Le 25 octobre 2017


La Société Saint-Thomas-d’Aquin, l’organisme porte-parole de la communauté acadienne et francophone de l’Île-du-Prince-Édouard, tiendra son assemblée générale annuelle le samedi 28 octobre au Centre acadien Grand-Rustico. 

«C’est une réunion très importante.  Nos membres seront informés, consultés et ils seront appelés à prendre des décisions qui vont avoir un impact sur le type de gouvernance communautaire que nous voulons et sur la restructuration de la SSTA», a indiqué le président de la SSTA, Guy Labonté. 

Le directeur général de l’organisme, Aubrey Cormier, abonde dans le même sens.  «Le projet de restructuration de la SSTA découle de la réflexion amorcée par la Commission sur la gouvernance communautaire, dont le rapport date de plus de trois ans.  Ce rapport recommandait notamment que la SSTA procède à une analyse de sa gouvernance, ce que nous sommes en train de faire», a insisté Aubrey Cormier. 

La Commission sur la gouvernance communautaire avait reçu son mandat du Réseau des développeurs, un mécanisme de concertation auquel la SSTA elle-même a donné vie. 

Le Réseau des développeurs regroupe les dirigeants de 26 organismes, dont 20 sont provinciaux, et il se réunit environ quatre fois par année.  «Le RDD fonctionne tellement bien que ceux qui en font partie veulent faire plus que de la concertation.  Dans notre exercice derestructuration, nous avons besoin de déterminer de quelle façon ils pourraient s’engager davantage dans l’action, pour soutenir le développement de la communauté», a expliqué Aubrey Cormier. 

La Commission sur la gouvernance communautaire avait suggéré, dans son rapport, trois modèles pour une gouvernance communautaire bonifiée.  Cependant, avant de poursuivre vers l’un de ces modèles, les experts-conseils qui ont suivi le dossier ont jugé qu’il fallait, avant toute autre étape, préciser les rôles et responsabilités de la SSTA, et du Réseau des développeurs, étant donné que celui-ci veut un plus grand rôle. 

C’est dans cette optique qu’au cours de l’été 2017, et jusqu’au mois d’octobre, les experts-conseils ont consulté et sondé les Acadiens et francophones de l’Île-du-Prince-Édouard, pour avoir leurs opinions sur plusieurs questions concernant le rôle et les responsabilités de la SSTA et du RDD. 

Les résultats de ces sondages ont été présentés aux dirigeants des 26 organismes membres du Réseau des développeurs lors de la réunion du 14 octobre.  Parmi ces résultats, 78 % des personnes ayant répondu au sondage se sont dit d’accord que la SSTA doit être l’organisme porte-parole.  Sur d’autres questions, touchant le type de membres, les personnes interrogées ont semblé vouloir conserver le modèle mixte, à savoir des membres individuels et des organismes. 

Tous les résultats seront présentés aux membres dans le cadre de l’AGA du 28 octobre.  Ce sera la dernière étape de la consultation et les membres seront appelés à valider et à orienter le développement, pour passer à la prochaine étape.

«C’est vrai que ça prend du temps.  Mais en développement communautaire, on ne peut pas se permettre de prendre des raccourcis.  Nous voulons prendre les bonnes décisions, et nous avons besoin de nos membres pour nous aider dans ce processus», a indiqué Aubrey Cormier. 

- Par Jacinthe Laforest 

L'Île-du-Prince-Édouard en images