FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 15 mars 2018
Les Insulaires ayant subi une commotion ou une lésion cérébrale légère obtiennent de meilleurs soins grâce à la clinique provinciale de soutien et de réadaptation pour les victimes de traumatismes crâniens. Depuis son ouverture en juillet dernier, la clinique a accueilli 28 Insulaires au centre de santé Harbourside, à Summerside. L’initiative de Trauma PEI donne un appui collaboratif au personnel qui fournit des soins primaires aux patients souffrant d’une commotion ou d’une lésion cérébrale légère.   

 « La Semaine de sensibilisation aux lésions cérébrales, soulignée du 12 au 16 mars, nous rappelle que nous avons tous un rôle à jouer pour réduire l’incidence des blessures, tant pour nous-même que pour les autres, a déclaré Robert Mitchell, ministre de la Santé et du Mieux-être. Trauma PEI, les soins primaires et les initiatives concertées comme la nouvelle clinique aident à promouvoir la prévention des blessures tout en améliorant et en approfondissant les soins prodigués aux Insulaires à toutes les étapes du traumatisme crânien. »

L’équipe de soins de la clinique de soutien et de réadaptation pour les victimes de traumatismes crâniens est dirigée par le directeur médical des traumatismes de Santé Î.-P.-É. Elle comprend une infirmière de soins primaires appuyée par des médecins et des infirmières praticiennes travaillant au centre de santé. La clinique offre les services suivants, entre autres :  

  • Renseignements, services-conseils et documentation de référence
  • Rendez-vous en personne et consultations par téléphone expliquant la progression du programme de réadaptation prescrit à la suite d’un traumatisme crânien
  • Appui aux patients lorsqu’ils ne peuvent plus participer aux sports de contact à cause des risques qu’ils posent
« Bien que la plupart des commotions cérébrales peuvent se guérir au bout d'une ou deux semaines, certaines sont plus complexes et prennent beaucoup plus de temps à guérir, a expliqué April Mills, la coordonnatrice provinciale de Trauma PEI. Nous en savons maintenant plus que jamais sur les commotions cérébrales et les lésions cérébrales légères et leur incidence sur la santé et le mieux-être du patient. Nous en parlons aussi davantage, car il est essentiel d’avoir les bons protocoles cliniques, informations et ressources en place pour que nos patients profitent du meilleur rétablissement possible. La nouvelle clinique en est un excellent exemple! »

Document d’information

Au sujet de Trauma PEI

Depuis 2016, Trauma PEI assume un rôle de premier plan en matière de prévention des blessures, d’éducation, de soins cliniques, de recherche, de perfectionnement continu et d’amélioration du système de traumatologie.

Le programme a comme but de :

  • collaborer avec les fournisseurs de soins de santé, les partenaires communautaires et les écoles afin de prodiguer les meilleurs soins possible aux Insulaires ayant subi une lésion cérébrale; et
  • soutenir le personnel des services d’urgence de la province afin de réaliser des simulations médicales comportant des lésions cérébrales traumatiques. 
La révision des compétences essentielles dans le traitement des traumatismes crâniens permet d’accroître l’efficacité des équipes et met en lumière, pour le personnel clinique des soins de courte durée, les nouvelles recherches du domaine.  

L’année dernière, un registre provincial des traumatismes a également été mis en place – et une personne a été embauchée pour en assurer la coordination – afin de réaliser la collecte des données et la mise en œuvre des programmes.

En 2017, plus de 1200 Insulaires se sont présentés à l’urgence avec un traumatisme crânien.

  • C’est chez les enfants et les adolescents qu’on relève le plus grand nombre de blessures isolées à la tête traitées à l’hôpital, les blessures étant le plus souvent causées par une activité sportive ou une chute.
  • Les personnes âgées de 75 ans et plus représentent le deuxième groupe démographique en importance en ce qui concerne les traumatismes crâniens, les blessures étant le plus souvent causées par une chute.  
Les hommes d’âge moyen sont plus susceptibles de subir une hémorragie cérébrale grave ou une fracture du crâne qui, dans 32 % des cas, serait causée par une activité sportive pratiquée sans casque. Chez ce groupe démographique, les accidents de la route sont la raison principale des lésions cérébrales.

Les Insulaires peuvent se protéger des lésions cérébrales en :

  • conduisant les véhicules à moteur de façon sécuritaire et en ne se laissant pas distraire par les appareils mobiles et le textage;
  • portant un casque protecteur pour les sports, comme le hockey, le football et le vélo;
  • prenant des mesures pour éviter les chutes des personnes âgées, à domicile comme ailleurs dans la collectivité;
  • veillant à ce que les aires de jeu soient dégagées de tout obstacle;
  • respectant les procédures à suivre en matière de santé et de sécurité lors des activités sportives et récréatives.
Banner

L'Île-du-Prince-Édouard en images