entrer des matériaux. (Photo : Marcia Enman)

Les travaux de réfection de la résidence des personnes âgées Le Chez-Nous, à Wellington, se poursuivent, tandis que les résidents vont pouvoir enfin recevoir des visiteurs, en plus de leurs proches aidants (partenaires de soins).

Le 1er avril dernier, les consignes de visites dans les résidences pour personnes âgées ont été allégées. Pour les résidents du Chez-Nous qui sont logés au Andrews of Summerside depuis plusieurs semaines, c’est une excellente nouvelle, pour plusieurs raisons. «Nous avons des résidents qui n’ont pas pu voir certains membres de leur famille depuis l’incendie. Ça va être un bon changement», dit Marcel Richard, président du conseil d’administration de la coopérative.

 

L’allégement des consignes provinciales n’est pas la seule raison de la bonne nouvelle. En effet, depuis plusieurs semaines, les résidents des établissements peuvent recevoir des visiteurs (autres que leurs proches aidants) sur rendez-vous, pour une durée limitée et en nombre limité. Ce droit était refusé aux résidents du Chez-Nous, par l’administration de Andrews.

 

«Les résidents du Andrews recevaient leurs visiteurs sur rendez-vous et nos résidents ne comprenaient pas pourquoi eux, ils ne pouvaient pas
voir leurs enfants sur rendez-vous. On a travaillé vraiment fort avec l’administration du Andrews pour que ça débloque et finalement, c’est arrivé. Nos résidents vont pouvoir avoir des visiteurs dans leur propre chambre. On va suivre tous les règlements. Nous avons une employée à la porte d’entrée qui va prendre la température de tous nos visiteurs et s’assurer que tout va bien», se réjouit le président de l’organisme.

 

Cette belle nouvelle va grandement améliorer la vie au Andrews où les résidents ainsi que le personnel du Chez-Nous sont, par ailleurs, bien adaptés. «Notre personnel a pris un peu de temps à trouver ses marques, mais maintenant, c’est bien stabilisé.

 

Nos cuisinières aimeraient travailler plus en cuisine, mais en général, ce sont les employés du Andrews qui font la nourriture. Par contre, on me dit que nos employés ont cuisiné de la râpure et du fricot à quelques reprises», rassure Marcel Richard.

 

Pas de retour à Wellington avant plusieurs mois

 

Le conseil d’administration du Chez-Nous se réunit chaque semaine pour faire le point et assurer que tous les membres soient sur la même page. «J’ai demandé si on pourrait avoir une date. Le gérant du chantier nous a dit que c’est mieux de ne pas avoir de date. Ça serait plus stressant qu’autre chose, qu’il nous a dit. Mais lors d’une récente réunion, on a pu aller visiter le chantier. C’est incroyable. Ils ont été obligés de défaire
complètement les chambres dans la partie qui a été la plus affectée et certaines chambres commencent à nouveau à ressembler à des chambres. C’est beaucoup de travail».

 

Avant que les travaux ne commencent, Marcel Richard craignait que l’approvisionnement en matériaux cause des retards. Ça n’est pas le cas. «Tout le monde me disait que ça serait difficile d’avoir nos matériaux. Ça nous inquiétait, mais au contraire, ça ne cause aucun problème», rassure le président. Il garde l’espoir que le Chez-Nous puisse rouvrir à nouveau en juillet prochain.

 

Miseajour LeChez Nous2

Miseajour LeChez Nous ENCADRE

Abonnez-vous à La Voix acadienne pour recevoir votre copie électronique ou la version papier

Actualités