FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 6 décembre 2018

Dans le numéro final, tous les artistes sont revenus sur la scène.  (Photos : J.L.) 


La panne de courant qui a frappé plusieurs résidents de Summerside samedi soir, n’a pas arrêté le spectacle Noël en Acadie de continuer de plus belle dans l’amphithéâtre de la rue Water.  C’est une programmation très généreuse d’artistes francophones qui a été servie à la centaine de spectateurs venus goûter à un Noël acadien «en famille». 

C’était le deuxième spectacle d’une série de neuf, présenté au College of Piping, dans le cadre de la programmation spéciale Noël.  «Quand on a planifié avec le Collège, on s’est dit qu’on voulait vraiment un spectacle familial.  Chez les Acadiens, les liens familiaux font vraiment partie de la célébration, ça n’est pas Noël sans le gros party, les pâtés et surtout la musique, qui sont très présents dans nos régions acadiennes» explique Anastasia DesRoches du groupe DOC, qui inclut aussi Brent Chaisson et Mylène Ouellette. 

Si c’est elle qui a établi le premier contact avec les responsables de la salle, la musicienne insiste sur le fait que le spectacle a été monté en collaboration avec tous les artistes présents sur scène samedi soir.  Et il y en a eu plusieurs : les sœurs Geneviève et Mylène Ouellette, cette dernière accompagnée au piano de son jeune fils Louis-Gabriel pour quelques chansons, le groupe Les Paloudes, les chanteuses Tanya Gallant, Christine Dunphy et Christina Gallant-MacLean ainsi que la chorale de l’École-sur-Mer, menée par leur professeure de musique Jolene Willis. 

«C’est le spectacle de tout le monde qui y a assisté et qui en a fait partie sur la scène.  Le concept provient d’idées que tout le monde a données», assure Anastasia DesRoches.  Sur un grand écran derrière la scène, décorée à l’effigie d’un paysage hivernal pour l’occasion, ont défilé des photos des artistes et de leurs familles à diverses époques de leur vie.  Plusieurs ont également tiré profit des quelques moments de lenteur du spectacle pour raconter des anecdotes de leurs propres Noëls, une touche supplémentaire de chaleur dans ce spectacle très convivial. 

Une touche de magie

Une panne de courant survenue juste après l’entracte de mi-spectacle, et qui n’a finalement duré qu’une vingtaine de minutes, a forcé les musiciens à être vite sur leurs patins.  «On ne voulait vraiment pas renvoyer les gens chez eux.  On a travaillé fort pour créer quelque chose, et on tenait à la présenter! Heureusement, lesspectateurs ont décidé de rester pour nous écouter, et je pense que c’est devenu un moment magique dans la soirée», observe Anastasia DesRoches. 

Un avis que partage le chanteur et pianiste du groupe Les Paloudes, Dawson Arsenault, qui s’est dit honoré d’avoir pu jouer sur la nouvelle scène  du College of Piping.  «Un spectacle de Noël, c’est toujours amusant, même avec une panne de courant!» a soutenu le jeune homme.  La guitariste Britney Arsenault, du groupe 112 accords, a remplacé la musicienne Tiana Gallant, qui n’a pas pu être présente.  Les Paloudes ont offert de charmantes reprises de chansons de Noël bien connues, accordant leurs voix, leurs instruments et même leurs pas sur des rythmes qui ont fait taper des mains dans le public. 

Les derniers morceaux du spectacle ont été l’occasion de regrouper tous les artistes sur scène, incluant la chorale de 14 jeunes de la 2e à la 6e année de l’École-sur-Mer.  «On devait déjà pratiquer les morceaux interprétés pour le spectacle de Noël de l’école, mais les jeunes étaient très excités de jouer dans une aussi belle salle.  C’est un moment magique pour eux», ainsi que pour leurs parents assis dans la salle, assure l’enseignante de musique Jolene Willis. 

Si les spectateurs de la communauté acadienne connaissaient déjà bien l’ambiance et les morceaux du spectacle, ce fut sans doute une occasion pour quelques anglophones de découvrir la culture acadienne dans toute sa chaleur et sa convivialité, un pas de gigue à la fois.

Anastasia DesRoches, du trio musical DOC, a coordonné le spectacle.  Elle est en compagnie de Dawson Arsenault.


Tanya Gallant, Christina Gallant-MacLean et Christine Dunphy, de l’ancienne formation Chiquésa, dans un numéro 100 % acoustique sans électricité.


- Par Ericka Muzzo

Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images