Le 25 novembre 2016
David Le Gallant était fier de présenter le tout premier numéro de Veritas Acadie en 2012.  (Photo : Archives)

David Le Gallant de Mont-Carmel est le président de la Société internationale Veritas Acadie, depuis sa fondation le 31 mars 2009.  «Nous avons publié notre premier numéro en 2012 et nous venons de lancer notre numéro du 5e anniversaire.  Pour notre petite société, c’est tout un accomplissement», a indiqué David Le Gallant, avec fierté.   

La Société internationale Veritas Acadie (SIVA) a été créée par sept mordus de l’histoire acadienne qui étaient indisposés par ce qu’ils percevaient comme une manière trop «politiquement correcte» de parler de la Déportation, entre autres.  

«Beaucoup d’instances malmènent l’histoire acadienne en général, et l’histoire de la Déportation, en particulier.  Avec notre revue annuelle, nous tentons de rétablir la vérité, sans filtres, surtout pas celui du gouvernement fédéral», a indiqué David Le Gallant.  

Depuis cinq ans que Veritas Acadie paraît chaque automne, la revue a publié un grand nombre d’articles provenant de France, du Québec, de l’Acadie, ainsi que des États-Unis.  «Nous sommes chanceux de recevoir de nombreuses propositions d’articles.  Nous nous faisons connaître par le “bouche à oreilles”, et nous sollicitons aussi des articles auprès d’auteurs connus.  Nous avons tellement d’articles qu’à chaque numéro, ou presque, nous sommes obligés de reporter un certain nombre de pages, pour le numéro suivant.  C’est très stimulant et encourageant.  Nous avons eu, jusqu’à présent, environ 160 collaborateurs et collaboratrices». 

Chaque volume de Veritas Acadie comporte cinq grandes parties, qui contiennent chacune un certain nombre d’articles : Le Grand Dérangement, Les Fondements, la nouvelle France, l’oraliture et la littérature, et la substantifique moelle ailleurs.  

La «substantifique moelle» est une expression qui existe depuis des centaines d’années.  Elle repose sur l’image de l’os qu’on ronge jusqu’à la moelle, pour en retirer ce qu’il y a de meilleur.  La substantifique moelle est donc ce qu’il y a de meilleur.  

«Dans cette partie de notre revue, nous avons des articles qui parlent un peu de tout.  C’est une section un peu moins sérieuse que les autres, mais nous avons beaucoup de plaisir à la préparer», explique le président.  

Cet automne, David Le Gallant s’est absenté de Mont-Carmel pendant plusieurs semaines, pour aller faire des lancements du numéro 5 de Veritas Acadie dans plusieurs régions du Québec, incluant Saguenay et Verchère, près de Montréal.  «À Verchère, l’ancien premier ministre du Québec, Bernard Landry, était présent.  C’était bien agréable.  Nous avons toujours plusieurs dizaines de personnes à nos lancements.  Nous nous faisons connaître graduellement».

David Le Gallant consacre beaucoup de temps à la préparation de la revue Veritas Acadie.  «Je pense que ça me prend environ quatre mois de travail pour chaque numéro.  Je lis beaucoup, je consulte, j’écris moi même quelques articles, je vais aux lancements, et je réponds à un très grand nombre de lettres et de courriels.  Les gens nous écrivent beaucoup et je les en remercie».

La Société internationale Veritas Acadie compte environ 100 membres, qui sont automatiquement abonnés, et environ 100 autres abonnés.  La revue se vend aussi lors des lancements, et en librairies.  

«J’ai étudié en lettres, en histoire et en droit, et on dirait que tout ce que j’ai fait jusqu’à présent trouve son utilité dans la publication de notre revue.  Je suis comblé par ce travail que nous faisons pour faire connaître l’histoire, et je suis aussi comblé par l’accueil que les gens nous font partout où nous allons.  C’est un vrai plaisir».  


Depuis 2012, la Société internationale Veritas Acadie publie un numéro de sa revue dont la page couverture est toujours ornée de la petite nyctale surnommée «la chouette acadienne» à cause de son nom latin.  Seul l’endos de la couverture varie pour refléter le contenu.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images