Le 25 mai 2016

Ken Richard et Marguerite Arsenault, représentant le CHSAD, ont remis le premier prix à Katheen Henthorn et Ben Plourde de l’école Spring Park, pour leur projet sur les mets acadiens.

Le Comité historique Sœur Antoinette DesRoches est toujours à la recherche d’occasions de promouvoir l’éveil des jeunes à la richesse du patrimoine.  Depuis quelques années, le comité profite de la Fête du patrimoine pour récompenser les projets qui, selon le comité de sélection, représentent le mieux le patrimoine acadien. 

Cette année, Marguerite Arsenault et Ken Richard ont visité de nombreux projets et ils en ont choisi deux en particu-lier.  Le projet sur Port la Joye de Ross Patterson de l’école Stone Park, a mérité le 2e prix et le projet de Kathleen Henthorn et de Ben Plourde de l’école Spring Park, sur les mets acadiens, a mérité le premier prix.  

La famille de Ben vient du Nouveau-Brunswick.  «Dans ma famille, le met le plus populaire est la poutine acadienne.  Il n‘y a as de frites ni de fromage, juste des patates et du porc.  On en fait à la maison, mais c’est très long à préparer», assure le jeune garçon.  

Malgré son nom très peu acadien, Kathleen Henthorn est issue de deux grandes familles acadiennes, les Gauthier et les Gallant de la région de Rustico.  «Chez nous, le met que ma grand-mère fait le mieux, c’est le pâté.  Mais elle ne le fait pas comme une tarte.  Elle le fait dans des petits rectangles.  Ils sont très bons», avoue-t-elle, avec appréciation.  

Les deux élèves avaient même des échantillons de mets acadiens à distribuer.  Conservés au froid dans une glacière, ils en sortaient quelques-uns à la fois pour faire connaître ces mets.  

«Les mets acadiens, pour nous, c’est bien plus que de la nourriture.  C’est notre patrimoine et c’est important pour nous», ont indiqué les élèves, qui ont fait leur projet dans un excellent français.
Marguerite Arsenault remet le 2e prix du Comité historique Sœur-Antoinette-DesRoches (CHSAD), à Ross Patterson de l’école Stonepark, qui a fait son projet sur le fort français Port-la-Joye. 


- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images