Le 2 juillet 2015
La onzième édition des populaires Causeries du mardi prendra son envol au Musée acadien, à Miscouche, le 7 juillet et se poursuivra jusqu’au 11 août.  Trois des causeries seront présentées en français et trois en anglais.  Le 7 juillet, l’historien Georges Arsenault donnera le coup d’envoi dans une présentation en anglais qui portera sur la communauté acadienne établie sur la côte de la baie de Malpèque, dans le lot 17, entre 1775 et 1815.  Presque tous ces Acadiens ont quitté le lieu pour prendre des terres dans Prince-Ouest et la région Évangéline.

Le 14 juillet, en français, avec le père Éloi Arsenault, il sera question du Camp Tisou, un camp culturel pour jeunes Acadiens organisé chaque été de 1971 à 1984 par la Société Saint-Thomas-d’Aquin.  Le camp, dont le but était de promouvoir l’identité acadienne et française, réunissait pendant deux semaines des jeunes Acadiens de Tignish à Souris. 

Les causeries se poursuivront en anglais le 21 juillet avec Claude Arsenault.  Dans une présentation bien illustrée, il racontera ses découvertes archéologiques à Pointe-aux-Vieux (région Port Hill) et comment cette expérience à fouiller la terre de ses ancêtres a eu un profond effet sur son identité acadienne.  

Les jeux d’autrefois feront l’objet de la causerie du 28 juillet avec Yvonne Pitre qui est en train de préparer un livre sur ces jeux qui ont accompagné son enfance à Saint-Philippe.  Elle invitera des membres de l’auditoire à illustrer quelques-uns de ces jeux.  Cette causerie se déroulera en français.  

Le 4 août, l’historien Georges Arsenault sera de retour pour raconter, en anglais, l’établissement de Miscouche et de Saint-Nicholas, dans le lot 17.  Il expliquera comment un groupe de familles écossaises s’est établi à Miscouche en 1809 suivis quelques années plus tard par des familles acadiennes qui demeuraient auparavant à Rivière-Platte dans le lot 19.  Ces Acadiens venaient d’ailleurs d’acheter 6 000 acres de terre dans le lot 17 du propriétaire Harry Compton. 

La dernière causerie aura lieu en français le 11 août.  L’invitée sera la gigueuse et musicienne bien connue Hélène Arsenault Bergeron.  Sa présentation illustrée portera sur l’évolution de la gigue dans la région Évangéline.  Hélène a appris à giguer pendant sa tendre enfance et elle a vu évoluer ce genre de danse au cours des 50 dernières années.

Les causeries auront lieu à 19 h 30.  L’entrée sera gratuite, mais chaque don sera grandement apprécié.  Des rafraîchissements seront servis après chaque présentation.  

L'Île-du-Prince-Édouard en images