FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 15 mai 2018


Le ministère du Patrimoine Canadien a confié à l’Association canadienne des professionnels de l’immersion (ACPI) le mandat de dresser le portrait des professionnels de l’immersion française de tout le pays. 

Cette vaste consultation pancanadienne s’est amorcée en avril 2016 et s’est terminée en décembre 2017.

«L’Association canadienne des professionnels de l’immersion (ACPI) a réussi à atteindre près de 900 professionnels de l’immersion française en les questionnant sur leurs réalités, leurs défis, leurs besoins et leurs perceptions quant à l’avenir de leur profession.  Le rapport révèle assurément la richesse de nos conversations mais aussi la trajectoire de la croissance fulgurante de l’immersion française au pays», a indiqué la directrice générale de l’organisme national, Chantal Bourbonnais. 

Cette croissance de la popularité de l’immersion française est certes, positive.  Après tout, de 2011 à 2016, une période de cinq ans, les inscriptions en immersion au Canada ont augmenté de 20 %.  De 2015 à 2016 seulement, la hausse était de 4,6 %. 

Cette hausse demande aussi une capacité accrue de répondre à la demande.  Les trois grands défis identifiés par les répondants au sondage de l’ACPI sont  : le manque de temps (73 %), le manque de ressources (71 %) et la difficulté à gérer les demandes croissantes de leur milieu de travail (57 %). 

De 2012 à 2016, une période de quatre ans, le nombre d’enseignants en immersion française a augmenté de 21 % selon Statistique Canada.  Cette hausse est attribuable et directement proportionnelle à la hausse des inscriptions dans ces programmes. 

Dans certaines provinces, la demande pour des professionnels de l’immersion dépasse l’offre.  On observe une rareté de professionnels qualifiés et cette rareté a des conséquences sur l’enseignement.  Lorsque rencontrés lors des consultations, les professionnels de l’immersion ont nommé certains impacts entrainés par cette pénurie d’enseignants qualifiés en immersion française. Ainsi, lorsque des postes sont vacants dans un programme d’immersion française, il n’est pas rare qu’un conseil scolaire embauche des personnes qui ne sont pas qualifiées en enseignement, qui ne sont pas des professionnels de l’enseignement immersif ou qui ne parlent pas le français. Les conseils scolaires n’ont, pour l’instant, aucune contrainte à respecter puisqu’il n’y a pas de reconnaissance officielle pour les enseignants en immersion française et qu’aucun test régissant formellement l’entrée dans la profession n’est systématiquement exigé.

Dans ce contexte de rareté d’enseignants qualifiés en immersion, les professionnels rencontrés rapportent que la suppléance est souvent attribuée à un candidat unilingue anglais et que les spécialistes auprès des élèves en difficulté ou à risque sont souvent des experts anglophones affectés aux élèves des programmes d’immersion française. 

Le niveau de compétence linguistique variable des pro-fessionnels de l’immersion française est nettement un enjeu qui préoccupe l’ensemble des participants à la consultation (63 %).  Fait intéressant, cet enjeu a également été désigné comme la problématique actuelle qui inquiète le plus grand nombre de professionnels lorsqu’ilsenvisagent l’avenir des programmes d’immersion (56 %).   

Curieusement, la consultation a permis de découvrir que seulement un professionnel de l’immersion sur deux (51 %) se dit ouvert lorsqu’on lui propose de perfectionner ses compétences linguistiques en français.  Les compétences linguistiques que souhaitent surtout perfectionner les répondants sont le français oral (50 %) et le français écrit (47 %).

Les ressources et les outils pédagogiques conçus spécifiquement pour soutenir l’enseignement de toutes les matières dans un programme d’immersion française sont rares au pays. 

Le manque de ressources et d’outils pour faire face au contexte particulier de l’immersion (71 %) est d’ailleurs l’un des plus grands défis quotidiens mentionnés par les participants à la consultation.

Selon les auteurs du rapport de consultation, dévoilé le 9 mai dernier, l’immersion française est sans contredit la pierre angulaire du bilinguisme au Canada.  «Les professionnels de notre domaine en sont les réels ambassadeurs.  Les soutenir par la valorisation de leur profession, un recrutement assidu, un appui professionnel de tous les instants, un éventail de perfectionnements exceptionnels et adaptés, des ressources et des outils conçus spécifiquement pour eux, des innovations dans la gestion et le développement de l’offre de programmes, voilà ce qui doit guider les pas de toutes les instances décisionnelles», peut-on lire à la fin du rapport.



- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images