FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 26 février 2014
Plusieurs personnes liées à la collectivité acadienne de l’Île-du-Prince-Édouard ont reçu des prix du patrimoine le mardi 18 février dernier, lors des présentations annuelles de la Fondation du patrimoine et Musée provincial.  Reg Porter a mérité le Prix d’Honneur pour l’ensemble de son œuvre et son incessante recherche des liens avec l’histoire.   «J’ai reçu jusqu’à présent environ 10 prix du patrimoine, mais celui-là, on le reçoit seulement une fois.  Je l’apprécie, car je sais qu’il est présenté par des gens qui partagent la même passion que moi», a expliqué l’Acadien natif de Tignish après la cérémonie officielle.  

Reg Porter a contribué à la préservation du patrimoine insulaire pendant 50 ans.  Toujours à l’affut de l’indice qui l’aidera à interpréter l’architecture d’un édifice ou le fil d’un événement, il utilise son savoir pour enrichir le savoir des autres.  

Dans le texte qui accompagne le prix, on rappelle que Reg Porter a été le premier conservateur des expositions et des événements au musée provincial.  

Grâce à son travail patient auprès des acteurs patrimoniaux de l’Île, il a aidé à créer ce qui est aujourd’hui l’Association des musées communautaires.  C’est lui qui a mené à la création du programme des routes patrimoniales de l’Île.  

Qu’ils soient étudiants, collègues ou amis, tous ceux qui ont côtoyé Reg Porter peuvent témoigner de son savoir et de son enthousiasme pour tout ce qui concerne notre passé : l’art, l’architecture, l’archéologie, la musique, le folklore.  

Les conférences de Reg Porter sont toujours très informatives et divertissantes et les places disponibles se remplissent très vite.  

La Belle-Alliance et Georges Arsenault ont aussi mérité un Prix du patrimoine pour l’excellent livre sur les Acadiens de Summerside, lancé dans la dernière année.  

«Nous sommes très reconnaissants de recevoir ce prix car en plus de reconnaître l’ouvrage comme tel, il reconnaît pour ainsi dire l’importance de la présence acadienne à Summerside.  Et c’est justement le but du livre», dit Terry Couture, président de la Belle-Alliance, l’organisme qui a initié le projet du livre qui est devenu un autre très bel ouvrage signé Georges Arsenault.  

«C’était important d’écrire ce livre parce qu’on parle rarement de la classe ouvrière, qui plus est, acadienne, dans les ouvrages historiques.  Or, les Acadiens de Summerside étaient presque tous de la classe ouvrière et ils sont là depuis 150 ans», précise l’auteur.  

Georges Arsenault, toujours modeste, est ravi du prix qui arrive à un bon moment dans la vie du livre.  «C’est toujours bon de recevoir un prix pour faire connaître un ouvrage», dit-il.  

Par ailleurs, un prix du patrimoine a été remis à l’excellent livre N’in na L’nu : The Mi’Kmaq of PEI et l’exposition du même nom.  Conçue grâce au concours d’Anciens Mi’kmaq, d’archéologues, et d’historiens, l’exposition trilingue sera présentée au Musée canadien de l’histoire cet automne.  


Terry Couture, président de La Belle-Alliance, Georges Arsenault, auteur du livre Les Acadiens de Summerside, et son honneur le lieutenant-gouverneur de l’Île, Frank Lewis.  


Reg Porter a reçu le prix d’honneur du patrimoine pour l’ensemble de son travail, ce qui équivaut à une médaille d’or, le mardi 22 février des mains du lieutenant-gouverneur de la province, Frank Lewis. 





- Par Jacinthe Laforest - 



L'Île-du-Prince-Édouard en images