FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 6 août 2018

Julia Campbell, Wade MacLauchlan, Sonny Gallant et Jordan Cameron. (Photo : Gouvernement de l'Î.-P.-É.)

Le gouvernement de l’Île-du-Prince-Édouard demande aux Insulaires de considérer un retour à la maison.

La campagne d’un mois a pour slogan des paroles de la chanson de Kinley Dowling intitulée Golden Days, « Maybe You Should Come Home » (Vous devriez peut-être revenir à la maison), voir le https://www.princeedwardisland.ca/fr/information/main-doeuvre-et-etudes-... encourage les Insulaires ayant quitté la province à expliquer sur les médias sociaux les raisons pour lesquelles ils souhaitent revenir à l’Île-du-Prince-Édouard et les résidents de l’Île à expliquer pourquoi ils pensent que leurs proches devraient revenir à la maison.

Les publications accompagnées du mot-clic #URPEI donnent la chance à leurs auteurs de remporter un billet d’avion aller simple pour l’Île à partir de n’importe où dans le monde pouvant être utilisé par quelqu’un vivant à l’extérieur de la province ou donné à un proche vivant à l’extérieur de la province.

« L’Île-du-Prince-Édouard évolue et a connu des changements importants au cours des dernières années, a souligné le premier ministre Wade MacLauchlan. Notre population en âge de travailler est plus nombreuse que jamais, nos entreprises fleurissent et notre diversité et notre culture ne cessent de croître. Malgré sa croissance prospère, l’Île au cœur vaillant est toujours habitée par la même solidarité et les mêmes qualités réconfortantes tant appréciées par les Insulaires – qu’ils habitent à l’Île ou ailleurs. »

Une mesure clé du Plan d’action pour la population est axée sur le rapatriement d’Insulaires vivant ailleurs au Canada et à l’étranger. Une recommandation pour une campagne de rapatriement est aussi ressortie de YDAY 2017 (lien en anglais seulement).

« J’ai habité et voyagé dans plus de 40 pays au cours de 12 ans, je ressentais donc plusieurs émotions lorsque je suis revenue à la maison, a expliqué Julia Campbell, propriétaire de JEMS Boutique. Je me suis rendue compte que l’Île avait changé, tout comme moi. Le meilleur conseil que je peux offrir à quelqu’un qui revient à la maison est de changer sa façon de voir les choses. Lorsque je suis revenue, je pensais seulement à ce que la province pouvait m’offrir; lorsque j’ai réalisé ce que je pouvais offrir à l’Île, les possibilités sont apparues. »

Plus tôt cette année, le ministre de la Main-d’œuvre et des Études supérieures et l’Institute of Island Studies de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard ont mené un sondage demandant aux expatriés, aux étudiants et aux visiteurs pourquoi ils avaient quitté l’Île et quelles raisons les encourageraient à y revenir. Les résultats du sondage sont offerts au www.princeedwardisland.ca/maybeyoushouldcomehome.

« C’est agréable de voir que plus de 80 % des répondants au sondage pourraient considérer un retour à l’Île-du-Prince-Édouard, a mentionné le ministre de la Main-d’œuvre et des Études supérieures, Sonny Gallant. Une majorité de répondants ont indiqué avoir quitté l’Île pour des possibilités d’emploi. Au cours des deux dernières années, le nombre d’emplois a connu une croissance importante. L’emploi connaît un sommet grâce à 4200 emplois à temps plein additionnels. » 

Les gagnants du concours seront dévoilés à la fin août.

L'Île-du-Prince-Édouard en images