Le 11 juillet 2017
Une installation de cirque sera placée de façon temporaire sur chaque site pour permettre aux gymnastes et trapézistes de faire leurs numéros en toute sécurité. 


Cet été, pour souligner le 150e anniversaire de la Confédération, la Fédération culturelle de l’Île-du-Prince-Édouard a mis sur pied le «Carnaval en promenade».  La troupe multidisciplinaire donnera huit représentations dans l’Île-du-Prince-Édouard, incluant un spectacle dans chacune des six régions acadiennes de l’Île.   

«Notre idée de départ, c’est qu’en 1864, lors de la Conférence de Charlottetown, il n’y avait personne pour accueillir les délégués des provinces parce que tout le monde était au cirque.  Le cirque Olympus était en ville à ce moment-là.  On s’est inspiré de ce fait historique pour composer notre projet et nous avons reçu 100 000 $ de Canada 150», a expliqué Ghislaine Cormier, directrice générale de l’organisme.

Même si Canada 150 est une occasion unique, la FCÎPÉ inscrit son projet dans la continuité.  «C’est important d’utiliser les années de fête comme des tremplins pour notre développement.  Déjà, en 2014, nous avions fait le projet Manifest Jeunesse, qui avait vraiment bien marché.  Plusieurs membres de la troupe de 2017 étaient des jeunes débutants en 2014.  Entretemps, nous avons beaucoup travaillé avec Circus Stella de Dieppe, pour exposer nos jeunes à cette forme particulière de spectacle», ont expliqué Ghislaine Cormier et Germain Arsenault, tous deux employés de la FCÎPÉ.

La FCÎPÉ a appris en décembre 2017 qu’elle avait reçu du financement de Canada 150.  «Nous nous sommes tout de suite mis au travail, car monter un tel spectacle ne se fait pas du jour au lendemain.  Nous avons commencé par une résidence d’artiste en création, grâce à un partenariat avec Holland College et le Collège de l’Île.  Nous avons aussi fait venir des formateurs de l’extérieur, des formateurs avec lesquels nous avions déjà travaillé, pour la continuité», précise Germain Arsenault.

La troupe de «Carnaval en promenade» est composée de trois artistes de cirque, Nicole Allain et Yves Landry, qui ont animé des ateliers à l’Île durant la dernière année, et Stéphanie Bélanger.  À eux trois, ils vont présenter des clowneries et des prouesses d’adresse et de souplesse.

Les musiciens «maison» sont Karine Gallant (violon), Zakk Cormier (violon et guitare) et Pepeto Pinto (tambours d’acier).  Les deux danseuses seront Kaylee Arsenault et Ashley Richard.  Le magicien sera Jérémie Buote, qui avait ébloui le public avec sa prestation dans le spectacle d’ouverture des Rendez-vous de la Francophonie à Rustico en mars dernier.  La culture autochtone sera représentée par des membres de la troupe Mi’kmaq Legends qui ajouteront au spectacle leurs sons et rythmes traditionnels.

«Notre équipe de production est formée de Pastelle LeBlanc, Emmanuelle LeBlanc, Pascal Miousse et Sylvie Toupin.  Tous les quatre ont eu l’occasion de travailler avec les artistes de la troupe dans le passé.  En plus, ils sont très professionnels», confirme Ghislaine Cormier.

Chacune des huit représentations sera quelque peu différente, pour s’adapter à l’événement hôte.  Par contre, dans les huit dates, la troupe offrira des ateliers sur place, ainsi qu’un spectacle d’une heure.  «Tout se fait à l’extérieur, et il fera beau aux huit endroits.  J’en ai parlé avec Mère Nature et elle m’a promis de faire de son mieux», a certifié Ghislaine Cormier.

La première date de la tournée de «Carnaval en promenade» sera le l6 juillet à Rollo Bay (Rollo Bay Fiddle Festival).  Il y aura ensuite le 22 juillet à Breadalbane (The Dunk), le 29 juillet à Summerside (Chautauqua), le 30 juillet à Rustico (Rendez-vous Rustico), le 12 août à Alberton (Alberton Multiculturel Festival), le 15 août à Port-la-Joye (Fête nationale de l’Acadie), le 26 août à Charlottetown (Arts à ciel ouvert) et le 2 septembre à Abram-Village (Exposition agricole et le Festival acadien de la région Évangéline).


Les musiciens Karine Gallant, Zakk Cormier et Pepeto Pinto et les danseuses Kaylee Arsenault et Ashley Richard lors d’une répétition au Centre de récréation Évangéline.  (Photo : Gracieuseté)

- Par Jacinthe Laforest

L'Île-du-Prince-Édouard en images