La Voie de l'emploi - nov/dec 2016

Emily Coffin est la présidente de Ladies Learning Code PEI.  L’organisme sans but lucratif vise à réduire l’écart entre les nombres d’hommes et de femmes dans le domaine lucratif de la programmation informatique.

La vie autour de nous est organisée autour de codes bien précis, qui aident les gens à interagir et à vivre ensemble.  Le code de la route évite les accidents; le code criminel régit l’ensemble des lois pour sévir contre ceux et celles qui ne suivent pas les codes établis.  

On s’entend donc pour dire que pour vivre en société, il faut connaître et «obéir» à un ensemble de mesures qui sont mises ensemble, et permettent le fonctionnement prévisible et sécuritaire d’une famille, d’une école et d’une entreprise.  

Ces mesures pourraient être comparées à une programmation informatique, qu’on appelle «coding» en anglais et qui, pour les non-initiés, relève presque de la magie.  Cependant, tout comme il est nécessaire de savoir décrypter les codes dans la société, il devient de plus en plus important pour les gens en général, et en particulier pour les élèves dans nos écoles, d’apprendre le langage codé de la programmation informatique.  

À l’école Pierre-Chiasson, Ghislain Bernard, directeur de l’école, a commencé à enseigner la programmation à ses élèves de la 4e à la 9e année.  «Je trouve que c’est de plus en plus important de connaître le langage de l’ordinateur, et d’avoir des bases en programmation.  Quand on parle des compétences du 21e siècle, cela en fait partie», a-t-il dit, en montrant des mini jeux de «pong» que ses élèves ont réussi à programmer et à rendre intéressant, en changeant eux-mêmes la prévisibilité des mouvements de la balle.  

Ses élèves ont aussi créé de courts scénarios où des personnages dansent et s’amusent.  «Cela a l’air facile comme ça, mais pour que ça fonctionne, les élèves doivent décomposer les mouvements et les placer selon un ordre logique.  La pensée logique est une compétence qui est totalement transférable à tous les domaines.  En plus, la programmation permet aux élèves de mieux organiser leurs tâches, en fonction des objectifs qu’ils veulent atteindre», dit Ghislain Bernard.  

Lui-même, amateur d’électronique et de gadget, a appris la programmation sur ses temps libres, en ligne.  «Je ne suis pas un expert, loin de là, mais je m’intéresse à ce que ça peut ajouter à l’apprentissage et à la vie de mes élèves», dit-il.  

Ghislain Bernard est loin d’être le seul à trouver que la connaissance des langages de la programmation informatique est de plus en plus utile et recherchée, en milieu de travail notamment.  

«Ladies Learning Code» est un organisme national qui était présent partout au Canada et qui vient de s’établir dans la province insulaire.  La présidente fondatrice de Ladies Learning Code PEI est Emily Coffin, qui a étudié la programmation informatique au postsecondaire, et qui est revenue à l’Île-du-Prince-Édouard après avoir vécu plusieurs années à Toronto.  

«Ladies Learning Code aide les femmes à apprendre les bases de la programmation, dans un environnement non compétitif, et non dominé par les hommes, contrairement aux programmes d’études conventionnels où les femmes sont en minorité», a indiqué Emily Coffin, au cours d’une des activités du groupe nouvellement créé à l’Île.  

En général, dans le très large domaine de la programmation informatique, les femmes sont chroniquement sous représentées, même dans les compagnies où les femmes sont la clientèle cible.  

«Les femmes sont aussi capables d’apprendre la programmation et le langage informatique que les hommes.  Avec Ladies Learning Code, nous voulons réduire l’écart entre le nombre d’hommes et le nombre de femmes dans ce domaine, et pour cela, nous menons plusieurs initiatives de formation, et d’ateliers ludiques», a indiqué Emily Coffin.  

En quelques heures, les participantes apprennent comment utiliser les logiciels gratuits en ligne pour créer des sites Web simples.  Elles apprennent aussi comment il est possible d’apprendre par soi-même, avec un peu de confiance en soi.  

«À partir de Ladies Learning Code, nous avons créé Girls Learning Code et d’autres dérivés.  Le 6 octobre dernier, Canada Learning Code a été lancé, avec l’objectif de transformer complètement l’enseignement de la technologie au primaire et à l’élémentaire et d’enseigner le codage à 10 millions de Canadiens d’ici 2027».

Ghislain Bernard, quant à lui, utilise des ressources en lignes, qui sont accessibles par tous.  Il suggère de se rendre sur Heure de Code (Hour of Code) qui propose divers exercices d’initiation.  Il y a aussi le logiciel en ligne Scratch MIT.  

Donc, pour résumer, tout le monde peut apprendre le langage informatique, et aurait avantage à en saisir la base, car c’est une compétence de plus en plus recherchée dans le monde du travail.


Ghislain Bernard est le directeur de l’école Pierre-Chiasson.  Il veut que ses élèves apprennent le codage informatique pour avoir de meilleures chances de trouver des emplois.
- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images