Le 15 juin 2016


Dans le cadre de la 52e assemblée générale annuelle de l’Association du Musée acadien de l’Î.-P.-É.,  qui s’est tenue le 8 juin, le prix La Petite Nyctale 2016 a été remis au père Albin Arsenault.  Ce prix est décerné annuellement pour reconnaître la contribution d’un individu, d’un organisme ou d’un groupe qui a œuvré pour la cause de l’histoire et du patrimoine acadiens dans n’importe quel domaine au cours des cinq dernières années. 

On a souligné le dévouement du père Albin en ce qui a trait à la préservation du patrimoine.  On a parlé des nombreux projets de restauration du curé en lien à l’architecture religieuse à l’Île-du-Prince-Édouard. 

«Les structures d’églises des paroisses rénovées sous l’habile direction du père Albin au fil des années sont aujourd’hui des points de repère uniques et splendides», a souligné le discours de présentation fait par Rose Arsenault, trésorière au conseil d’administration du Musée acadien  de l’Île-du-Prince-Édouard. 

Les restaurations d’églises initiées par le père Albin comprennent, les églises Saint-Simon et Saint-Jude à Tignish, St-Patrick à Grand River, l’Immaculée-Conception à Wellington et Saint-Jean-Baptiste, à Miscouche.  Cette dernière est l’une des fiertés du père Albin : «C’est un signe de reconnaissance envers ceux qui ont construit l’église dans les années 1890-1892», a-t-il déclaré dans son discours de remerciement.

Il a également entrepris des travaux de restauration de la transcription de pierre tombale, dans la paroisse de Miscouche, et entre autres, la réparation du clocher de l’église pour la paroisse Saint-Simon-et-Saint-Jude, à Tignish. 

Le père Albin, œil attentif, passionné par l’architecture religieuse, a non seulement contribué à la modernisation de ces établissements centenaires, mais a également aidé au renforcement et à l’enrichissement du sentiment d’appartenance communautaire. 

En plus de ses implications au niveau des restaurations pour les paroisses et les églises, le père Albin a également été reconnu pour son engagement au sein de la communauté acadienne, pour laquelle il a toujours trouvé le temps de s’impliquer.  Celui-ci a siégé à de nombreux conseils et comités, dont Les Chevaliers de Colomb, Le Comité exécutif de la Société historique acadienne de l’Î.-P.-É., l’Association du Musée acadien de l’Î.-P.-É., le Centre d’éducation chrétienne et la Société Saint-Thomas-d’Aquin. 

En guise de reconnaissance pour toutes ses extraordinaires démarches et ses nombreuses réalisations dans la préservation du patrimoine religieux et architectural des paroisses acadiennes de l’Î.-P.-É., ce prix de La Petite Nyctale 2016 est bien mérité par le père Albin Arsenault. 

Le père Albin a remercié la foule et le Musée acadien lors de la remise de son prix, qu’il a accepté avec humilité.  Dans un discours enjoué, digne de sa personnalité, celui-ci a souligné les motivations derrière ces restaurations.  «Pour moi, il est important que les paroisses et les églises soient dignes de la beauté qu’ils avaient à l’époque de mes ancêtres».  

Les collectes de fonds pour ces restaurations épatantes n’ont jamais été un bâton dans les roues pour le père Albin, qui a toujours su amasser les fonds nécessaires à ses travaux.  «J’ai énormément lu sur le père Peter McIntire de Tignish.  Sa devise de tous les jours était “Where there’s a will, there’s a way”.  En bon français, “Il y a toujours moyen de moyenner!”», a-t-il expliqué, en faisant rire la foule présente.

A présent, celui-ci a entrepris des rénovations à l’église Notre-Dame-de-l’Assomption, à Miminegash, et se dit fort reconnaissant du prix qui lui est remis, cela contribue à l’encourager à continuer son travail sur ce projet.


Le père Eddie Cormier, président du Musée acadien de l’Î.-P.-É., a remis le prix La Petite Nyctale 2016 au père Albin Arsenault.

- Par Érica Cloutier

L'Île-du-Prince-Édouard en images