Le 1er septembre 2017

Des dispositifs de sécurité sur les tout nouveaux autobus scolaires qui prendront la route cet automne contribueront à réduire le nombre de dépassements de voitures lorsqu’un autobus effectue un arrêt pour laisser les enfants y monter ou en descendre.

Ces nouveaux autobus sont munis d’un bras d’arrêt tant à l’avant qu’à l’arrière. Il a été démontré dans d’autres provinces qu’un deuxième bras d’arrêt à l’arrière permet de réduire les incidents causés par les automobilistes qui effectuent un dépassement.

« Nos autobus scolaires transportent ce que la province a de plus précieux, nos enfants, et la sécurité des 18 000 jeunes qui y montent à bord tous les jours doit demeurer notre préoccupation numéro un, a affirmé Doug Currie, ministre de l’Éducation, du Développement préscolaire et de la Culture. Les nouveaux bras d’arrêt à l’avant et à l’arrière ajouteront un niveau de sécurité supplémentaire pour les enfants, et ces autobus effectueront leurs trajets sur des routes où est élevé le taux d’incidents en raison de dépassements. »

Le gouvernement provincial a fait l’acquisition de trente nouveaux autobus scolaires au cours des deux dernières années au coût de trois millions de dollars. La province réalise des économies pouvant aller jusqu’à 15 000 $ par autobus grâce à une entente de soumission commune avec les autres provinces de l’Atlantique relativement aux autobus scolaires.

Dans le cadre de son plan visant à réduire les émissions de carbone, la province explore actuellement un ensemble de nouvelles possibilités concernant le transport scolaire, dont les combustibles de remplacement.

Alors que les élèves retournent à l’école le 7 septembre prochain, les automobilistes se doivent de porter une attention particulière aux autobus qui procèdent à l’embarquement et au débarquement des enfants.

Les conducteurs circulant dans les deux directions doivent s’immobiliser lorsque les feux rouges d’un autobus scolaire arrêté clignotent. Les conducteurs doivent s’arrêter à une distance sécuritaire de l’autobus et ne pas poursuivre leur chemin tant que les feux n’ont pas cessé de clignoter et que l’autobus ne s’est pas remis en route.

L'Île-du-Prince-Édouard en images