La Voie de l'emploi - fev/mars 2017

Darrin Mitchell, cofondateur de Trout River Industries, à côté d’un «tapis roulant» empilé sur lui-même.

La perception des gens est que les emplois en milieu rural sont plus rares.  C’est peut-être vrai, mais grâce à des entreprises comme Trout River Industries, plus de 100 personnes travaillent à Coleman dans des emplois spécialisés toute l’année.  Et comme la compagnie gagne en réputation et se taille une place de plus en plus enviable sur les marchés mondiaux, elle prend de l’expansion.  

Lors d’une récente conférence de presse, la compagnie Trout River a annoncé, à grand renfort de ministres et de députés provinciaux, qu’elle étendait ses opérations, pour répondre à une plus grande demande.  

Au moins 20 emplois supplémentaires seront créés au cours des prochaines années, et l’usine pourra profiter d’avantages fiscaux pour chaque emploi additionnel créé, grâce à la participation du gouvernement provincial.  

Annie Maynard, autrefois Gallant, travaille chez Trout River Industries depuis deux ans.  «C’est vraiment une bonne compagnie et de bons employeurs.  Comme employés, on se sent valorisés.  Les propriétaires reconnaissent que chaque individu qui travaille avec la compagnie joue une rôle important dans son succès. Tous les employés sont également important peu importe leur titre parce que c’est la combinaison des efforts de chacun et le travail d’équipe qui permet la compagnie d’atteindre les résultats positifs et le succès qui est Trout River», dit la jeune femme, qui travaille dans l’administration.  

Diplômée de l’université de Moncton, en administration, concentration comptabilité, Annie a d’abord travaillé chez Grant Thornton à Summerside, où elle est devenue CPA (comptable professionnelle agréée), puis, elle est allée travailler en Alberta toujours dans des firmes comptables.  

«C’est la première fois que je travaille pour un seul client, sur le terrain, en industrie.  C’est moi qui gère les finances et avec une compagnie qui fait des affaires dans le monde entier, ou presque, c’est très valorisant», dit Annie Maynard.  

Ses patrons sont Darrin Mitchell et Harvey Stewart, cofondateurs de Trout River Industries.  Le produit vedette de la compagnie, imaginé, inventé et manufacturé ici même à l’Île, est une sorte de tapis roulant en métal qui recouvre le fond du camion de transport.  

Ce fond mobile permet de décharger les matériaux sans avoir à faire basculer la boîte du camion, comme ça se faisait autrefois.  C’est beaucoup plus sécuritaire et cela demande moins d’espace, surtout en hauteur.   

Les camions de Trout River se retrouvent partout dans le monde et partout où ils font des percées, ils deviennent un standard de l’industrie.  Mais lorsqu’il a imaginé son concept, et qu’il a commencé à vouloir se lancer en affaire, Harvey Stewart avoue qu’il n’a pas reçu que des encouragements, au con-traire.  

«Si vous croyez en votre idée, n’hésitez pas à prendre un risque même si les circonstances ne sont pas parfaites.  Vous serez surpris de ce que vous apprendrez», a indiqué Harvey Stewart. 

Harvey et Darrin ont construit leur première remorque à fond mobile en 1999, et depuis, la compagnie n’a cessé de croître, avec des points de vente et d’assemblage au Moyen-Orient, en Afrique du Sud, en Australie et en Jordanie, et plus récemment, dans l’ouest du Canada.


Annie Maynard travaille à Trout River Industries à Coleman depuis deux ans.

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images