FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 16 mars 2018

Dominique Chouinard explique aux participants à la consultation en français comment donner des suggestions.

En 2023, ce sera au tour de l’Île-du-Prince-Édouard de recevoir les Jeux d’hiver du Canada.  Même si l’Île sera la seule candidature pour l’obtention des Jeux cette année-là, les promoteurs de l’événement veulent mettre tout en œuvre pour présenter le meilleur dossier de candidature possible. 

À cette fin, une série de consultation publique a eu lieu déjà afin d’informer les citoyens, mais surtout, de rassembler des idées et d’alimenter le document de proposition. 

Le comité responsable, duquel Tanya Gallant fait partie, à titre de responsable des langues officielles entre autres, a identifié quatre piliers pour soutenir la structure organisationnelle.  Ces piliers sont: 

1. Sensibiliser la population canadienne aux Jeux du Canada pendant qu’ils sont tenus à l’Î.-P.-É.;

2. Célébrer notre culture unique ainsi que la diversité de notre pays et de notre culture nationale;

3. Recevoir les jeunes athlètes de partout au Canada et leur faire sentir l’accueil authentique des Prince-Édouardiens; et

4. Inspirer des rêves et former des champions parmi les jeunes Canadiens pour et par une manifestation de classe mondiale.

Ces piliers ont été présentés lors des réunions de consultation, incluant lors de la réunion en français du 6 mars dernier, au Centre Belle-Alliance à Summerside.  Tanya Gallant s’est dite satisfaite des résultats.  «Nous avions des gens qui avaient fait les jeux du Canada et qui ont apporté beaucoup aux discussions.  Il y avait moins de monde que ce à quoi je m’attendais, mais je ne prends pas cela pour un manque d’intérêt.  Dans l’esprit des gens, 2023, c’est encore pas mal loin, même si cinq ans, ça peut passer pas mal vite», a-t-elle dit, après la rencontre. 

Lors de la discussion, Nico Durant, qui a vécu les plus récents Jeux d’été du Canada, a parlé de l’importance de la nourriture.  C’était toujours, toujours, toujours des pâtes, il n’y avait pas de variété.  J’étais tanné de manger des pâtes», a soutenu Nico, qui est un athlète en natation. 

Ça paraît superficiel comme observation, mais la nourriture est souvent ce qui marque le plus les athlètes qui sont, pour la plupart, à un moment de leur vie où ils ont besoin de bien se nourrir et de se nourrir beaucoup.  «Ça fait partie des aspects importants de l’accueil», a noté Dominique Chouinard, qui animait la rencontre. 

Jeannette Galant, une habituée des manifestations sportives, insiste sur l’importance de recruter suffisamment de bénévoles.  «Selon moi, c’est cela qui va faire toute la différence.  Sans nos bénévoles, on ne peut pas assurer un accueil adéquat», a-t-elle soutenu. 

Du côté de l’organisation, on s’attend qu’une version provisoire soit prête en juin, pour un dernier examen, avant de soumettre la version finale au Conseil des Jeux du Canada en août. 

En septembre, le Conseil des Jeux du Canada fera une visite à l’Î.-P.-É. pour visiter les installations.  Il devrait y avoir des événements publics dans le cadre de cette visite.


Tanya Gallant, responsable des langues officielles à l’intérieur du Comité des Jeux du Canada 2023.


Nico Durant et sa mère Velma, ont tous deux participé aux Jeux du Canada à titre d’athlète et de parent.


Julie Gilman, Jeannette Gallant et Giselle Bernard ont apporté plusieurs bonnes suggestions.
 

- Par Jacinthe Laforest 

L'Île-du-Prince-Édouard en images