FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 1er juin 2018

De gauche à droite, le premier ministre Wade MacLauchlan, le ministre fédéral et député de Cardigan Lawrence MacAulay, la directrice de l’école La-Belle-Cloche Marise Chapman, la ministre Paula Biggar et le ministre Jordan Brown.

C’était la fête, le vendredi 25 mai à Rollo Bay.  La communauté acadienne et francophone de la région Kings-Est et de l’Île-du-Prince-Édouard au grand complet a célébré l’ouverture officielle de la nouvelle école La-Belle-Cloche, dorénavant logée dans un édifice multi-usage, Le Pavillon de l’Est, situé juste en face de l’ancienne église Saint-Alexis de Rollo Bay. 

La célébration a réuni les quelque 90 élèves de l’école, leurs parents, les enseignants et de nombreux invités de la classe politique provinciale, fédérale et communautaire.  Une ouverture officielle inclut obligatoirement des discours.  Le ministre fédéral de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et député de Cardigan, Lawrence MacAulay, a offert un vibrant plaidoyer pour les deux langues officielles du Canada qui «nous définissent» comme Canadiens.  «L’habilité de parler français au Canada apporte de nombreux avantages.  Je ne suis pas bilingue malheureusement, mais je comprends pleinement l’importance du bilinguisme et de la langue française.  Au cours de mes années comme représentant de la circonscription de Cardigan à Ottawa, j’ai participé à l’élaboration de politiques et j’ai toujours compris l’importance et la nécessité de tenir compte des impacts de nos décisions sur la communauté francophone.  Cela a contribué à améliorer nos lois et nos politiques», a insisté le ministre MacAulay.    

Le ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, Jordan Brown, a décrit cette journée comme «le début d’une nouvelle ère pour l’apprentissage en français dans la région Kings-Est». 

«Ici, les enfants seront immergés dans un environnement français à partir d’un très jeune âge grâce à un espace bien conçu, moderne et équipé pour livrer les programmes d’études de chaque niveau», a décrit le ministre Brown.  Étant aussi ministre de la Culture, ce dernier se réjouit que cet immeuble soit un lieu de rassemblement pour soutenir la vitalité de la communauté acadienne et francophone», a indiqué le ministre, qui a aussi noté le profond sentiment de fierté qui animait les gens réunis pour l’occasion. 

Le premier ministre Wade MacLauchlan s’est adressé aux élèves en leur disant: «Vous êtes beaux, vous chantez bien et sans doute, vous ne voulez pas passer tout l’après-midi à écouter des discours»...

«Comme nous le savons, la culture acadienne et la langue française occupent une place importante dans l’histoire de notre province et nous avons la preuve aujourd’hui que la culture et la langue sont encore très vivantes.  Cet édifice représente la pièce qui manquait à la représentation entière de la communauté acadienne et francophone», ajoute le premier ministre.

Faisant le lien avec un événement survenu plus tôt dansla journée en lien avec l’aéroport de Charlottetown, le premier ministre a qualifié le nouveau centre de poste de décollage pour les jeunes et pour la communauté qui pourra dorénavant se développer. 

Le président de La Commission scolaire de langue française, Emile Gallant, a rappelé l’importance historique de cette ouverture.  «La communauté dans cette région a accepté une école dans un édifice abandonné comme première école et un gymnase dans un garage», a dit Emile Gallant. 

L’école française de Kings-Est a reçu le nom de l’école La-Belle-Cloche en 2005, en rappel à la cloche de l’église Saint-Pierre-du-Nord que les Acadiens menacés par la déportation avaient enfoui dans la terre pour éviter qu’elle ne soit détruite.  En 1970, la cloche a refait surface lorsqu’un fermier qui labourait son champ l’a mise à jour.  Elle a alors été donnée à l’église Saint-Alexis, située juste en face du pavillon de l’Est.  Lorsque cette église a été désacralisée par l’évêché, le sort de la cloche a été l’objet d’un vote et il a ainsi été décidé que la cloche serait conservée dans le cimetière de Rollo Bay.  Cependant, la cloche était en montre à l’école La-Belle-Cloche lors de l’inauguration et les dirigeants du Pavillonde l’Est n’abandonnent pas l’idée qu’un jour, la Cloche trouve un véritable foyer dans l’édifice. 

Le vice-président de la Société Saint-Thomas-d’Aquin, Gilles Benoit, a souhaité aux élèves «de se créer une place de choix dans ce bel établissement».  «Ces nouveaux locaux vont permettre à toute la communauté de Kings-Est de vivre et de s’épanouir pleinement en français.  Le Pavillon de l’Est est un symbole de la réussite de l’apprentissage en français et de la belle vitalité de cette communauté», a dit Gilles Benoit. 

Après ces discours, les participants ont entendu le témoignage d’Emma Dixon, une élève et d’une maman anglophone Jean MacDonald.  Toutes deux ont témoigné de l’importance que revêt pour elles le fait de se trouver à cet endroit après toutes ces années d’attente et de persévérance. 


De gauche à droite : le ministre de la Main-d’œuvre et des Études supérieures, Sonny Gallant, la ministre des Transports, de l’Infrastructure et de l’Énergie, Paula Biggar, le ministre fédéral de l’Agriculture et l’Agroalimentaire et député de Cardigan, Lawrence MacAulay, le ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture, Jordan Brown, les élèves Alexander Lord et Niamh O’Neill et le premier ministre de la province Wade MacLauchlan.


Dans l’une des classes des métiers, Samuel Hébert, Carson Bernard, l’enseignant Antoine Robillard et Mitchel White.


Lors de la présentation officielle des clés, la ministre Paula Biggar (à droite) et la directrice de l’école La-Belle-Cloche, Marise Chapman sont entourées de plusieurs élèves et de la présidente du Comité acadien et francophone de l’Est, Suzanne Buckland.  Les élèves sont Addison Chaisson, Alexander Lord, Niamh O’Neill, Jake Pereira et Maia Tompkins.


L’harmonie, sous la direction de Travis Boudreau, a entonné l’hymne national du Canada.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images