FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 13 septembre 2018
Kevin Parent rêvait depuis longtemps de reprendre la route pour aller jouer dans les Maritimes.  Il se produira sur la scène du Centre des Arts de la Confédération le 25 septembre, dans le cadre d’une tournée de neuf jours au Nouveau-Brunswick, en Nouvelle-Écosse et à l’Île-du-Prince-Édouard. « Ça fait des années que je dis à mes agents : “ je viens de la Gaspésie, pourquoi je ne joue pas plus souvent dans les Maritimes, hors Québec? ” Souvent, c’est une question qui dépasse l’artiste, une question de financement, de subvention.  Mais cette tournée, ce n’est pas pour du succès ou pour faire de l’argent.  C’est vraiment pour aller voir les francophones hors Québec et pour avoir du plaisir avec ces gens-là », explique le chanteur. 

Seul Michel Roy, son batteur, prendra la route avec lui pour la tournée. 

« Ça fait des années que je joue de plusieurs façons.  Mais quand je suis en duo avec Michel, c’est vraiment quelque chose qui se transporte bien, et qu’on peut “ rocker ” et “ groover ”.  Ça s’embarque bien dans le véhicule et ça donne un beau spectacle », affirme-t-il. 

L’auteur-compositeur-interprète prévoit offrir surtout des chansons en français, qui sont bien connues du public francophone des Maritimes, bien que son dernier album soit entièrement anglophone.  Ce plus récent opus, intitulé «Kanji», a été inspiré de ses séjours à Los Angeles et au Japon, entre autres. 

«Cet album-là, c’était un exercice : pas pour le résultat, mais pour le processus.  J’ai grandi en anglais avec mes parents, l’anglais est ma langue maternelle, donc c’est un peu un clin d’œil à ma famille et à l’anglais», explique-t-il. 

Souvenirs d’enfance

Kevin Parent jouera par ailleurs deux de ses nouvelles chansons en français lors de cette tournée des Maritimes, qu’il est impatient d’entamer.  Quand on lui parle de l’île, l’artiste dit revivre des scènes de son enfance. 

« Je devais avoir 4 ou 5 ans la première fois que je suis venu à l’île.  Je me rappelle des moments où je jouais avec mon frère sur les battures, à marée basse.  Passer des journées entières sur la plage, c’est mon plus beau souvenir de l’Île-du-Prince-Édouard », confie-t-il. 

À ces souvenirs s’ajoute celui de son passage marquant à l’émission «La Petite Séduction», animée par Dany Turcotte, où il avait pu visiter quelques endroits idylliques de la province, comme la baie de Rustico.  Son passage àCharlottetown sera l’occasion, peut-être, de revoir les personnes qui l’avaient si bien accueilli lors de ce tournage. 

«J’espère qu’on va avoir un beau petit party, ça va être une autre opportunité pour les revoir.  L’an dernier, ça c’est passé trop vite, avec le tournage on n’avait pas beaucoup de temps, tandis que là je vais plus être sur mon terrain et pouvoir faire des chansons pour eux», affirme le chanteur. 

Après la tournée, c’est l’écriture de nouvelles chansons qui l’attend.  Et bien que la musique soit sa passion première, Kevin Parent affirme aussi avoir des tournages télévisuels et cinématographiques de prévus. 

L’an prochain, on pourra le voir dans le film Rustic Oracle, deuxième long métrage de la réalisatrice mohawk Sonia Bonspille Boileau.  Le chanteur, désormais comédien, y incarne un policier qui enquête sur l’histoire d’une jeune fille autochtone portée disparue dans le contexte de la crise d’Oka, un conflit qui a opposé la nation mohawk et les gouvernements du Québec et du Canada en 1990. 

- Par Catherine Paquette 

L'Île-du-Prince-Édouard en images