FacebookTwitterRSS

 Votre journal francophone de l'Île-du-Prince-Édouard
Le 7 mars 2018


La Conférence «Au cœur du service» a réuni à Summerside une bonne cinquantaine d’intervenants francophones en santé.  Il s’agissait d’une journée de reconnaissance et de réseautage, ainsi qu’une journée de motivation et de réflexion sur l’importance des travailleurs francophones en santé à l’Île-du-Prince-Édouard. 

La pause du repas du midi a été transformée en Gala au cours duquel le prix de l’Étoile Santé a été présenté à la Dre Nadine Arsenault, médecin de famille à Summerside depuis 2006.  Le Gala Étoiles Santé s’inscrit dans la campagne Étoile Santé, une initiative du Réseau Santé en français qui a permis de reconnaître, depuis le début de 2015, de nombreuses personnes qui sont «Au cœur du Service», par un système de nominations en ligne.  De plus, environ 36 intervenants nommés ont été mis en vedette dans La Voix acadienne, toujours en collaboration avec le RSFÎPÉ. 

Dre Nadine Arsenault avait fait l’objet d’une chronique en mai 2015.  Malgré cela, ses clients ont continué de soumettre son nom à la campagne Étoile Santé, ce qui lui a valu le titre de l’Étoile Santé 2018.  Mentionnons que lors du premier Gala, en 2016, Stéphanie Saint-Onge Cornish avait mérité ce prix, qui consiste en une magnifique œuvre de Noëlla Richard. 

Dre Nadine Arsenault a été décrite comme une «présence précieuse» dans le système de santé et la communauté francophone de l’Île.   En plus de sa pratique en médecine familiale à Summerside, Dre Nadine travaille dans les soins palliatifs et en plus, elle est présidente du Collège des médecins de famille de l’Île-du-Prince-Édouard. 

En recevant le prix, la Dre Nadine Arsenault a remercié le Réseau Santé en français qui aide les prestataires de soins, comme elle, et leurs patients, à avoir accès à de plus en plus de services en français. 

Quelques minutes plus tard, en entrevue, elle a avoué que toute cette attention la mettait «mal à l’aise».  «Comme francophone, mère de famille moi-même, je comprends l’importance d’avoir un médecin de famille qui parle français, mais je n’aime pas être en vedette.  Notre mission à nous, les médecins de famille, c’est d’assurer les soins primaires et préventifs en regardant la personne au complet, et sa famille, et pas seulement le bobo comme tel.  Nous sommes aussi un peu comme le coordonnateur des autres soins que notre patient pourrait nécessiter.  Au Collège des médecins de famille, nous souhaitons que tous les gens à l’Île aient accès à un médecin de famille.  Ce n’est pas de notre ressort d’embaucher les médecins, mais réduire les listes d’attente est un de nos grands dossiers», a indiqué la Dre Nadine Arsenault. 

La Conférence «Au Cœur du service» incluait aussi une présentation par le sénateur René Cormier de la place que la culture en général, et l’art en particulier, pouvait occuper dans le continuum des soins de santé en français. 

«Le message essentiel que j’avais à transmettre ce matin, c’est que la culture, en tant que déterminant de la santé, devrait faire partie intégrante des soins de santé», a-t-il indiqué.  Selon lui, c’est vrai dans l’ensemble du système de santé, mais d’autant plus dans un contexte francophone minoritaire.  Les intervenants francophones ont besoin de se sentir plus en confiance dans leur propre culture pour être totalement présents dans leur travail avec le patient, et le patient francophone a besoin de se sentir accepté totalement, avec sa propre culture, dans un contexte où il se sent vulnérable.  Également, l’art thérapie trouve aussi sa place dans cette approche. 

En après-midi, les participants à la Conférence ont réfléchi tout en se divertissant sur différentes mises en situation exposées dans des vignettes mises au point par Albert Arsenault et Hélène Bergeron. 

Le Réseau Santé en français est un organisme fédératif de plusieurs partenaires gouvernementaux et communautaires oeuvrant dans le domaine de la santé.  Le coprésident communautaire est Gabriel Arsenault, prothésiste à l’hôpital Queen Elizabeth à Charlottetown et la coprésidente gouvernementale est Véronique Duguay, qui traductrice au gouvernement provincial.

Cette dernière, qui assistait à la Conférence, a expliqué que le rôle du RSF n’était pas de faire de la revendication, mais de repérer des opportunités et d’identifier des façons de progresser, dans un esprit de collaboration.


De gauche à droite : Patricia Richard, directrice adjointe du RSFÎPÉ, Dre Nadine Arsenault, Étoile Santé 2018, le sénateur René Cormier, Véronique Duguay, coprésidente gouvernementale du RSFÎPÉ, Catherine Wilhelmy du Réseau Planetree Francophone, et Élise Arsenault, directrice du RSFÎPÉ.

- Par Jacinthe Laforest 

L'Île-du-Prince-Édouard en images