FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 8 août 2018

C’est avec grande émotion que la musicienne et danseuse Hélène Arsenault Bergeron a reçu le Violon d’Or, des mains de ses grandes amies Sylvie Toupin et Colette Aucoin.Le prix reconnaît toute sa contribution à la musique de l’Île-du-Prince-Édouard.

C’est la danseuse et musicienne Hélène Arsenault Bergeron qui est repartie avec le Violon d’or du Jamboree Atlantique des violoneux, qui se tenait du 3 au 5 août.  Avec beaucoup d’émotions, elle a remercié ses pairs pour cette grande marque de reconnaissance. 

Ce prix, qui est remis depuis près de 20 ans, reconnaît chaque année la contribution et l’engagement d’un ou d’une artiste à la musique traditionnelle de l’Î.-P.-É. L’artiste, qui a fait partie des groupes «La cuisine à Mémé», «Les bûcherons», «Les girls», «Barachois» et «Gadelle», et que l’on peut voir jouer dans de nombreux événements avec sa grande acolyte Louise Arsenault, ne s’attendait pas du tout à recevoir ce prix. 

«Ça m’a toute essoufflée! Je ne me souviens de rien, je ne pourrai pas danser tantôt», a dit Hélène Arsenault Bergeron, quelques minutes après avoir reçu le Violon d’or. 

«C’est une reconnaissance de tes pairs.  C’est ce monde-là qui amène un standard et tu veux être à la hauteur.  Moi, je n’ai jamais pensé à ce qu’était ma contribution, j’ai toujours pris ce qui se présentait et j’ai toujours été passionnée de danse, de violon, de piano», a-t-elle ajouté. 

Elle a été sélectionnée par un comité de musiciens professionnels, choisis par les organisateurs du festival Jamboree Atlantique des Violoneux. 

Le festival, qui s’est déroulé à la salle paroissiale de Mont-Carmel, a d’ailleurs présenté quelques nouveautés cette année, pour son 31e anniversaire.  Il y a eu un «Cercle des faiseux de tounes», où le public a pu interagir avec des artistes pour en apprendre un peu plus sur leur démarche de composition. 

«La composition est redevenue une tradition sur l’île, explique Karine Gallant, responsable de la programmation.  Par le passé, le répertoire de violon et de mélodies n’a pas été beaucoup enregistré et on a perdu un peu les mélodies.  Donc là, il y a de nouvelles compositions et on sait qui sont les compositeurs.  Ce n’est pas toujours comme ça dans les communautés de violon». 

Durant le festival, il y a également eu le «Cercle descornemuses» pour expliquer aux jeunes et aux moins jeunes la façon de jouer de la cornemuse et de la comparer au violon.  Plusieurs festivaliers se sont aussi rassemblés pour la danse carrée familiale, un spectacle de variétés avec 12 artistes, ainsi qu’un brunch musical au Village musical acadien le dimanche. 

Chaque année, le festival est capable de rassembler des artistes d’ici, tout comme des violonistes venus de loin. 

Le spectacle de clôture rassemblait cette année le violoniste Troy MacGillivray de la Grande-Bretagne, Ivan & Vivian Hicks du Nouveau-Brunswick, l’auteur-compositeur-interprète country Ryan Cook, et Daniel Goguen, du Nouveau-Brunswick.


Hélène Arsenault Bergeron a été très surprise de recevoir le Violon d’Or. Elle était accompagnée de sa famille, qui lui a rendu visite pour l’occasion, et de Louise Arsenault, avec qui elle performe régulièrement. 


La soirée du vendredi s’est ouverte avec le spectacle «Rencontre des maîtres».  Sur la photo, on voit Zakk Cormier au violon et Jesse Périard à la guitare. 


Hélène Arsenault Bergeron a joué avec Louise Arsenault pour clôturer la soirée, après la remise du Violon d’Or. 


- Par Catherine Paquette 

L'Île-du-Prince-Édouard en images