Le 21 novembre 2017


Une nouvelle approche tenant compte de la culture des résidents en soins de longue durée aide les résidents acadiens et francophones du foyer Summerset à se sentir chez eux.  Le projet pilote permet aux gens ayant le français comme langue maternelle d’obtenir un logement et des soins dans un milieu francophone. Gayle Lamont, gestionnaire des foyers Wedgewood et Summerset, souligne que le foyer Summerset a un voisinage de 26 lits pour les résidents bilingues ou préférant le français.  Elle explique que l’objectif du gouvernement est de créer un meilleur environnement pour les aînés francophones en changeant la langue primaire de la prestation des services.

« Parfois, c’est difficile parce que les francophones plus âgés ont grandi en apprenant que ce n’était pas poli de parler en français dans ce genre de contexte, a mentionné Mme Lamont. Ils répondent en anglais même si on les aborde en français. Nous avons donc placardé des affiches et parlé aux gens pour qu’ils sachent qu’il s’agit d’un endroit où parler en français est plus que permis, c’est encouragé. »

Mme Lamont affirme que le personnel soignant du nouveau voisinage est choisi parmi les employés parlant français, et que des efforts sont faits pour que le personnel s’occupant de la maintenance et de l’entretien ménager affecté à ce voisinage soit constitué de personnes parlant français si possible. L’expérience est élargie grâce à des activités culturelles acadiennes, et à des activités sociales réunissant les résidents avec des élèves francophones ou en immersion française afin d’encourager les échanges intergénérationnels.

Le fait que Summerside était une région où il y avait une relativement grande population de francophones de la région Évangéline avait été reconnu, mais aucun lit de soins de longue durée ne leur était réservé.

Cette situation a changé avec l’ouverture du nouveau foyer Summerset en 2013.

« Lors de la planification, nous avons recensé tous les résidents et leur avons demandé s’ils aimeraient être logés dans le nouveau voisinage bilingue, a expliqué Mme Lamont. Nous avons aussi recensé des résidents du foyer Wedgewood ayant indiqué qu’ils aimeraient possiblement être transférés pour faire partie du nouveau voisinage. »

La prestation de services en français améliore la qualité des soins offerts aux résidents – parfois sans le français, les résidents ne comprendraient pas le personnel.

« Dans des cas de démence, il peut arriver qu’une personne dont la langue maternelle était le français oublie sa deuxième langue et ne comprenne plus que le français – et ce même si elle parlait anglais pendant sa vie adulte », a souligné Mme Lamont.

« Lors du vieillissement ou dans le cas de la démence, la solitude et l’ennui peuvent voir un effet très négatif – et la barrière de langue empire ces effets. »

« Nous voulons que personne ne ressente de la solitude ou de l’ennui en raison de sa langue. »

L'Île-du-Prince-Édouard en images