FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 25 avril 2018

Les élèves de l’école François-Buote, membres de la fanfare de la CSLF, sont très reconnaissants envers leur enseignante de musique Angèle Haché-Rix et le Club Richelieu Port-Lajoye représenté par sa présidente Sue LeMaistre (à droite).

Du 25 au 27 avril, environ 50 élèves musiciens de trois écoles de la Commission scolaire de langue française feront un voyage dont ils se souviendront longtemps.  Les élèves proviennent de l’école François-Buote, où l’enseignante de musique est Angèle Haché-Rix, de l’école La-Belle-Cloche, maintenant à Rollo Bay, supervisés par l’enseignant Travis Boudreau et finalement, de l’École-sur-Mer où l’enseignante de musique est Jolene Willis. 

Depuis plusieurs mois, ils répètent en vue de participer au grand Atlantic Festivals of Music, à Halifax.  Sous le nom de «Fanfare de la CSLF», ils vont jouer trois pièces, vers 14 heures, le jeudi 26 avril, sur la scène du Seton Academic Centre à Halifax.  Les trois pièces qu’ils vont jouer sont Beauty and the Beast, El Toro, et Appalachian Morning. 

«Ce sont de très belles pièces.  C’est un défi de jouer dans un groupe aussi nombreux, c’est plus difficile, mais en même temps, le son est tellement riche», soutient Caroline MacDonald de la 10e année, qui joue du saxophone alto depuis la 7e année. 

Erin Viger joue de la trompette depuis qu’elle est en 7e année.  «C’est difficile de s’ajuster parce qu’on n’est pas tous au même niveau.  C’est la première fois qu’on entreprend un voyage comme celui-ci.  Et on a eu l’occasion de travailler avec les élèves des deux autres écoles.  C’est très positif», décrit la jeune fille. 

Étienne Foulkes est en 8e année et il s’est joint à la fanfare de l’école cette année.  «Je les voyais jouer sur scène, dans les concerts de l’école et je trouvais ça tellement beau.  Et maintenant que j’en fais partie, c’est comme je l’imaginais», a dit le jeune homme.   

On peut imaginer que la logistique entourant un si grand groupe a demandé de nombreux ajustements.  En général, chaque école a répété en petit groupe et à quelques reprises depuis février-mars, les élèves des trois écoles ont répété en commun.   

En plus de répéter en classe et de façon individuelle, les quelque 50 élèves ont aussi fait de nombreuses activités de collectes de fonds pour couvrir les dépenses estimées à environ 250 $ par élève. 

«On a vendu de la pâte biscuit, on a fait un carnaval, on a travaillé vraiment fort pour préparer ce voyage et je pense qu’on a réussi à réunir l’argent», a insisté Caroline MacDonald. 

C’est justement dans le volet financier que le Club Richelieu Port-Lajoye a apporté son soutien au groupe.  «Les élèves de l’école François-Buote nous ont envoyé une demande.  On a regardé cela.  En général, notre politique nous dit que pour des groupes, on donne 20 $ par personne.  Et nous avons trouvé que ce n’était pas assez, alors on a offert autre chose», a expliqué Sue Lemaistre, présidente du Club Richelieu Port-Lajoye. 

«Nous avons communiqué avec Angèle Haché-Rix pour lui proposer une activité autour d’un repas.  Nous nous occuperions de la bouffe et son groupe vendrait les billets.  Nous avons convenu de faire une soirée familiale aux tacos en mars et nous avons greffé cela aux Rendez-Vous de la Francophonie.  Ça a été un grand succès.  Ils ont récolté au-delà de 1 300 $, qui est beaucoup plus que ce que nous aurions donné.  Et les élèves ont joué quelques pièces pour divertir les gens», a expliqué la présidente du Club qui compte présentement 14 personnes. 

Jeune fille, en Gaspésie, Sue Lemaistre se souvient très bien des occasions qu’elle a eues de jouer du piano en public, dans des festivals et des concours.  Plus tard au secondaire, avec sa classe, elle avait fait un voyage à Boston.  «C’est quelque chose que je n’ai jamais oublié.  Quand j’ai vu le projet, j’ai tout de suite compris la valeur que ça aurait.  Ça donne un objectif à l’apprentissage, ça crée des liens entre les élèves, et je suis certaine qu’ils vont s’en souvenir longtemps.»

Mentionnons qu’en plus de leur performance officielle au festival, la fanfare de la CSLF va jouer dans deux écoles. 

Et mentionnons également que pratiquement toutes les écoles de l’Île-du-Prince-Édouard où il y a des programmes de musique à l’intermédiaire seront représentées à ce festival. 

Pour voir les performances en direct, veuillez visiter le site Web du Atlantic Festivals of Music au www.atlanticfestivals.com/live/ 

- Par Jacinthe Laforest
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images