Le 5 décembre 2017

Léo S. Arsenault, qui a travaillé sur la ferme familiale pendant 72 ans, est l’un des fermiers qui ont été honorés par la Chambre de commerce acadienne et francophone et ses partenaires.  Il reçoit les félicitations de Martin Marcoux, président de RDÉE Î.-P.-É. et de John Jamieson, sous-ministre au ministère de l’Agriculture et des Pêches.

Après avoir, en 2016, organisé un dîner pour reconnaître les contributions des pêcheurs acadiens et francophones à l’économie de l’Île-du-Prince-Édouard, la Chambre de commerce acadienne et francophone a voulu également reconnaître les fermiers, agriculteurs et producteurs agricoles acadiens et francophones.

La célébration a eu lieu le 29 novembre dernier au Village musical acadien, à Abram-Village.  Après un repas de trois services, les 21 agriculteurs présents ont reçu un certificat souvenir attestant du nombre d’années dans le domaine.  En comptant les sept agriculteurs inscrits qui ne pouvaient pas être présents, la Chambre de commerce a remis 28 certificats de reconnaissance, lors de cette initiative. 

Les agriculteurs ont beaucoup apprécié l’événement et en particulier, le fait d’être reconnu comme des entrepreneurs.  «J’ai travaillé longtemps comme agent de développement, tout en gérant ma petite ferme, et j’ai souvent constaté que les fermiers n’étaient pas reconnus comme des entrepreneurs.  Merci de nous accorder cela», a indiqué Marcel Bernard, à la fin de la cérémonie. 

Ray Arsenault, copropriétaire de la ferme Arsenault Acres à Saint-Nicholas, a lui aussi remercié la Chambre de commerce pour cette initiative.  «Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour remercier les fermiers établis qui m’ont aidé quand j’ai décidé de m’établir à temps plein sur la ferme.  J’ai apprécié les conseils, l’expérience partagée et l’entraide que j’ai reçus à mon retour dans la région.  Vous savez, ce n’est pas facile de démarrer une ferme de nos jours.  Votre aide a été précieuse», a indiqué Ray Arsenault. 

Ce dernier a été policier pendant quelques années avant de s’en revenir chez lui pour devenir propriétaire et partenaire de la ferme familiale Arsenault Acres en 1983.  Arsenault Acres a pris le tournant biologique en 2008.  L’année passée, il a ajouté une scierie à son entreprise.  Il a reçu un certificat pour 34 années en production laitière. 

Alfred Arsenault et son fils Robert Arsenault, copropriétaires de la ferme Urbainville Farms, à Urbainville, ont tous les deux reçu un certificat, totalisant 90 ans en agriculture.  Robert et Alfred sont les plus importants producteurs de pomme de terre de la région Évangéline.  Ils cultivent environ 1500 arpents de patates destinées aux usines de transformation et ils possèdent leur propre station de lavage de pommes de terre.  Ils fournissent du travail à six personnes à temps plein et à 10 personnes de plus en haute saison. 

Il y a de plus en plus de femmes en agriculture, mais elles sont encore relativement rares, surtout dans l’élevage de bœuf de boucherie.  Darlene Sanford de Mont-Carmel est encore une exception, d’autant plus qu’elle a été présidente de l’association provinciale des producteurs de bœuf.  Durant son mandat, l’association des «Cattleman», un mot «genre» en anglais, est devenue l’association des «Cattle Producers», une terminologie plus neutre. 

Cela fait maintenant plus de 30 ans que Darlene Sanford est en production agricole active.  Fille de Julien Arsenault, qui a reçu un certificat de 60 ans et plus, Darlene a étudié au collège agricole de la Nouvelle-Écosse avant de devenir partenaire de la ferme familiale en 1988. 

L’initiative de la Chambre de commerce a été appuyée par de nombreux partenaires et commanditaires.  John Jamieson, sous-ministre d’Agriculture et Pêches et Ron Maynard, deuxième vice-président de la PEI Federation of Agriculture, ont tous les deux rendu hommage aux agriculteurs acadiens d’aujourd’hui, qui sont les descendants des premiers colons qui ont défriché les terres et les ont rendues cultivables.  «Moi même je vis à Malpèque sur une ferme qui a été défrichée en 1720.  Je rends hommage à vos ancêtres et à leur contribution au développement de l’agriculture comme on la connaît  aujourd’hui», a dit Ron Maynard. 

Le doyen des fermiers honoré le 29 novembre était Léo S. Arsenault, qui a accumulé une belle carrière de 72 ans en agriculture active.  Il savait à peine marcher qu’il suivait déjà son père, Sylvère, dans les travaux sur la ferme familiale.

De 1930 à 2005, les propriétaires de Lane Farm ont élevé des agneaux, des cochons, des renards et des vaches laitières et ils ont cultivé des patates, avant de devenir une ferme laitière.  La ferme a reçu deux reconnaissances des Confederation Farms de 125 ans et de 150 ans.  Léo S. Arsenault a été président et directeur d’ADL, conseiller de l’Artificial Breeders Association et de l’Exposition agricole et le Festival acadien. 

Le président de RDÉE Île-du-Prince-Édouard, Martin Marcoux, qui est aussi conseiller de la CCAFLÎPÉ, a souligné le fait que les fermiers sont de grands travailleurs.  «Une chose est certaine : vous, les fermiers, êtes des gens qui n’avez pas peur de travailler.  Vous ne comptez certainement pas vos heures; vous commencez votre journée avant que le coq chante et vous la finissez souvent juste avant que le coq chante de nouveau! Comme si cela n’était pas assez, la plupart d’entre vous ne connaît pas le concept des vacances», a dit M. Marcoux. 


Bonnie Gallant, directrice générale du RDÉE Î.-P.-É., et Velma Robichaud, du Centre d’action rural de Wellington, entourent Ray Arsenault qui a reçu un certificat pour ses 34 années de travail sur la ferme.


Martin Marcoux, conseiller de la Chambre de commerce acadienne et francophone de l’Î.-P.-É. et John Jamieson, sous-ministre d’Agriculture et Pêches, entourent Melvin Gallant qui a reçu le certificat pour ses 65 ans sur la ferme.

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images