FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 7 septembre 2018
Dès l’automne, trois des six écoles francophones de la province auront accès à de nouvelles ressources en santé mentale, dans le cadre du projet des « équipes de bien-être scolaire » du ministère de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture. La province a embauché cet été une vingtaine de spécialistes pour desservir les familles d’écoles anglophones de Colonel Gray, de Souris, de Morrell et de Bluefield, situées à l’est de l’Î.-P.-É.  Il s’agit de thérapeutes en santé mentale, d’infirmières, de travailleurs d’approche et de conseillers en counseling.

Comme certains des spécialistes embauchés sont bilingues, cela signifie que les écoles francophones de l’est de la province, François-Buote à Charlottetown, La-Belle-Cloche à Rollo Bay et Saint-Augustin à Rustico, pourront aussi bénéficier de leurs services.  Par ailleurs, étant donné le décès d’une enseignante à l’école Pierre-Chiasson de DeBlois, l’équipe sera aussi appelée à se déplacer dans l’ouest de l’île à la rentrée. 

« Ces gens n’ont pas seulement le mandat des écoles francophones, parce qu’il s’agit d’une équipe supplémentaire pour compléter ce qu’il y a déjà dans les écoles », explique la coordonnatrice des services aux élèves de La Commission scolaire de langue française (CSLF), Lisa Marmen. 

La CSLF dispose déjà des services d’un psychologue francophone qui peut se dé-placer pour faire des évaluations en santé mentale et accompagner les équipes des écoles, ainsi que des conseillers et des enseignants ressources.

L’aide supplémentaire apportée par les nouveaux spécialistes pourra être sollicitée par des élèves, les enseignants, le personnel de soutien ou même les parents.  Les consultations auront lieu dans des locaux privés et confortables, qui sont réservés aux membres de l’équipe afin de rencontrer les élèves et leurs familles, ainsi que le personnel scolaire.  Elles peuvent aussi avoir lieu à l’extérieur de l’école sur demande. 

« Faux pas »

L’an dernier, le gouvernement a commencé à mettre sur pied ces équipes de bien-être scolaires pour répondre directement aux besoins spéciaux des élèves dans les écoles.  Le projet-pilote a pu être testé dans les familles d’écoles anglophones de Westisle et de Montague durant l’année scolaire 2017-2018.

Selon les communications de la province, l’école Pierre-Chiasson de DeBlois devait aussi en bénéficier, mais cela n’a pas été le cas.

« Pendant la première phase de la mise en œuvre, les écoles francophones n’ont pas reçu de service.  Il semble qu’il y ait eu quelques faux pas de la part du comité, mais les erreurs ont été corrigées », indique Lisa Marmen, qui siège maintenant au comité de mise en place du projet.

Elle se réjouit de constater que le ministère a été en mesure de recruter des spécialistes bilingues, compte tenu du défi que cela représente.  «Pour les positions bilingues à l’est de la province, c’est un miracle qu’ils aient trouvé des gens.  La plupart ont été recrutés à l’extérieur de l’Île et ce sont des personnes qui veulent vraiment venir travailler et vivre ici», fait savoir la coordonnatrice des services aux élèves.

Le budget pour les équipes de bien-être s’élève maintenant à trois millions de $.  Les services des spécialistes devraient être aussi offerts dans les autres écoles l’année prochaine. 



- Par Catherine Paquette 
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images