Le 28 juin 2017

Estelle DesRoches de Miscouche a très hâte de lancer le livre souvenir du bicentenaire de Miscouche le 2 juillet prochain.

Estelle DesRoches de Miscouche est dotée d’une détermination peu commune.  Elle a soif de faire avancer les choses.  Pendant presque 10 ans, elle a con-sacré une bonne partie de son temps à coordonner la rédaction d’un livre souvenir sur la paroisse acadienne, et elle a même écrit quelques-uns des très nombreux chapitres.  

«Je n’ai pas travaillé chaque jour de 9 à 5 pendant neuf ans, mais j’en ai mis des heures.  J’ai dû prendre une pause de quelques mois pour vaincre un cancer, et je suis heureuse d’être là pour voir la fin de ce projet», a insisté la dame, lors d’une récente rencontre au Musée acadien de l’Île-du-Prince-Édouard à Miscouche.  

Le livre anniversaire, de style «table à café» contient 135 pages dans lesquelles on trouve des textes provenant de plusieurs collaborateurs, ainsi que 165 photographies, pour illustrer l’ouvrage, qui se vendra très bien, prédit la directrice du collectif.  

«L’idée d’écrire un livre pour notre 200e a été lancée par notre ancien curé, le père Albin Arsenault, il y a presque 10 ans.  Ça n’a pas été facile.  Il a fallu faire beaucoup de recherche, mais nous y sommes arrivés», a indiqué Estelle DesRoches, rendant en même temps hommage aux membres du comité du livre, Julia Albert, qui a rédigé quelques chapitres, James Gaudet et Thelma Gaudet, qui ont aussi contribué au contenu du livre.  

Outre le travail de recherche et de rédaction proprement dit, le plus dur a été de trouver le financement. Le Fonds de Canada 150 ayant rejeté sa demande, Estelle DesRoches s’est tournée vers la communauté.  Quelques organisations ont répondu présent, incluant le Club des personnes âgées «Silver Maple», de Miscouche, qui est devenu, avec sa contribution financière, l’éditeur du livre.  

Le livre contient 24 chapitres dont la lecture permettra de très bien connaître ce beau village.  Comme il se doit, le premier chapitre parle des pionniers et de la fondation de la paroisse, par l’achat de quelques milliers d’acres de terre par les Acadiens.  Ce chapitre est signé par Georges Arsenault.  Ensuite, viennent des chapitres sur l’éducation, le couvent et l’église Saint-Jean-Baptiste, et des pages signées par Julia Albert.  

Norma DesRoches s’est intéressée au cimetière paroissial et à son histoire tandis que Claudette Cramm a raconté l’évolution des pique-niques paroissiaux.  La fanfare de Miscouche a apporté beaucoup de fierté à ce village, si bien que Julia Albert, dont le père faisait partie cet ensemble musical masculin, y a consacré tout un chapitre.  

La salle paroissiale de Miscouche a une histoire remplie de rebondissements.  Estelle DesRoches raconte dans ce chapitre comment l’église construite en 1823, devenue trop petite pour la paroisse grandissante, a été déménagée en 1892 pour devenir la salle paroissiale qui a été utilisée jusqu’en 1975.  

Suivent de nombreux autres chapitres sur le chemin de fer, la poste, la pêche, l’agriculture, les grandes familles, l’élevage des renards, et plusieurs autres, dont l’établissement de la base militaire de Summerside à partir de 1940, qui devait servir de terrain d’entraînement pour les pilotes d’avion.    

Dans ce chapitre qu’elle a écrit elle-même, Estelle DesRoches raconte comment la maison qu’elle habitait a dû être déménagée pour établir la base militaire.  

Il y a aussi tout un chapitre sur le Musée acadien qui a été établi en 1964 dans le village où une grande convention nationale acadienne a eu lieu en 1884, et où la plupart des symboles acadiens ont été adoptés. 

On peut comprendre que le livre intitulé «Our Story» (Notre Histoire) sera une vraie source de fierté pour tous ceux qui ont des racines à Miscouche ainsi qu’à Saint-Nicholas, le village voisin.  

«Nous allons faire le lancement le dimanche 2 juillet au Centre de récréation de Miscouche.  Je pense qu’il y aura beaucoup de monde, car je reçois des appels de partout.  J’ai vraiment hâte de voir tous ces gens, et de partager avec eux le fruit de notre travail de presque 10 ans», a insisté Estelle DesRoches, débordant de fierté.  

Les célébrations du 200e anniversaire de la paroisse de Miscouche s’étaleront sur deux jours : le 1er juillet, il y aura des activités toute la journée, en marge de la Fête du Canada.  On inaugurera entre autres un drapeau unique à Miscouche, dont le motif a été inspiré par des élèves de l’école.  Le 2 juillet, la messe de 10 h 30 sera chantée par une chorale composée de chanteurs de Miscouche et de Mont-Carmel.  

Le dîner sera servi à la Légion royale canadienne.  Le lancement du livre sera la dernière activité officielle de ce weekend chargé.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images