FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 26 juin 2018

Pour être en mesure de faire leur travail de premiers répondants, les pompiers volontaires de Wellington ont besoin d’outils et d’équipements.  Grâce à une contribution appréciée du Club des VTT de la région Évangéline, ils disposent maintenant d’une remorque adaptée aux sauvetages loin des routes.

Les pompiers de la région Évangéline sont désormais mieux équipés pour porter secours à une personne au milieu des bois.  Le Club des VTT Évangéline a spécialement conçu et construit une remorque pouvant être attachée à un véhicule tout-terrain pour faciliter les sauvetages en milieu rural. 

Les pompiers de la caserne Wellington ont chaudement remercié le club pour cette initiative, le 12 juin, lors d’une soirée au cours de laquelle a été présentée la nouvelle remorque. 

Jusqu’ici, les premiers répondants ne disposaient d’aucun équipement pour secourir une personne dont l’emplacement est inaccessible par voie routière.  Après avoir stationné leur camion, ils devaient transporter à pied la civière pour aller chercher et ramener la personne à un endroit accessible à un véhicule d’urgence. 

Le Club des VTT Évangéline et la caserne de Wellington ont constaté l’important manque d’équipement après la simulation d’un sauvetage qui a été réalisée avec les pompiers l’an dernier dans la région. 

Voyant le nombre de membres augmenter dans le club, des amateurs de VTT (véhicule tout-terrain) ont pris les devants et ont entrepris de financer, concevoir et construire la remorque de secours sur mesure.

«On est très heureux que le club ait pris les devants, parce que c’est quelque chose que nous n’avions pas dans notre budget, même si c’était une préoccupation», explique le président et porte-parole Desmond Arsenault.  «Il y a de plus en plus de gens qui passent dans la région, qui utilisent les pistes dans les bois.  C’est un équipement très important», a-t-il ajouté. 

Le Club des VTT a travaillé durant un an et demi sur le projet avant d’en faire don aux membres du service incendie local.  La remorque de secours restera désormais en tout temps à la caserne de Wellington.  L’équipement, financé avec l’aide d’entreprises locales, a coûté environ 4 000 $. 

«Notre sport devient de plus en plus populaire, de plus en plus de gens s’achètent des VTT ou des motoneiges.  Le club a grossi et on constatait que les gens ne pouvaient pas être rejoints par les services d’urgence», a expliqué Jean-Paul Gallant, le président du Club des VTT Évangéline. 

«Ce n’est jamais arrivé, heureusement.  Mais si jamais quelqu’un se blesse en coupant du bois à un kilomètre de la route, on va être capable d’aller le chercher rapidement», explique M. Gallant. 

L’équipement ne servira pas donc seulement lors d’accidents de VTT.  Il pourra être utilisé dans toutes situations d’urgence qui se déroulent loin de la route. 

La remorque est équipée d’une civière intégrée et d’un siège où peut prendre place un deuxième sauveteur.  Les premiers répondants disposent aussi de la liste des person-nes qui possèdent un véhicule tout-terrain.  En cas d’urgence, ils seront en mesure de contacter les propriétaires de VTT pour y attacher la remorque et transporter quelques personnes pour porter assistance à la personne dans le besoin. 

Un sport populaire auprès des familles

En 2017, le Club VTT a octroyé 100 laissez-passer.  Ce nombre est passé à 262 depuis le mois de janvier seulement. 

C’est Louis Gallant, de Mont-Carmel, qui a fondé ce club à la fin des années 80.  Le passionné est toujours présent dans le club et organise chaque année des tours de VTT avec des élèves de l’école Évangéline lors de leur carnaval d’hiver.  «Il y a des enfants qui ne sont jamais allés dans les bois! Ils aiment ça», dit-il.  M. Gallant dit aussi apprécier sa cabane dans les bois à Mont-Carmel, où il se réunit souvent avec un groupe pour jouer de la musique. 

M. Gallant n’a jamais eu d’accident, mais est heureux de voir que tout le monde sera plus en sécurité.

Mentionnons que les pompiers de Wellington disposent d’un traîneau de secours qui peut être accroché à des motoneiges grâce à la collaboration du Club des SnoRiders. 

- Par Catherine Paquette 

L'Île-du-Prince-Édouard en images