Le 12 mai 2017

Normand Richard et son père Antoine sont prêts à lancer le livre qui a demandé plus qu’un an de travail.

Normand Richard, anciennement de Mont-Carmel, et vivant depuis quelques années à Wellington, a entrepris au cours des dernières années d’écrire son histoire de courage.  

Handicapé visuel, il n’a pas pu écrire le livre lui-même.  Il a donc confié à Léonce Arsenault ce travail, qui a demandé plus d’un an.  «Il a fait un travail extraordinaire.  Je lui ai donné de grandes quantités de documents, et il a tout regardé et tout résumé pour faire le livre.  Je suis très content», a dit Normand Richard, le jeudi 4 mai. 

Son père, Antoine, venait tout juste de revenir de Charlottetown, où les livres avaient été imprimés, et les boîtes de livres trônaient dans le salon, symbole de presque deux années de travail.  

Le lancement de ce livre intitulé «Courage à vendre» et «Courage to Spare» aura lieu le jour de la fête des Mères, le dimanche 14 mai, à 14 heures, à la salle paroissiale de Mont-Carmel.  

Le livre est dédié à la douce mémoire de la mère de Normand, décédée en 2012.  C’est donc très approprié que le livre soit lancé en cette journée de célébration où les mamans sont en vedette. 

Le livre se vendra 15 $ et les recettes seront versées au fonds de réparation de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel.  Cette église est chère au cœur de Normand Richard.  Chaque été, depuis des années, il s’y rend chaque jour pour recevoir les visiteurs, pour leur parler de la paroisse, et des beautés de cette église qui a 119 ans cette année. 

«J’espère que le livre servira à inspirer des gens qui vivent des difficultés, et qui ont besoin de motivation pour relever les défis.  Moi, avec mon handicap, j’aurais pu me décourager, rester sur ma chaise à longueur de journée, mais j’ai décidé de garder courage et de vivre de mon mieux», dit Normand Richard.  

Lors du lancement, il y aura quelques courts discours, des présentations, et il sera évidemment possible d’acheter le livre.  D’ici quelques semaines, le livre devrait être disponible à plusieurs endroits, en français et en anglais.  Trois-cents copies ont été imprimées en français et 500 en anglais.  «On en a déjà environ 200 de vendus, ça va très bien», soutient Antoine Richard, qui est fier de faire connaître le courage de son fils, et de contribuer en même temps au fonds de réparation de l’église de sa paroisse natale.  

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images